65e régiment d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
65e régiment d’infanterie
Insigne régimentaire du 65e régiment d’infanterie.
Insigne régimentaire du 65e régiment d’infanterie.

Période 1782
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type régiment d'infanterie
Rôle infanterie
Garnison Caserne Cambronne à Nantes
Devise N'a peur de rien et comme Cambronne il le dit bien
Inscriptions
sur l’emblème
Stralsund 1807
Ratisbonne 1809
Anvers 1832
Magenta 1859
Saint-Gond 1914
Artois-Verdun 1915-1916
L'Aisne-Reims 1917-1918
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Première Guerre mondiale
Bataille de France
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Médaille militaire
Décorations Croix de guerre 1914-1918
quatre palmes
trois étoiles de vermeil

Le 65e régiment d'infanterie (ou 65e RI) est une unité militaire française.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 1854 : renommé 65e régiment d’infanterie
  • 1914 : À la mobilisation, il met sur pied son régiment de réserve, le 265e régiment d'infanterie, ces deux régiments étaient principalement composés de Bretons et de Vendéens à l'origine, ce régiment étant caserné à Nantes en 1914.
  • Le 20 mars 1915 création du 411e régiment d'infanterie rattaché au 65e RI et 265e RI.

Colonels / chef de brigade[modifier | modifier le code]

insigne de béret d'infanterie
  • 1803-1811 : colonel Coutard.
  • 1870 : colonel Sée.
  • 1915-1917 : lieutenant-Colonel, puis colonel De Vial.

Historique des garnisons, combats et batailles du 65e RI[modifier | modifier le code]

Guerres de la Révolution et de l'Empire[modifier | modifier le code]

1870-1871[modifier | modifier le code]

Képi d'infanterie de ligne

Au 1er août 1870, le 65e régiment d'infanterie de ligne fait partie de l'armée du Rhin.

Avec le 54e régiment d'infanterie du colonel Caillot, le 65e forme la 2e brigade aux ordres du général Berger. Cette 2e brigade avec la 1re brigade du général comte Pajol, deux batteries de 4 et une de mitrailleuses, une compagnie du génie constituent la 3e division d’infanterie commandée par le général de division Latrille comte de Lorencez. Cette division d'infanterie évolue au sein du 4e corps d’armée ayant pour commandant en chef le général de division de Ladmirault.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

  • En 1914 : casernement Nantes, 41e brigade d'infanterie, 21e division d'infanterie, 11e corps d'armée.
  • À la 21e DI d'août 1914 à novembre 1917, puis à la 134e DI jusqu'à novembre 1918.
  • constitution en 1914 : trois bataillons.

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

  • La Boisselle puis Artois (janvier-juillet), bataille de Champagne (septembre-octobre), La Courtine.

1916[modifier | modifier le code]

  • Champagne, Tahure, Mont sans-nom, Verdun (juillet-août), Woëvre (septembre-novembre).

1917[modifier | modifier le code]

  • Verdun (décembre-16 février 1917), cote 150, région de Saint-Quentin.

1918[modifier | modifier le code]

  • Secteur de Reims (janvier-septembre) Chertres (fin octobre).


Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de France .
Mars 1940[2] 

Le 65e RI, le 48e RI, le 137e RI composent la 21e division d'infanterie (colonels De Rosmorduc, Couturier et Menon). Division d'active originaire de la XIe région militaire (Nantes). Elle est commandée par le général de brigade Pigeaud, puis, à partir du 13 octobre 1939, par le général de brigade Lanquetot. D'abord affectée aux 20e et 5e corps d'armée (4e armée) en Lorraine, elle quitte l'est de la France à partir du début du mois de novembre 1939. Le 13 novembre elle est rattachée au 1er corps de la 7e armée et établit son PC à Dunkerque puis, à partir du 21 novembre à Samer.

Le 65e régiment d'infanterie a été cantonné durant l'hiver 1939-1940 dans le canton de Desvres. La majorité des hommes qui composaient ce régiment étaient originaires de Bretagne. Le 22 mai 1940, le 65e revient à Desvres sous les ordres du commandant Le Guevel, avec la 10e batterie divisionnaire antichar. Les panzers attaquent la gare au petit matin. Rapidement, 200 hommes sont fait prisonniers dans les trains de transports de troupe. Les 7e et 8e compagnies tenteront en vain de reprendre position dans la ville.

Drapeau[modifier | modifier le code]

Fourragère aux couleurs de la Médaille militaire

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[3] :

65e régiment d'infanterie de ligne - drapeau.svg

Décorations décernées au régiment[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée de la croix de guerre 1914-1918 avec quatre citations à l'ordre de l'armée, puis trois à l'ordre du corps d'armée.Croix de guerre 1914-1918 française.jpg
Il a le droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la Médaille militaire.

Personnages célèbres ayant servi au 65e RI[modifier | modifier le code]

Traditions et uniformes[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

N'a peur de rien et comme Cambronne il le dit bien

Mémoire[modifier | modifier le code]

  • Les villes de Desvres, Nantes et Vannes possèdent chacune une rue portant le nom de rue du 65e régiment d’infanterie.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • À partir du Recueil d'Historiques de l'Infanterie Française (Général Andolenko - Eurimprim 1969).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Diplôme de Joseph Nicolle (Montbert (Loire-Inférieure), 1912-1985), soldat au 65e RI, fait prisonnier de guerre le 19 juin 1940 à Nantes, en captivité au Stalag XIII-B (Wehrkreis XIII, Weiden/Oberpfalz) jusqu'en 1945.
  2. Archives de "Dunkerque 1940" livre historica n°80 de septembre 2004
  3. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]