Ethos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’ethos (ou êthos, du grec ancien ἦθος ễthos, pluriel ἤθη ếthê) est un mot grec qui signifie le caractère habituel, la manière d'être, les habitudes d'une personne.

La joie, le courage, la mollesse sont par exemple des êthê. Les êthê sont souvent considérés du point de vue moral.

Pour les Grecs, les « arts » (μιμητικαὶ τέχναι mimêtikaì tékhnai), comme la musique, la danse, les arts visuels, la tragédie ou la comédie imitent tous des êthê. C'est ce qu'explique Aristote dans la Poétique et dans la Politique, livre VIII.

L’ethos d'un peuple trouve ses racines dans sa longue histoire. Dans L'état social de la France, Jean-François Chantaraud fait remonter les racines de l’ethos français à la spécificité française du sacre du souverain, qui occupe depuis Pépin le bref de ce fait à lui seul les deux sièges du pouvoir temporel et du pouvoir spirituel, ce qui engendre la délégation consentie par les citoyens de leur responsabilité au chef de l'exécutif.

Rhétorique[modifier | modifier le code]

Pour l’art rhétorique, l’ethos correspond à l'image que le locuteur donne de lui-même à travers son discours. Il s’agit essentiellement pour lui d’établir sa crédibilité par la mise en scène de qualités morales comme la bienveillance et la magnanimité. Par extension, tout acte (discursif ou non) qui contribue à rendre manifeste un tempérament ou des traits de caractère participe de l’ethos.

L’ethos représente le style que doit prendre l’orateur pour capter l’attention et gagner la confiance de l’auditoire, pour se rendre crédible et sympathique. Il s'adresse à l'imagination de l'interlocuteur. Aristote définit le bon sens, la vertu et la bienveillance comme étant les éléments facilitant la confiance en l’orateur. Ces trois notions ont été diversement traduites et complétées au cours des siècles : Aristote les a énoncées dans une culture où elles prenaient un sens différent.

Le logos, quant à lui, représente la logique, le raisonnement et le mode de construction de l’argumentation. Il s’adresse à l’esprit rationnel de l’interlocuteur, tandis que le pathos s’adresse à la sensibilité de l’auditoire — ses tendances, passions, désirs, sentiments, émotions... L’orateur cherche à faire ressentir à l’auditoire des passions : la colère, l’amour, la pitié, l’émulation... De son côté, il ne doit pas se départir de son calme, de son rôle de sage. Ethos et pathos cherchent à séduire l’auditoire.

S'inspirant de la rhétorique aristotélicienne, Roland Barthes liait l’ethos à l’émetteur, le pathos au récepteur et le logos au message.

Voir aussi[modifier | modifier le code]