Étienne-Charles de Damas-Crux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Damas (homonymie) et Crux (homonymie).
Étienne-Charles
de Damas-Crux
Image illustrative de l'article Étienne-Charles de Damas-Crux

Titre Comte de Damas-Crux
(18141817)
Autre titre Duc de Damas-Crux
Prédécesseur Louis-Étienne-François de Damas-Crux
Arme Infanterie
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Provinces-Unies Provinces-Unies
Royaume de Grande-Bretagne Royaume de Grande-Bretagne
Armée de Condé
Royaume de France Royaume de France
Royal Standard of King Louis XIV.svg Royaume de France
Grade militaire Lieutenant général des armées du Roi
Années de service 1770 - 1832
Commandement Régiment de Vexin
Hussards de la Légion de Damas
Corps d'armée des Pyrénées occidentales (1814)
Gouvernement militaire Gouverneur :
  • des 11e et 20e div. militaires
  • 25e division (Corse)
  • 2e division militaire
Conflits Guerre d'indépendance des États-Unis
Guerres révolutionnaires
Campagne de Belgique (1815)
Distinctions Chevalier des ordres du Roi
Grand'croix de Saint-Louis
Autres fonctions Premier gentilhomme de la Chambre du duc d'Angoulême
Commissaire du roi (1815)
Membre de la Chambre des pairs
Biographie
Dynastie Maison de Damas
Naissance 10 février 1754
Château de Crux[1] (Crux-la-Ville)
Décès 29 mai 1846 (à 92 ans)
Paris
Père Louis Alexandre, comte de Damas-Crux
Mère Marie-Louise de Menou
Conjoint Anne-Félicité-Simone de Sérent

Orn ext Duc et pair de France (Restauration) OSE.svg
Blason Maison de Damas.svg

Étienne-Charles, duc de Damas-Crux, né au château de Crux le 10 février 1754, mort à Paris le 29 mai 1846, est un militaire et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né au château de Crux dans le Nivernais, de « l’une des plus anciennes familles de la noblesse de France[2] », dernier fils de Louis Alexandre de Damas, comte de Crux (mort en 1763) et de Marie-Louise (1712-1796), fille de François-Charles, marquis de Menou (1671-1731), brigadier des armées du roi, Étienne-Charles de Damas-Crux fut présenté dès sa naissance dans l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem « au berceau »[3].

Il entra sous-lieutenant au régiment de Limousin-infanterie, le 22 février 1770[3], et y devint capitaine le 5 mai 1772[4]. On lui donna le commandement en second du régiment d'Aquitaine[4] le 3 octobre 1779, et il fit avec ce régiment toutes les campagnes de la guerre d'Amérique contre les Anglais dans les Indes orientales[5]. Un régiment de cipayes qu’on lui avait donné à commander ayant un jour lâchement pris la fuite, le jeune colonel s’opiniâtra à rester presque seul sur le champ de bataille, où, accablé par le nombre, il fut fait prisonnier[6],[3].

La paix, conclue peu de temps après, entre la France et l’Angleterre, le rendit à la liberté et il revint en France[6]. Il fut nommé mestre-de-camp, commandant du régiment de Vexin-infanterie, en 1784[5].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Uniforme de la Légion de Damas

Dévoué à la famille royale[7], le duc de Damas émigra. Une partie de Vexin-infanterie étant venue le joindre, de la principauté de Monaco, en émigration, fit sous son commandement la campagne de 1792[5].

Le comte de Damas-Crux, à l'issue de celle de 1793, leva une légion qu’il conduisit au service de « Hollande », et qui, lors de l'invasion de ce pays par les troupes républicaines, passa à la solde et au service de l'Angleterre[5]. Cette légion ayant voulu ensuite débarquer en France, dans les départements de l’Ouest, son infanterie fut en grande partie détruite le 3 thermidor an III, à l’affaire de Quiberon[7],[3]. Le comte de Damas-Crux conclut, en 1796, avec le prince de Condé, une capitulation en vertu de laquelle il forma un escadron de hussards avec les débris de sa légion[3], et le commanda à l'armée de ce prince[5].

Article principal : Hussards de la Légion de Damas.

Dès l'an 1795[8], S. M. Louis XVIII[5] (ou le comte d'Artois[3]) l'avait promu au grade de maréchal-de-camp. Il suivit le corps de Condé en Pologne en 1801[3] et passa avec lui en Russie la même année[5]. Le comte de Damas-Crux y fut attaché à la personne de S.A.R. Monseigneur le duc d’Angoulême, en qualité de premier gentilhomme de la Chambre[5].

Il accompagna ce prince de Mittau à l'armée de Condé, puis à Varsovie, et enfin en Angleterre[5].

Restauration française[modifier | modifier le code]

Il rentra enfin en France au mois de mars 1814, avec les troupes alliées[7] et suivit le duc d’Angoulême dans le midi de la France où il « l'aida de ses conseils et de son bras » dans toutes les occasions[5].

Il fut nommé lieutenant-général des armées du Roi le 21 mars suivant (ou le 22 juin[7],[3]), et grand'croix de l'ordre de Saint-Louis le 22 août 1814. Il accompagna le duc d'Angoulême durant la campagne de 1815, « qui lui fournit de nouvelles occasions de signaler son dévouement à l'auguste maison de Bourbon »[5].

Envoyé à Toulouse, en qualité de commissaire du roi, avec le baron de Vitrolles, le comte de Damas-Crux y fut arrêté par ordre du général de Laborde[3], et fut conduit sur la frontière d'Espagne[9], où il rejoignit le duc d'Angoulême à Madrid, d'où il fut envoyé par S.A.R. pour commander le rassemblement des sujets fidèles à Tolosa et Irun. Le duc de Damas fit son entrée à Bayonne le 25 juillet, escorté par 1 800 Basques qu'il avait rassemblés. Il avait refusé tout secours du général espagnol comte de la Bisbal, qui lui avait offert de marcher sous ses ordres avec son armée[5].

Après le second retour du roi, le comte de Damas-Crux fut nommé gouverneur des 11e et 20e divisions militaires, commandant du corps d'armée des Pyrénées occidentales[5].

Promu pair de France le 17 juillet 1815[9], il vota pour la mort dans le procès du maréchal Ney[9]. Il fut créé duc le 3 février 1816[9], et prêta serment en cette qualité le 19 février suivant à la cour royale[10]. Ce titre lui avaité été conféré par le roi « en récompense, portent les lettres patentes, des bons et loyaux services rendus, tant à nous qu'à notre bien-aimé neveu le duc d'Angoulême, par M. de Damas, et particulièrement de la conduite qu'il a tenue pour soutenir les glorieux efforts de ce prince dans la circonstance malheureuse où la France s'est trouvée au commencement de l'année dernière[10] ». Enfin, il fut reçu chevalier des ordres du Roi, à Paris[11], le 5 février 1824 : il prête serment à ce titre le 14 mai 1826[11],[n 1].

Le duc de Gramont ayant été investi du gouvernement de la 11e division militaire le 26 septembre 1815, le duc de Damas fut nommé à celui de la 25e division (Corse). Il passa au gouvernement de la 2e division militaire le 10 janvier 1816[10]. Au mois de mars 1816, il fut chargé par le duc d’Angoulême de diverses missions dans le midi de la France, il s’en acquitta « peut-être avec plus de zèle que de sagesse[7] », et les mesures qu’il prit paraissent avoir plutôt compromis la cause de la famille royale qu’elles n’ont servi ses intérêts[7].

Le duc de Damas-Crux se retira de la Chambre haute après les journées de Juillet 1830, ayant refusé de prêter serment au gouvernement nouveau, « restant fidèle jusqu’au dernier moment à ses croyances et à ses affections politiques[6] », et vécut en dehors de la politique jusqu'à un âge très avancé. Il avait été mis à la retraite, comme lieutenant général, le 30 juin 1832[9].

Antoine Vestier : Anne-Félicité-Simone de Sérent de Kerfilis, 1788 Antoine Vestier : Anne-Félicité-Simone de Sérent de Kerfilis, 1788
Antoine Vestier : Anne-Félicité-Simone de Sérent de Kerfilis, 1788
Armes de la famille de Sérent : d'or à trois quintefeuilles de sable[10].

Il mourut à Paris[7] le 29 mai 1846[6], et avec lui s’est éteinte la branche de Damas-Crus, aînée de toute la famille[7]. « La pratique des devoirs de la religion consola sa vieillesse, et son trépas fut sanctifié par les derniers secours de l'Église »[8].

Le duc de Damas avait épousé, en 1799[12], Anne-Félicité-Simone (Paris, 15 janvier 1772 - Paris, 25 janvier 1848), fille d’Armand, duc de Sérent, pair de France, gouverneur du château royal de Rambouillet, chevalier des ordres du Roi, ancien gouverneur de LL. AA. RR. les ducs d'Angoulême et de Berry, et ancien président de la noblesse aux États de Bretagne[10]. N'ayant pas d'enfant, il avait fait substituer sa pairie à Alexandre de Damas, lieutenant général des armées du roi, mais, Étienne-Charles de Damas étant déclaré démissionnaire de sa pairie après avoir refusé le serment au gouvernement de Louis-Philippe Ier, l'héritier de la pairie ne put siéger[12].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Rubans des décorations
Chevalier du Saint-Esprit Grand-croix de Saint-Louis Officier de la Légion d'honneur

Hommage, honneurs, mentions,...[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

D'or, à la croix ancrée de gueules[14],[13],[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lalanne Dictionnaire, p. 621.
  2. Michaud 1843 (t. X), p. 55.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Robert & Cougny 1890, p. 246.
  4. a et b Courcelles, Pairs, p. 35.
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n Courcelles, Pairs, p. 36.
  6. a, b, c, d et e Mullié 1852, p. 343.
  7. a, b, c, d, e, f, g, h et i Michaud 1843 (t. X), p. 56.
  8. a et b Feller 1848, p. 133.
  9. a, b, c, d et e Robert & Cougny 1890, p. 247.
  10. a, b, c, d et e Courcelles, Pairs, p. 37.
  11. a et b Revue héraldique 1867, p. 175.
  12. a et b Roglo 2012.
  13. a, b et c Velde 2005, p. Lay peers.
  14. a et b Rietstap 1884.
  15. Bunel 1997-2011, p. Saint-Esprit.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.