Classe Le Redoutable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Redoutable.
Classe Le Redoutable
Image illustrative de l'article Classe Le Redoutable
SNLE Le Redoutable
Caractéristiques techniques
Type SNLE
Longueur 128,7 m
Maître-bau 10,6 m
Tirant d’eau 10 m
Tirant d’air 11 m
Déplacement 8 080 t en surface, 8 920 t en plongée
Propulsion
  • 1 réacteur à eau pressurisée de 100 MW
  • 1 groupe turboréducteur
  • 1 hélice à 5 puis 7 puis 11 pales
  • 1 moteur électrique auxiliaire alimentée par 2 diesel-alternateurs SEMT-Pielstick 8 PA V 185 de 750 kW chacun (combustible embarqué pour une autonomie de 5 000 nautiques)
Vitesse 25 nœuds (46,3 km/h) en plongée
Profondeur 300 m
Caractéristiques militaires
Armement 16 MSBS
4 tubes lance-torpilles de 533 mm avec 18 torpilles DTCN L5, DTCN F17 et missiles Exocet
Autres caractéristiques
Électronique
  • 1 radar de navigation Thomson CSF DRUA 33 (bande I)
  • 1 sonar passif/actif d'étrave (antennes sur les flancs) Thomson Sintra DSUX 21 multifonctions
  • 1 sonar passif basse fréquences télémètre acoustique DUXX 5
  • 1 flûte ETBF (écoute très basse fréquence) DSUV 61 B
  • 1 détecteur de radar Thomson CSF ARUR 13
Équipage 135 hommes
Histoire
Constructeurs DCN, Cherbourg
A servi dans Pavillon de la marine française Marine nationale française
Période de
construction
1964 - 1985
Période de service 1971 - 2008
Navires construits 6
Navires désarmés 6
classe Le Triomphant Suivant
Chambre des torpilles de la Classe Le Redoutable avec la DTCN L5

La classe Le Redoutable est le nom de la première classe de sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) de la marine nationale française. Elle tire son nom du sous-marin tête de série, Le Redoutable. Ils dépendaient de la Force océanique stratégique (FOST) et sont remplacés par les sous-marins de nouvelle génération de la classe Le Triomphant à partir des années 1990.

Présentation[modifier | modifier le code]

La décision de doter la France d'une série de sous-marins nucléaires lanceurs d'engins, comme composants de la « force de frappe », se concrétise le , avec la signature de la commande du premier SNLE.

La construction de ce nouveau type de matériel débute fin 1964 à Cherbourg. Il s'agit de créer un sous-marin de plus de 9 000 tonnes, équipé d'un système de propulsion nucléaire et qui de plus, doit être capable de tirer des missiles à têtes nucléaires.

Le Redoutable, premier exemplaire de cette classe, est lancé le à Cherbourg en présence du général de Gaulle[1] et avec comme commandant le capitaine de frégate Louzeau ; il a été admis au service actif le 1er décembre 1971 au sein de la Force océanique stratégique sous le commandement de l'amiral Louzeau. À son admission au service actif, il est équipé de 16 missiles mer-sol balistiques M1 (450 kt sur 2 000 km), puis M2 à partir de 1974, puis de missiles M20 comportant chacun une tête nucléaire d'une mégatonne et d'une portée supérieure à 3 000 km.

La tranche réacteur est longue d'environ 8 mètres et à un poids de 700 tonnes.

Retiré du service entre 1991 et 2008, ils sont en cours de démantèlement à Cherbourg sous la responsabilité de la Direction générale de l'Armement[2].

Technologie[modifier | modifier le code]

Les quatre premiers de ces six sous-marins étaient à l'origine de la classe Redoutable puis refondus pour recevoir les missiles M4 et mis au niveau de L'Inflexible.

Leur coque est en acier 80 HLES (haute élasticité) qui leur permet de plonger à 300 mètres.

Certains ont reçu le système d'aide au commandement SEAO/OPSMER.

Liste des navires[modifier | modifier le code]

En tout, six SNLE ont été construits :

Sous-marins nucléaires lanceurs d'engins construits
Nom Immatriculation Date de lancement Mise en service Décommissionné
Le Redoutable S 611
Le Terrible S 612
Le Foudroyant S 610
L'Indomptable S 613
Le Tonnant S 614
L'Inflexible S 615

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Lancement du Redoutable à Cherbourg », sur ina.fr.
  2. « Où en est le démantèlement des anciens SNLE français ? », sur Mer et Marine,‎ 30 juillet 2013 (consulté le 9 janvier 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]