Godzilla (film, 1998)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Godzilla (homonymie).

Godzilla

Titre original Godzilla
Réalisation Roland Emmerich
Scénario Dean Devlin
Roland Emmerich
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Fantastique
Sortie 1998
Durée 140 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Godzilla est un film américain réalisé par Roland Emmerich, sorti en 1998. C'est le remake de Godzilla, film réalisé en 1954 par Inoshirô Honda.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Années 1960. Une série d'essais nucléaires français, aux alentours de l'archipel des Tuamotu, entraine la mutation d'un sphenodon[1]. Trente ans plus tard, la créature monstrueuse attaque un cargo japonais croisant dans le Pacifique Sud. Le seul rescapé est transporté à Papeete, où il est interrogé par des agents de la DGSE. Il murmure le nom de « Gojira », d'après une ancienne légende japonaise. Au même moment, Nick Tatopoulos, un jeune scientifique américain travaillant pour la Commission de réglementation nucléaire, est prié d'abandonner ses recherches à Tchernobyl pour se rendre avec un groupe de militaires à Panama. Il découvre les gigantesque empreintes du monstre, qui a traversé le golfe et piétiné un village pour se rendre dans l'océan Atlantique.

La créature ne tarde pas à refaire parler d'elle, en engloutissant plusieurs navires. Les militaires, sous les ordres du colonel Hicks, essayent de découvrir le lieu vers lequel la chose semble se diriger. Il s'agit de New York, sur la côte Est. Tatopoulos émet l'hypothèse d'un représentant d'une nouvelle espèce biologique, irradié par les radiations. New York est rapidement placé en État de siège par l'armée, qui échoue, malgré son important déploiement, à stopper le monstre reptilien. Tatopoulos découvre que la bête est sur le point de pondre une centaine d'œufs dans les sous-sols de la ville. Ses informations sont volées par son ex-fiancée, la journaliste Audrey Timmonds, qui en fait un reportage. Viré de l'armée américaine, le scientifique est bientôt récupéré par l'agent Philippe Roache, des services secrets français, qui veut trouver le nid de « Godzilla » pour l'anéantir.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980, le réalisateur américain Steve Miner reçoit une « permission spéciale » de la Tōhō pour produire un film américain mettant en scène Godzilla. Avec l'illustrateur William Stout et le scénariste Fred Dekker, il tente de mettre sur pied le projet. Malheureusement, aucun studio américain ne veut investir[3],[4].

En 1992, TriStar acquiert les droits de Godzilla auprès de la Tōhō en vue de produire une trilogie[5]. Les scénaristes Ted Elliott et Terry Rossio sont alors engagés. Ils livrent leur script final en 1994[6]. Quelques mois plus tard, Jan de Bont est choisi comme réalisateur et débute la préproduction du film, prévu pour sortir à l'été 1996[7]. Le réalisateur quitte finalement le projet après le refus de TriStar de lui allouer un budget de 100 à 120 millions de dollars[8].

Peu de temps avant la sortie en salles de Independence Day, le réalisateur Roland Emmerich et le producteur Dean Devlin signent pour reprendre le projet, à condition qu'ils puissent y apporter leurs propres idées[9]. Ils réécrivent presque en intégralité le script initial de Ted Elliott et Terry Rossio. Écologiste et antinucléaire convaincu, Roland Emmerich décide d'y inclure des éléments liés aux essais nucléaires français (relancés par Jacques Chirac à Moruroa, en Polynésie française, après son élection en 1995)[10].

Casting[modifier | modifier le code]

En plus d'inclure des allusions aux essais nucléaires français, Roland Emmerich a l'idée d'engager l'acteur français Jean Reno qui refuse le rôle de l'Agent Smith dans le film Matrix pour faire Godzilla à la place.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage débute en mai 1997 à New York[11]. Alors que le tournage se déroule à Jersey City, une puissante tornade arrive sur la ville. Cependant, l'équipe décide d'en tirer parti et filme certaines images après le passage de la tornade, qui seront très utiles en postproduction[10].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Godzilla: The Album

Bande originale de divers artistes
Sortie 19 mai 1998
Enregistré 1997-1998
Genre Rock alternatif, rap-rock
Producteur Andrew Slater, Sean "Puffy" Combs, Jay Kay, Brendan O'Brien, Green Day, David Arnold
Label Epic
Critique

La musique du film est composée par David Arnold. Cependant, la plupart des titres présents sur l'album commercialisé par Epic sont des chansons d'artistes rap-rock. Le titre "Come with Me", qui reprend un sample de "Kashmir" de Led Zeppelin, connaitra un énorme succès en single. "Deeper Underground" sera aussi un bon succès dans le monde.

Liste des titres
No Titre Interprète(s) Durée
1. Heroes The Wallflowers 3:56
2. Come With Me Puff Daddy, Jimmy Page 6:06
3. Deeper Underground Jamiroquai 4:42
4. No Shelter Rage Against the Machine 4:03
5. Air Ben Folds Five 3:20
6. Running Knees Days Of The New 3:41
7. Macy Day Parade Michael Penn 4:18
8. Walk The Sky Fuel 3:17
9. A320 Foo Fighters 5:44
10. Brain Stew (The Godzilla Remix) Green Day 3:57
11. Untitled Silverchair 3:31
12. Out There Fuzzbubble 2:48
13. Undercover Joey DeLuxe 5:11
14. Opening Titles David Arnold 2:42
15. Looking For Clues David Arnold 1:48
59:04

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film ne s'inspire que très vaguement du film Godzilla réalisé en 1954 par Ishirō Honda. Suite aux mauvaises critiques accueillant le film, la créature de ce dernier fut surnommée G.I.N.O. (Godzilla In Name Only) [13].

La trilogie finalement prévue par Sony Pictures Entertainment fut annulée après la sortie de ce film. Une série animée, Godzilla, la série, a vu le jour de 1998 à 1999, faisant office de suite au film d'Emmerich.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Novélisation du film chez HarperCollins/Éditions J'ai Lu, 1998
  2. http://www.filmreference.com/film/59/Francois-Giroday.html
  3. (en) The Three American Godzilla Films - FilmConnoisseur.blogspot.fr
  4. (en) Chronique de Le Retour de Godzilla sur DevilDead.com
  5. (en) TriStar lands monster of deal with Godzilla - Variety
  6. (en) Script Godzilla de Ted Elliott et Terry Rossio - Scifiscripts.com
  7. (en) GODZILLA 2 RUMORS UNFOUNDED - SciFiJapan.com
  8. (en) (http://www.theglobalcafe.org/article.php?articleID=120 GODZILLA-The Films That Never Were] - The Global Cafe.org
  9. (en) The RriStar Godzilla film - AngelFire.com
  10. a et b [www.allocine.fr/film/fichefilm-25836/secrets-tournage/ Secrets de tournage] - AlloCiné
  11. (en) Allstetter, Rob (août 1997). "Look Out, it's Godzilla!". Wizard (72). pp. 119–120
  12. (en) Godzilla: The Album - Allmusic.com
  13. Alain Vezina, Godzilla : Une métaphore du Japon d'après-guerre, L'Harmattan, coll. « Images d'Asie »,‎ janvier 1992, 2e éd., 192 p. (ISBN 978-2-296-55813-7, lire en ligne), p. 130-131
  14. (en) (en) Distinctions sur l’Internet Movie Database

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]