Fosse de Porto Rico

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

18° 30′ N 83° 00′ O / 18.5, -83 ()

Localisation de la fosse de Porto Rico

La fosse de Porto Rico est une fosse océanique située entre la mer des Caraïbes et l'océan Atlantique principalement au large de l'île de Porto Rico. Elle a été formée il y a 70 millions d'années. Avec une profondeur moyenne de 8 400 mètres, sa partie la plus profonde est la Fosse de Milwaukee (8 605 mètres). La fosse est allongée et forme une dépression très plate de 280 km de long. La fosse de Porto Rico est située entre deux plaques qui passent l'une sur l'autre dans la longueur avec seulement une petite partie de subduction. La plaque Antilles se déplace vers l'Est, tandis que la plaque nord-américaine se déplace vers l'ouest. La plaque nord-américaine descend sous (subduction) la plaque Caraïbe, au sud de la tranchée au niveau de Porto Rico et des Îles Vierges. Cette zone de subduction explique la présence de volcans actifs sur la partie sud-est de la mer des Caraïbes. L'activité volcanique est fréquente le long du sud-est de l'île de Porto Rico jusqu'à la côte de l'Amérique du Sud. Plusieurs fissures ont été détectées près du bord, ce qui suggère que le processus d'effondrement se poursuit aujourd'hui.

Un volcan de boue, qui crache de la boue saturée à une distance de 10 km, a été découvert à une profondeur de 7 900 m.

Un système de grande faille, qui est similaire à celle de San Andreas en Californie, a été découvert en eaux très profondes à proximité de la tranchée. Une grande partie du glissement horizontal entre les plaques nord-américaine et des Caraïbes se produit le long de cette faille. La faille a été nommée d'après le Dr Elizabeth (Betty) Bunce, un pionnier de géophysique marine qui a enquêté sur cet environnement difficile dans les années 1950[1].

Porto Rico, les Îles Vierges et la République dominicaine n'ont pas de volcans actifs, mais sont des zones à risque pour les séismes et les tsunamis. La fosse de Porto Rico est capable de produire des séismes de magnitude supérieure à 8,0.

Le 11 mai 1910, un tremblement de terre majeur a touché plusieurs villes de République dominicaine. Le 11 octobre 1918, la côte ouest de l'île de Porto Rico a été frappée par un tremblement de terre (7 sur l'échelle de Richter), qui est célèbre dans la région, et a causé un tsunami. Le 11 octobre 1918, un tremblement de terre (7.5 sur l'échelle de Richter) a frappé toute la République dominicaine créant la panique chez ses habitants. Le 4 août 1946, un tremblement de terre de 8.1 sur l'échelle de Richter a dévasté la République dominicaine et créé un gigantesque tsunami. En 1953, la ville de Saint-Domingue en République dominicaine, a été touchée par un tremblement de terre et depuis 1961, les séismes majeurs sont restés à une amplitude de 6 à 6.8 sur l'échelle de Richter. Le tremblement de terre de 1918 a été causé par une vieille faille près de la passe de Mona. La zone de subduction de la fosse de Porto Rico n'a pas rompu depuis plus de 200 ans et est une préoccupation majeure pour les géophysiciens.

Porto Rico, en particulier, a toujours été un sujet de préoccupation pour les experts sismologues, car, en dehors de l'épisode 1918, il y a des cas fréquents de tremblements dans et autour de l'île. Un tremblement en 1981 a été senti à travers l'île, tandis que l'autre en 1985 a été ressenti dans les villes de Cayey et Salinas.

La sensibilisation du public[modifier | modifier le code]

La connaissance des risques de séisme et de tsunami n'a pas été répandue parmi le grand public dans les îles situées à proximité de la tranchée.

Depuis 1988, la Société Portoricaine de Sismologie a essayé d'utiliser les médias afin d'informer les gens sur un séisme qui pourrait entraîner une tragédie catastrophique dans cette région du monde.

Suite au tsunami de 2004 qui a touché plus de quarante pays dans l'Océan Indien, beaucoup plus de gens craignent maintenant des conséquences qu'un tel événement puisse arriver dans les Caraïbes. Les gouvernements locaux ont commencé la planification d'urgence. Dans le cas de Porto Rico et les îles Vierges américaines, le gouvernement des États-Unis a étudié le problème pendant des années[2] et augmente ses enquêtes sismologiques ainsi que le développement de systèmes d'alerte aux tsunamis. En 2007, l'étude la plus récente menée par le United States Geological Survey montre que la probabilité d'une secousse majeure dans la région se situe entre 33-55 %, en d'autres termes élevés[2].

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]