Avant-garde metal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Avant-garde.

Avant-garde metal

Origines stylistiques Heavy metal, musique expérimentale, musique d'avant-garde, rock progressif, avant-prog, jazz fusion, metal extrême
Origines culturelles Milieu des années 1980, Europe centrale
Instruments typiques Basse, batterie, échantillonneur, guitare électrique, synthétiseur, violon, cuivres (parfois)
Scènes régionales Norvège, Suède, États-Unis
Voir aussi Metal progressif, rock expérimental, musique bruitiste, ambient, post-metal

Genres associés

Black metal, post-black metal, metal industriel

L'avant-garde metal, parfois appelé experimental metal (ou metal avant-gardiste en français), est un genre musical dérivé du heavy metal qui se caractérise par une large tendance à l'expérimentation et un goût pour des sonorités, des instruments, ou des structures de chansons peu conventionnelles. Les premiers exemples d'avant-garde metal remontent à Celtic Frost, Fleurety et Ved Buens Ende.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

L'avant-garde metal est le genre dérivé du heavy metal le plus difficile à définir et décrire[1]. Il se caractérise par l'usage d'éléments avant-gardistes, innovateurs, par une grande expérimentation sonore, et par l'utilisation d'éléments sonores, d'instruments, de structures musicales, de styles et de techniques vocales non-conventionnels ou, musicalement parlant, inhabituels[1],[2]. Le terme d'avant-garde metal est souvent utilisé pour décrire les genres à part de « metal atmosphérique » ou « post-metal », nommé en hommage au post-rock[3]. L'avant-garde metal est lié au metal progressif, mais l'avant-garde metal fait plus souvent usage d'expérimentation, tandis que le metal progressif se concentre un peu plus sur l'usage d'instrumentation du heavy metal traditionnel accompagnée d'une complexité technique[1]. L'avant-garde metal fait également usage de sons inhabituels, et implique aussi de nouveaux éléments sonores. Les paroles et présentation visuelle du genre sont également éclectiques[1]. Selon Jeff Wagner, dans l'ouvrage Mean Deviation, la percussion électronique ainsi que les boîtes à rythmes se sont largement répandues parmi les groupes d'avant-garde metal, et sont souvent accompagnées de chants féminins et d'éléments d'opéra, éléments qu'il considère influencés par le groupe Celtic Frost[4]. Le groupe canadien Voivod a également influencé les groupes du genre, avec ses techniques de voix robotiques, une signature sonore inhabituelle, et des morceaux de guitare fracturée, dissonante, et peu commune[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Atsuo du groupe Boris, sur scène à Vancouver, Canada, en 2011

Selon l'auteur Ian Christe, l'avant-garde metal aurait émergé du death metal à l'aide de musiciens qui ont « abandonné la structure musicale traditionnelle et qui ont exploré de nouvelles idées[5]. » Le rock progressif est également cité comme influence[6]. Les premiers exemples du genre incluent les chansons de King Crimson, intitulées Larks' Tongues in Aspic et Red sorties en 1973 et 1974, respectivement[7],[8], la dernière catégorisant l'album dans le « style avant-gardiste », auquel Robert Fripp repensera quelques années plus tard[8]. Un autre exemple d'album du genre est celui de Led Zeppelin, Presence, sorti en 1976[9]. Les pionniers de l'avant-garde metal incluent Celtic Frost[10], Boris[11], Earth[12], Helmet[13], Maudlin of the Well (en)[14], Neurosis[15], Sunn O)))[16], et Voivod[10]. À la fin des années 1990, Misanthropy Records (en) commence à promouvoir l'avant-garde metal norvégien jusqu'en 2000[17] ; selon Jeff Wagner, à la fin des années 1990 et début 2000, une bien nommée « nouvelle vague de l'avant-garde metal » se répand grâce au label The End Records[17]. Wagner explique qu'« avec leur soutien [de Misanthropy et The End Records] et les autres labels, le metal avant-gardiste est désormais lancé[17]. » Quelques autres labels discographiques ayant permis la popularisation de l'avant-garde metal incluent Aurora Borealis[18], The Flenser (en)[19], Holy Records[20], Hydra Head Records[21], Ipecac Recordings[22], Napalm Records[23], l'emprunte Relapse Entertainment de Relapse Records[24], Seventh Rule Recordings (en)[25], et Southern Lord Records[26]. Aux États-Unis, des scènes d'avant-garde metal ont émergées dans la Région de la baie de San Francisco avec des groupes comme Giant Squid (en), Grayceon (en), et Ludicra (en)[27],[28], à Boston avec des groupes comme Isis, Kayo Dot, et Maudlin of the Well, et à Seattle[29]. D'après New York Times, certaines scènes se sont développées au milieu des années 1990 dont les villes de Tokyo, Los Angeles, et Oslo[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Robert Freeborn, « A Selective Discography of Scandinavian Heavy Metal Music », Sound Recording Reviews,‎ Juin 2010, p. 842
  2. (en) Bowar, Chad, « What Is Heavy Metal? », About.com (consulté le 25 avril 2010).
  3. (en) (en) Jeroen Buts, The Thematical and Stylistic Evolution of Heavy Metal Lyrics and Imagery from the 70s to Present Day (lire en ligne), « 5.1 », p. 81.
  4. a et b (en) Wagner, Jeff (2010). Mean Deviation. Bazillion Points Books. (ISBN 0979616336). Page 124.
  5. (en) Ian Christe (2004). Sound of the Beast: The Complete Headbanging History of Heavy Metal. Harper Paperbacks. p. 253. (ISBN 0380811278), consulté le 6 août 2011.
  6. (en) (en) Songwriting for Dummies, 2,‎ 2 août 2010 (ISBN 0470615141, lire en ligne), p. 37.
  7. (en) David Fricke, « Alternate Take: King Crimson's Royal Remix Treatment », Rolling Stone, Jann Wenner,‎ 29 mars 2010 (consulté le 27 avril 2012), ...later turned up on the 1973 avant-metal killer Larks' Tongues in Aspic.
  8. a et b (en) Mojo, The Mojo Collection, 4,‎ 1er novembre 2007 (ISBN 184767643X, lire en ligne), « 4 », p. 337.
  9. (en) David Fricke, « Aenima », Rolling Stone, Jann Wenner,‎ 5 décembre 1996 (consulté le 27 avril 2012), Still, the best parts of Ænima come when Tool just let the music rip and dip with the broiling, avant-metal ferocity of Led Zeppelin's Presence.
  10. a et b (en) Wagner, Jeff (2010). Mean Deviation. Bazillion Points Books. (ISBN 0979616336). Page 109–117.
  11. a et b (en) John Wray, « Heady Metal », New York Times, The New York Times Company,‎ 28 mai 2006 (consulté le 28 mars 2012).
  12. (en) Johnson Cummins, « Album of the Week », Montreal Mirror, Québecor,‎ 1er mars 2012 (consulté le 22 mars 2012).
  13. (en) Michael Senft, « Warped Tour a hit in new digs », The Arizona Republic, Gannett Company,‎ 6 juillet 2006 (consulté le 28 mars 2012), Early arrivals were able to see experimental metal pioneers Helmet as well as retro punks the Casualties.
  14. (en) Wagner, Jeff (2010). Mean Deviation. Bazillion Points Books. (ISBN 0979616336). Page 308.
  15. (en) Jen Guyre, « Exclusive: Neurosis Q&A », Rhapsody,‎ 8 février 2008 (consulté le 30 mars 2012).
  16. (en) Henry Yuan, « Sunn O))) to Curate Roadburn Festival 2011 », Revolver, Future US,‎ 17 avril 2010 (consulté le 7 août 2011), Their metal-based drone experiments have proved groundbreaking and hugely influential for an entire new generation of musicians practicing the art of avant-garde metal, drone, post rock and psychedelia.
  17. a, b et c Wagner, Jeff (2010). Mean Deviation. Bazillion Points Books. (ISBN 0979616336). Page 301–330.
  18. Richard Wilson, « The Haxan Cloak », Allmusic, Rovi Corporation (consulté le 19 juin 2013) : « Distributed by experimental metal label Aurora Borealis, the release earned Krlic a recording deal with the London-based company. »
  19. (en) « THE FLENSER to Release Debut from Animate Metal Sorcerers SEIDR », Blabbermouth.net, Roadrunner Records,‎ 27 janvier 2011 (consulté le 28 mars 2012).
  20. (en) Wagner, Jeff (2010). Mean Deviation. Bazillion Points Books. (ISBN 0979616336). Page 344.
  21. (en) August Brown, « In a digital age, vinyl's making a comeback », Los Angeles Times, Tribune Company,‎ 26 août 2009 (consulté le 28 mars 2012), p. 2
  22. (en) Bob Ruggiero, « Unsane », Houston Press, Voice Media Group,‎ 14 juin 2007 (consulté le 19 juin 2013).
  23. (en) Sean Palmerston, « Draconian Where Lovers Mourn », Exclaim!, Ian Danzig,‎ décembre 2003 (consulté le 27 mars 2012).
  24. (en) Brian Reesman, « Hard Music Billboard Spotlight: Indies vs. Majors: Surviving in a Nu-Metal World », Billboard, Nielsen Business Media, vol. 113, no 48,‎ 1er décembre 2001, p. 23 (ISSN 0006-2510, lire en ligne).
  25. (en) Chad Bowar, « 5 Questions with Wizard Rifle », About.com, The New York Times Company (consulté le 19 juin 2013), We'd like to give a shout out to Seventh Rule and the striking, experimental metal acts coming from this label.
  26. (en) Todd Martens, « Indies on the Verge », Billboard, Nielsen Business Media, vol. 119, no 1,‎ 6 janvier 2007, p. 27 (ISSN 0006-2510, lire en ligne).
  27. (en) Chris Smith, « Rehab of a strung-out musical scene », San Francisco Magazine,‎ juillet 2011 (consulté le 7 août 2011).
  28. (en) Chris Smith, « Our avant-garde metal scene », ca-smith.net,‎ 6 juillet 2011 (consulté le 7 août 2011).
  29. Jennifer Maerz, « Metal Magicians », The Stranger, Index Newspapers,‎ 18 décembre–24 décembre 2003 (consulté le 19 juin 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]