Bouillé-Ménard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouillé et Ménard.
Bouillé-Ménard
Église de Bouillé-Ménard.
Église de Bouillé-Ménard.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Segré
Canton Pouancé
Intercommunalité C.C. région de Pouancé-Combrée
Maire
Mandat
Vincent Gislier
2014-2020
Code postal 49520
Code commune 49036
Démographie
Gentilé Bouilléens
Population
municipale
736 hab. (2011)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 44′ 33″ N 0° 58′ 00″ O / 47.7425, -0.966666666667 ()47° 44′ 33″ Nord 0° 58′ 00″ Ouest / 47.7425, -0.966666666667 ()  
Altitude Min. 32 m – Max. 104 m
Superficie 15,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Bouillé-Ménard

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Bouillé-Ménard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouillé-Ménard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouillé-Ménard

Bouillé-Ménard est une commune française, située dans le Haut-Anjou du département de Maine-et-Loire en région Pays de la Loire.

Bourg rural pauvre au XVIIIe siècle, descendant d'un ancien domaine gallo-romain, Bouillé-Ménard reste encore au début du XXIe siècle un village dont l'activité principal est l'agriculture, la commune possédant plus d'une quarantaine d'exploitations. Le bourg principal est pris entre deux lignes de crêtes au milieu desquelles coule l'Araize. Bien qu'ayant subit un fort exode rural au XXe siècle, la commune a su renouer avec un essor démographique depuis le début du XXIe siècle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le Haut-Anjou à 11 km au nord-ouest de Segré, la sous-préfecture, et environ 17 km de Pouancé, le chef-lieu de canton. Elle se situe à 4 km au nord de l'axe Rennes-Angers de la D775.

Rose des vents Grugé-L'Hôpital La Boissière (Mayenne) Chatelais Rose des vents
Bourg-l'Évêque N Chatelais
O    Bouillé-Ménard    E
S
Combrée Noyant-la-Gravoyère Chatelais

Topographie, géologie, relief[modifier | modifier le code]

Bouillé-Ménard fait partie de l'unité paysagère du Segréen, et plus particulièrement de la sous-unité paysagère du Pouancéen, qui se caractérise par un paysage vallonné, aux ondulations orientées d'est en ouest où le maillage bocager tend à se densifier au fur et à mesure que l'on descend dans les vallons[1]. Au niveau géologique, la commune se trouve sur un terrain schisteux, de formation silurienne provenant du massif armoricain.

La bourg de la commune se trouve pris en deux lignes de crêtes. La première se trouve au nord de la commune, culminant à 100 mètres au-dessus du niveau de la mer. L'altitude descend ensuite dans la vallée au coule l'Araize, à une altitude de 41 mètres environ. Une seconde ligne de crêtes reprend au sud de la commune, culminant à 99 mètres au lieu-dit La Chapelle aux Pies[2].

Bouillé-Ménard est une des rares communes de France métropolitaine (avec Alzon dans le Gard, et Gatteville-le-Phare dans la Manche), dont l'antipode est une terre émergée, en l'occurrence, l'île principale de l'archipel néo-zélandais des Bounty[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée d'ouest en est par l'Araize, affluent de la Verzée. La rivière est rejointe par le ruisseau de Ruthor et par plusieurs autres ruisseaux, coulant en intermittence, peuvent rejoindre la rivière. Le ruisseau de Misengrain coule au sud, formant la frontière avec la commune de Combrée[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de Maine-et-Loire.

La région du Haut-Anjou est caractéristique de la « douceur angevine »[4]. Le climat du Maine-et-Loire étant un climat de transition entre le climat océanique de la côte atlantique et le climat continental de la Touraine[5], les hivers y sont doux et les étés agréables. À l'arrivée des perturbations venant de l'océan, le Haut-Anjou et Bouillé-Ménard sont en première ligne. Le nombre de jours de précipitation y oscille entre 140 et 150 par an[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Bouillé-Ménard a une longue tradition d'extraction d'ardoise et de fer qui remonte au moins au Moyen Âge, faisant partie du bassin de Segré-Nyoiseau / Noyant-Combrée, cœur du territoire de l’extraction minière fer et ardoise dans le Haut-Anjou[6]. Le Cher et la Loire à proximité ont considérablement contribué à l'extension de ces activités[7].

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Une hache polie et une agate verte ont été trouvées sur le territoire de la commune, preuve de l'existence de peuplement pendant la Préhistoire. Dans l'Antiquité, Bouillé-Ménard était un domaine gallo-romain, connu sous le nom de Bulliacum[8].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La paroisse est fondée dès le XIe siècle et devient une seigneurie au XIIe siècle. Un des ses premiers seigneurs se nomme Bernard de Bouillé. Jusqu'au XIIIe siècle, la famille seigneuriale de Bouillé relève directement d'Angers. La famille est suzeraine de la seigneurie de Pouancé. Elle fait don avant 1148 d'un terrain défriché à l'évêque d'Angers, Ulger, qui y fonda Bourg-l'Évêque. Du XIVe siècle jusqu'à la fin du XVe siècle, la famille Aménard possède le château[8].

Ancien régime et Révolution[modifier | modifier le code]

Au XVIIe siècle, le château appartient à la famille d'Acigné, qui le vend en 1756 à Louis-Benjamin de la Mothe d'Andigné. Au XVIIIe siècle, la majorité des habitants de la paroisse sont pauvres et subsistent grâce au commerce du fil qu'ils vendent à Pouancé, Craon, Segré, ou en Bretagne. La paroisse possède un chirurgien et un poste de gabelle avec un lieutenant, dépendant du grenier à sel de Pouancé. Pendant la Révolution française, en 1790, la paroisse devient chef-lieu d'un canton qui comprend alors neuf communes. Un religieux, le curé Urbain Giron, rejoint peut-être les chouans. Les autres religieux prêtent serment, mais l'un d'eux est remplacé en 1792 après s'être rétracté[8].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1804, le canton de Bouillé-Ménard est démantelé au profit des cantons de Pouancé et Segré. Bouillé-Ménard est incluse dans le canton de Pouancé. La mairie est construite en 1856, en même temps que l'école de garçons. Une école de filles est établie en 1912. La Première Guerre mondiale voit la mort de 63 habitants de la commune. Le monument aux morts est construit en 1921. L'électricité est établie en 1926. La Seconde Guerre mondiale fait neuf victimes[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Bouillé-Ménard est située dans le canton de Pouancé, arrondissement de Segré, dans le département du Maine-et-Loire. La commune comptant moins de 1 000 habitants, son conseil municipal est constitué de 15 élus.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[8]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790 1793 Hunault    
1793 1797 Halligon    
1797 1799 Christophe Guion    
1800 1804 François Fourmont    
1804 1808 Joseph Legueu    
1808 1812 Charles-Joseph-Augustin Walsh de Serrant    
1812 1815 René Malin    
1815 1826 Jean Faucheux    
1826 1830 Walsh de Serrant    
1830 1832 René Malin    
1832 1840 Louis Bource    
1840 1847 René Malin    
1847 1874 Jean-Achille Hunault    
1874 1878 Louis Guillet    
1878 1881 Louis Bource    
1881 1884 Yves Fournier    
1884 1888 Henri Brard    
1888 1892 Jean Cormier    
1892 1896 Henri Brard    
1896 1900 Jean Cormier    
1900 1908 Henri Brard    
1908 1912 Maurice Ménard    
1912 1919 Pierre Ronflé    
1919 1925 Jacques Marsollier    
1925 1935 Eugène Gohier    
1935  ? Louis Petiteau    
 ?  ?  ?    
1989 2001 Claude Chrétien Sans étiquette Retraité agricole
2001 2008 Marie-Paule Grosbois Sans étiquette Secrétaire en assaurances
2008 en cours
(au 18 avril 2014)
Vincent Gislier[9] Sans étiquette Monteur-câbleur en aéronautique

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune adhère, comme les autres communes du canton de Pouancé, à un Syndicat intercommunal à vocation multiple (SIVM) créé en 1966. Celui-ci devient la Communauté de communes de la région de Pouancé-Combrée en 1995[10].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Dans son Dictionnaire Historique, Géographique et Biographique de Maine-et-Loire, Célestin Port livre le compte de la population de Bouillé-Ménard sous l'Ancien Régime. La population est exprimée en « feux », c'est-à-dire en foyer de famille. Pour estimer le nombre d'habitants, il faut appliquer un coefficient multiplicateur de 5. En 1720, la paroisse comptait 161 feux, pour 708 habitants. En 1790, elle comptait 908 habitants[8].


En 2011, la commune comptait 736 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
925 832 881 919 817 911 926 928 940
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
928 904 1 017 914 896 922 970 998 1 103
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 394 1 607 1 431 1 255 1 229 1 219 1 047 922 992
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
901 891 746 733 719 638 717 728 736
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,6 %) est en effet supérieur au taux national (22,1 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 47,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,8 %, 15 à 29 ans = 15,8 %, 30 à 44 ans = 23,2 %, 45 à 59 ans = 16,9 %, plus de 60 ans = 20,4 %) ;
  • 52,1 % de femmes (0 à 14 ans = 24 %, 15 à 29 ans = 14,5 %, 30 à 44 ans = 21,6 %, 45 à 59 ans = 15,3 %, plus de 60 ans = 24,6 %).
Pyramide des âges à Bouillé-Ménard en 2008 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,3 
8,9 
75 à 89 ans
10,8 
11,5 
60 à 74 ans
13,5 
16,9 
45 à 59 ans
15,3 
23,2 
30 à 44 ans
21,6 
15,8 
15 à 29 ans
14,5 
23,8 
0 à 14 ans
24,0 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[14]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Bouillé-Ménard possède une école publique primaire dépendant de l'académie de Nantes (école Alfred Clément), en RPI avec Bourg-l'Évêque, ainsi qu'une école privée mixte sous contrat (école Saint-Joseph). Les collèges se trouvent à Pouancé ou Segré et les lycées se situent à Segré.

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de médecin ni d'infirmier installé à Bouillé-Ménard. Les plus proches sont basés à Châtelais, Bel-Air de Combrée ou Noyant-la-Gravoyère. L'hôpital et les cliniques les plus proches se situent à Segré, de même que le service maternité.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune dispose pour équipement sportif d'un terrain de football et d'un terrain de basket-ball[15]. L'Association Sportive Bouillé-Ménard Pétanque organise des concours et des jeux de pétanque tandis que l'USEP en RPI avec Bourg-l'Évêque gère les activités sportives pour les enfants[16].

Économie[modifier | modifier le code]

Selon l'INSEE, la commune comptait en 2009, hors exploitations agricoles, onze entreprises dont quatre dans la construction et sept dans le commerce, le transport, la réparation automobile et les services divers[17].

Commerces[modifier | modifier le code]

Une supérette dispose d'un relais Poste[15].

Agriculture[modifier | modifier le code]

On comptait 41 exploitations agricoles en 2000[17]. Le nombre d'exploitations a diminué entre 1988 et 2000, passant de 47 à 41, de même que la superficie cultivée a, elle, augmenté dans cette période, passant de 1 476 hectares (moyenne 31 hectares par exploitation) à 1 428 hectares (35 hectares par exploitation). Vingt-trois exploitations élevaient des bovins, le nombre de tête baissant de 2 395 à 1 708 entre 1988 et 2000, et quinze de volailles, dont le nombre augmente très fortement, de 555 à 27 432 sur la même période[17].

Appellations sur le territoire[modifier | modifier le code]

La commune possède au total une quinzaine d'appellations sur le territoire[18]:

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Bouillé-Ménard date du XVIe siècle environ. Il est la propriété de la famille Walsh de Serrant au XVIIIe siècle, mais ceux-ci le vendent en 1882 à Henri Brard. Le bâtiment est alors restauré. Le porche d'entrée est flanqué de deux tours circulaires encastrées dans le logis[F 1].

Le manoir de la Renazaie est un manoir du XVIe siècle, construit en schiste. La façade possède une porte en ogive et deux séries de fenêtres à meneaux et croisillons[F 1].

L'église Sainte-Maurille d'origine a été restaurée entre 1842 et 1849, puis complètement rebâtie en 1894 par l'architecte Beignet. Elle a été financée par la fabrique et un don de Mme Brard, propriétaire du château. Les statues et peintures anciennes ont disparu[F 1],[8].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La commune possède une bibliothèque et une salle de théâtre pour équipement culturel.

La commune est affiliée au syndicat d'initiative du Haut-Anjou pouancéen, syndicat intercommunal[19]. La Foire aux rillauds, galettes et boudins a lieu chaque année lors du week-end suivant le 3 novembre[15]. L'association Culture et Patrimoine de Bouillé organise des événements artistiques et culturels et participe à la restauration du château de Bouillé-Ménard[16].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Paul Guédon (1890-1959), poète né à Bouillé-Ménard.
  • Christiane Lambert (1961), agricultrice à Bouillé-Ménard et responsable d'organismes professionnels.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie,‎ 1965, 2e éd. (lien notice BnF?, lire en ligne)
  • Pierre-Louis Augereau, Les secrets des noms de communes et lieux-dits du Maine-et-Loire, Cheminements, 2004, 398 pages, [lire en ligne], p. 35

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Luc Flohic (dir.), Aude Guiheneuc et Rémy Toulouse, Le Patrimoine des communes de Maine-et-Loire,‎ 2001.
  1. a, b et c p. 1019

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Atlas des paysages du Maine-et-Loire, 2003, Édition le Polygraphe, p. 164
  2. a et b « Bouillé-Ménard », sur geoportail.fr (consulté le 5 mars 2011)
  3. Les coordonnées des Iles Bounty (47° 45′ S 179° 03′ E / -47.75, 179.05 ()) sont à l'opposé de celles de Bouillé-Ménard (47° 44′ N - 0° 58′ O)
  4. a et b Douceur angevine
  5. Comité départemental météorologique
  6. D'ardoise en minerai de fer, le Haut-Anjou minier et ses cités, sur le site de l'association pour la promotion et la conservation du patrimoine minier et ardoisier du haut-Anjou.
  7. La Loire – les peuples du fleuve, par Abel Poitrineau. p. 63-86, La sarabande des frets. Éd. Horvath, Saint-Étienne, 1989. ISBN 2-7171-0639-1
  8. a, b, c, d, e, f et g Célestin Port, Dictionnaire historique, géographie et biographique du Maine-et-Loire, éd. 1996
  9. Réélection 2014 : « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la Préfecture du département du Maine-et-Loire (consulté le 18 avril 2014).
  10. « Connaitre la collectivité > Fiche d’identité », sur le site de la communauté de communes de la région de Pouancé-Combrée (consulté le 8 juin 2011)
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  13. « Évolution et structure de la population », sur Résultats du recensement de la population - 2008 (consulté le 2 juillet 2011)
  14. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur insee.fr (consulté le 2 juillet 2011)
  15. a, b et c « Bouillé-Ménard », sur Communauté de Commune de la région Pouancé-Combré (consulté le 5 mars 2011)
  16. a et b « Bouillé-Ménard », sur le site de l'association Net 1901 (consulté le 7 juin 2011)
  17. a, b et c Évolution et structure de la population sur statistiques-locales.insee.fr
  18. Bouillé-Ménard sur le site de l'INAO - Consulté le 7 juin 2011
  19. « Syndicat d'Initiative du Haut-Anjou Pouancéen », sur tourismepouanceen.wifeo.com (consulté le 3 mars 2011)