Élection présidentielle palestinienne de 2005

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1996 Drapeau de la Palestine
Élection présidentielle palestinienne de 2005
Mahmoud Abbas, Davos.jpg
Mahmoud Abbas – Fatah
Voix 501 448
  
62,52 %
Mustafa barghouthi.jpg
Mustafa Barghouti – Indépendant
Voix 156 227
  
19,48 %
Président
Sortant
Élu

L'élection présidentielle palestinienne de 2005 est la première à se tenir depuis les élections générales palestiniennes de 1996. Elle s'est déroulée le 9 janvier 2005 en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza.

Parmi les sept candidats qui se sont présentés pour remplacer Yasser Arafat décédé le 11 novembre 2004, les électeurs désignent alors le Président de l'Organisation de libération de la Palestine, Mahmoud Abbas, comme second Président de l'Autorité palestinienne.

Abbas a remporté 62 % des suffrages devant Mustafa Barghouti à moins de 20 % et loin devant les autres candidats.

L'élection a été boycottée par le Hamas et le Jihad islamique palestinien. Dans la bande de Gaza où le soutien au Hamas est important, 50 % des électeurs ont voté.

Campagne électorale[modifier | modifier le code]

Candidature de Marwan Barghouti[modifier | modifier le code]

Deux semaines après le décès de Yasser Arafat, le Fatah a nommé pour candidat du mouvement Mahmoud Abbas, ancien Premier ministre, malgré son relatif manque de soutien populaire. Or, l'ancien leader du Fatah en Cisjordanie et membre du Conseil législatif palestinien Marwan Barghouti suggéra, depuis sa prison en Israël où il a été condamné pour ses responsabilités dans plusieurs attentats meurtriers lors de la Seconde Intifada, qu'il pourrait se porter candidat pour l'élection. Les spéculations se multiplièrent alors autour de la possibilité de cette candidature capable de rivaliser sérieusement avec Abbas, ce qui rencontra l'opposition d'activistes du Fatah.

Après plusieurs annonces contradictoires successives, Marwan Barghouti déclara officielle sa candidature juste avant la date limite des dépôts, mais il se retira de la course le 21 décembre après discussions avec les dirigeants du Fatah.

Les sondages d'opinion avant ce retrait donnaient des résultats serrés entre les deux candidats du Fatah :

  • Mahmoud Abbas 44 % / Marwan Barghouti 46 % (±3 %) (Development Studies Program, Bir Zeit University)
  • Mahmoud Abbas 40 % / Marwan Barghouti 38 % (±3 %) (Palestinian Center for Policy and Survey Research)
  • Mahmoud Abbas 40 % / Marwan Barghouti 22 % (±3 %) (Palestinian Center for Public Opinion)

Après le retrait, Abbas devint le favori du scrutin, devant Mustafa Barghouti en seconde position.

Liste officielle des candidats[modifier | modifier le code]

Trois autres candidats qui étaient inscrits comme candidats se sont retirés après l'établissement de la liste officielle des candidats. Ce sont: Marwan Barghouti, Hassan Khreisheh et Abd al-Sattar Qasim.

Difficultés rencontrées au cours de la campagne[modifier | modifier le code]

La campagne électorale a rencontré des problèmes liés aux déplacements limités dus aux barrages israéliens dans les territoires palestiniens, bien que les autorités israéliennes aient assuré qu'ils feraient de leur mieux pour permettre le déroulement des élections.

Parmi les incidents rapportés,

Nombre d'opposants à Abbas protestèrent contre ces difficultés alors qu'Israël avait autorisé Abbas à mener sa campagne électorale dans ces lieux. Abbas fut notamment le seul candidat à accéder à Gaza.

Déroulement de la consultation[modifier | modifier le code]

Accès aux bureaux de votes[modifier | modifier le code]

L'élection a été marquée par des difficultés rencontrées par les Palestiniens pour accéder aux bureaux de vote. À Khan Younès, des soldats israéliens ont dû ouvrir le feu contre un bureau de vote dans une école et près d'un barrage, empêchant certains accès aux bureaux de vote, d'après le site internet imemc.org.

Des problèmes techniques ont aussi été rencontrés dus à des listes électorales incomplètes. Les personnes non enregistrées dans les listes furent autorisées à voter sur présentation d'une carte d'identité valide. Le vote a été prolongé de deux heures supplémentaires après la fermeture prévue, apparemment à la demande du Fatah. Le dirigeant de la commission électorale a démissionné pour protester.

L'élection a été observée par un grand nombre d'observateurs internationaux dont l'ancien Président américain Jimmy Carter.

Le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Javier Solana, a critiqué Israël pour avoir empêché le bon déroulement de cette élection présidentielle. Il aurait reproché aux Israéliens de ne pas avoir tenu leurs promesses de faciliter cette élection[1]

Exclusion des Palestiniens de Diaspora[modifier | modifier le code]

En plus de la faible participation des Palestiniens des territoires, les Palestiniens vivant en réfugiés ou exilés hors de Palestine n'ont pas pu participer à l'élection.

Contrairement à ce qui était fait en Afghanistan et en Irak, peu d'efforts de la communauté internationale ont été notés pour permettre la participation de ces populations de la diaspora palestinienne ou la candidature de Palestiniens exilés.

Résultats[modifier | modifier le code]

Mahmoud Abbas gagne l'élection avec plus de 62 % des votes enregistrés. 70 % des inscrits aux listes électorales ont voté, mais 30 % des citoyens n'étaient pas enregistrés sur ces listes.

Les résultats complets ont été publiés le 12 janvier 2005 par la Commission Centrale des Élections [2]:

Résultats de l'élection présidentielle du 9 janvier
Candidats - Formation politique Votes %
Mahmoud Abbas - Fatah 501 448 62,52
Mustafa Barghouti - Indépendant 156 227 19,48
Taysir Khald - Front démocratique pour la libération de la Palestine 26 848 3,35
Abdel Halim al-Ashqar - Indépendant 22 171 2,76
Bassam al-Salhi - Parti du peuple palestinien 21 429 2,67
Sayyid Barakah - Indépendant 10 406 1,30
Abdel Karim Shubeir - Indépendant 5 717 0,71
Bulletins invalides 30 672 3,82
Bulletins blancs 27 159 3,39
Total (Participation %) 802 077 100,0
Source: Commission Centrale des Élections

Analyses des résultats[modifier | modifier le code]

À la veille du scrutin, 1,092,407 personnes étaient enregistrées sur les listes électorales d'après la Commission Centrale des Élections (CCE).

Toutefois, lors d'un rapport du 23 novembre, la CCE explique : "le nombre de personnes enregistrées sur les listes d'électeurs a atteint le nombre de 1,111,868, soit 67 % du nombre d'électeurs potentiels estimé pendant la campagne d'enregistrement menée du 4 septembre au 13 octobre 2004. Parmi ces listes, 19,000 noms ont été retirés car des informations étaient manquantes ou à cause de redondance de noms. Après ces ajustements, le nombre de votants enregistrés est descendu à 1,092,856 [3].

Un total de 775,146 bulletins ont été validés lors de la consultation du 9 janvier, selon le rapport officiel qui donnait le détail des votes par candidat.

À l'issue du scrutin, le Dr Hanna Nasir de la Commission Centrale des Élections a affirmé que environ 70 % des personnes enregistrées avaient voté... et qu'approximativement 10 % seulement des personnes non enregistrées étaient venues voter."

Dans un souci de permettre une forte participation au scrutin, la Commission a tenté d'enregistrer le plus grand nombre de Palestiniens sur les listes de l'élection. À quelques heures de la fin du scrutin, la décision de permettre à des personnes non enregistrées de voter en utilisant leur carte d'identité a été grandement contestée, faisant craindre des votes multiples. Un officiel palestinien de l'encadrement de l'élection a déclaré sous l'anonymat à Associated Press que cette décision avait été prise après de fortes pressions du mouvement Fatah de Mahmoud Abbas qui aurait craint son affaiblissement dans le cas d'une faible participation [4].

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

Le Président américain George W. Bush a déclaré que cette élection marquait une étape essentielle vers l'objectif d'un État et a promis d'aider le nouveau président palestinien à relancer les négociations de paix avec Israël.

Abbas fut également félicité par le Premier ministre Ariel Sharon qui lui téléphona après l'annonce des résultats officiels. Sharon réitéra son appel au nouveau dirigeant afin qu'il s'investisse pour mettre fin aux attaques contre des Israéliens.

L'Union européenne salua également cette élection par une déclaration du président de la Commission européenne José Manuel Durão Barroso décrivant "une étape très importante vers la création d'un État palestinien viable et démocratique"[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reproches à Israël par rapport à l'élection, selon Al Jazeera
  2. Résultats officiels des élections
  3. 46% of Registered Voters are Youths, 46% are Women, CCE, 23 novembre 2004
  4. Abbas Wins Palestinian Vote in Landslide, Associated Press, 10 janvier 2005
  5. Abbas achieves landslide poll win, BBC News, 10 janvier 2005

Liens externes[modifier | modifier le code]