Tolosa (Guipuscoa)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tolosa.
Tolosa
Image illustrative de l'article Tolosa (Guipuscoa)
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Pays basque Pays basque
Province Guipuscoa Guipuscoa
Comarque Tolosaldea
District judic. (Udal / Municipio)
Maire Jokin Bildarratz Sorron (PNV)
Code postal 20400
Démographie
Gentilé Tolosarra
Population 17 888 hab. (2007)
Densité 479 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 08′ 08″ N 2° 04′ 16″ O / 43.135598, -2.07118 ()43° 08′ 08″ Nord 2° 04′ 16″ Ouest / 43.135598, -2.07118 ()  
Altitude 75 m
Superficie 3 738 ha = 37,38 km2
Divers
Saint patron San Juan
Localisation
Localisation de Tolosa

Géolocalisation sur la carte : Pays basque

Voir sur la carte administrative du Pays basque
City locator 14.svg
Tolosa

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Tolosa

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Tolosa
Liens
Site web www.tolosa.eus

Tolosa est une commune du Guipuscoa dans la communauté autonome du Pays basque en Espagne. Elle possède des entreprises importantes dans le secteur industriel, mais la majorité d'entre elles sont issues du secteur de la fabrication de fournitures de bureau. Elle est dotée des services de santé, de banques, de commerces, d'administrations et de tribunaux. Son marché de haricots est réputé dans tout le Nord de l'Espagne.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Tolosa a hérité son nom de la ville française de Toulouse, dont le nom latin et occitan est précisément Tolosa. La ville de Tolosa a été fondée en 1256 par le roi castillan Alfonse X[1] , qui, selon la coutume de l'époque, l'a baptisée avec le nom d'une autre localité déjà existante et avec un prestige notoire, comme c'était le cas de la ville française. Outre Tolosa du Guipuscoa et la ville française d'origine, il existe un Tolosa au Portugal.

La localité est appelée de la même manière en basque et en espagnol. Ses habitants reçoivent le nom de Tolosanos en espagnol ou Tolosarrak en basque.

Géographie[modifier | modifier le code]

Quartiers[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire du Guipuscoa a été incorporé à la Castille en 1200. En 1256, le roi Alfonse X de Castille a accordé la juridiction à Tolosa. Dans cette juridiction on accordait aux habitants de Tolosa des privilèges, privilèges dont ne disposaient pas les habitants des villages proches, ni ceux d'autres provinces. A également disposé la fortification Tolosa, Ordicia et de Segura, des points frontaliers avec la Navarre. La ville originale est édifiée dans une île séparée par un bras de l'Oria qui passait par l'actuelle rue de la Rondilla (précédemment Pablo Gorosábel) et est totalement entourée de remparts, avec six portes dotées de tours de défense (portes de Castille, Arramele, Navarre, casa de las Damas, Matadero et de Nuestra Señora du Socorro).

En 1282, elle souffre d'un incendie qui la détruit. Sanche IV de Castille accorde de nouveaux privilèges pour favoriser sa reconstruction et l'arrivée de nouveaux habitants. Il libèrera de tout impôt à la Couronne (Vitoria, 20 avril 1290), privilèges confirmés postérieurement par Ferdinand IV de Castille et Alphonse XI de Castille.

Toutefois, le maintien de ces privilèges a été parfois problématique, comme quand dans les 1463 le collecteur Jacob Gaón a exigé le paiement de l'impôt appelé pedido aux Tolosans. Ceux-ci lui ont répondu qu'ils étaient exempts du paiement, par les dispositions approuvées par le roi. Gaón les a menacés, et plusieurs d'entre eux l'ont tué, l'ont décapité et ont exposé sa tête tout en haut d'un Pilori, comme punition pour avoir mis à Tolosa tout en haut de leur liste de collectes. Le roi Henri IV de Castille s'est adressé à Tolosa à venger son décès, mais les auteurs se sont enfuis de la ville. Le roi a envoyé démolir la maison dans laquelle on avait commis le crime. Il n'est pas arrivé à exécuter aux auteurs, puisqu'avant de les attraper lui est arrivée une demande des assemblées du Guipuscoa lui demandant pardon pour les Tolosans, et, exposant les arguments de ceux-ci, Henri IV a reconnu qu'ils étaient exempts de ce paiement.

Le prétendant Carlos VII, dans une lithographie de la revue britannique Vanity Fair (1876).

L'insécurité régnante depuis le XIVe siècle fait que pendant deux siècles plusieurs villes et villages se sont unis et séparés du conseil de Tolosa. Parmi elles Abaltzisketa, Aduna, Albiztur, Alegia, Alkiza, Altzo, Amasa, Amezketa, Andoain, Anoeta, Asteasu, Baliarrain, Belauntza, Berastegi, Berrobi, Elduaien, Ernialde, Ezama, Gaztelu, Ibarra, Ikaztegieta, Irura, Laskoain, Leaburu, Lizarra, Lizartza, Orendain, Orexa, Iurre et Zizurkil. Tolosa s'engage à la défense de villes, qui restent sous la juridiction du maire, et elles sont assignées généralement aux privilèges et aux juridictions de celle-ci. Pendant le XIVe siècle plusieurs désaccords avec ces villes se produisent, et un conflit avec Saint-Sébastien pour les cas Andoain, Aduna et d'Alkiza, qui est réglé en 1479 avec le passage de ces trois villes sous la juridiction donostiarra.

En 1469 elle souffre d'un autre incendie important, et d'un autre encore, le plus grand en 1503 qui a affecté même l'église paroissiale, bien qu'étant isolée. On lui accorde deux nouveaux privilèges pour aider dans leur reconstruction et les Rois Catholiques libèrent un ordre par lequel le corrégidor de la province réside à Tolosa quand il ne visitera pas les autres villes.

Le 9 août 1794, pendant la guerre de la Convention, les troupes françaises ont occupé Tolosa. Durant la guerre de l'indépendance, elle a été occupée une autre fois. Elle a entretemps été dominée par l'armée napoléonienne et a souffert d'attaques des guérillas de la zone.

Tolosa a été une des villes les plus importantes du territoire contrôlé par les carlistes dans la guerre civile de 1872-1876, raison pour laquelle elle a été un des sièges périodiques le Cuartel Real [2].

De 1854 à 1856 sous le gouvernement des progressistes, Tolosa a été la capitale du Guipuscoa durant 2 années en cédant plus tard la titularité à Saint-Sébastien, avec le transfert conséquent de la Députation, de toute la gestion et gouvernement à la nouvelle capitale de la province.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Archives provinciales.
Arènes.
  • Archives provinciales du Guipuscoa : construit en 1904 par l'architecte Cortazar, qui a été l'un des premiers à construire en béton dans la province. Depuis le XVIe siècle, Tolosa était déjà le siège des Archives de la Province, située précédemment dans la paroisse.
  • Zezen plaza / Plaza de Toros (Arènes): inaugurée le 24 juin 1903 (l'inauguration était prévue pour Bombita, de son vrai nom Ricardo Torres Reina, mais à cause d'une blessure, il fut remplacé par Bonarillo et Guerrerito), d'une circonférence de 37,5 m avec une allée de 1,8 m et 5 300 places. Outre les corridas, ont lieu des compétitions de sport basque (Korrikalaris (course à pied pour récolter des fonds pour les écoles en langue basque), aizkolariak, souleveurs de pierres, etc.). Les carnavals de la ville ont été le centre névralgique, en courant derrière les taureaux tous les après-midi après avoir bu de l'eau-de-vie depuis le jour de Jueves Gordo (gros jeudi) et le matin du mardi de Carnaval.
  • Palais Idiakez : Construit en 1605, est édifié sur la paroi, dans la zone de l'ancienne porte de Navarre. Le bâtiment actuel est estimé construit au XVIIIe siècle, après lequel un incendie détruira la maison-tour précédente. Sa façade principale est en pierre de taille (ferme la Plaza Zaharra), tandis que ce qui est postérieur est de brique en dent de scie sur la rivière. En 1794 Félix fabulista María Samaniego y Zabala l'a occupé, quand il a exercé la fonction de maire de Tolosa. Le bâtiment est aujourd'hui le siège social du casino de Tolosa.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Couvent de San Frantzisko.
Palais Idiakez, moulin et église de Santa Maria.
  • Couvent de San Frantzisko située à la sortie du Camino Real à Castille. De plante basilical, il a été construit vers 1676 par Nicolás Zumeta et d'Agustín de Lizarraga. Souligner le retable de son autel la plus grande et hotte des Antia.
  • Église Santa Maria: avec 1 630 mètres carrés de surface actuellement. L'église originale a été touchée par l'incendie de 1503, et jusqu'en 1548 n'ont pas pu entamer les travaux par manque d'argent. On édifie alors un bâtiment avec trois hautes nefs achevées par des contreforts en faux croisés, soutenues par six colonnes, dans la variante locale du gothique appelée gothique basque. En 1761 Martín de Carrera la dote de l'actuelle façade baroque avec l'espadaña [3] central et deux tours unies par balustrade, et des années plus tard on ajoute l'atrium. Au XIXe siècle Silvestre Pérez[4] effectue des travaux de restauration avec coupe néo-classique. Elle possède d'un retable central, et dans une des hottes latérales on garde le portail romano-gothique de l'ermitage de San Esteban, qui a été détruit par une inondation.

Culture[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Fêtes et traditions[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alphonse X le Sage ou « le Savant » (en espagnol, Alfonso X el Sabio) (Tolède, 1221-Séville, 1284), roi de Castille et León de 1252 à 1284.
  2. Le Cuartel Real a été le bulletin officiel du gouvernement des prétendants carlistes Carlos María de Borbón y Austria-Este (Carlos VII), publié entre 1873 et 1876 à Oñati, Tolosa (Guipuscoa), Durango (Biscaye) et Estella (Navarre). Bien que les fidèles à Carlos María Borbón y Autriche-Est contrôlent seulement une petite partie du nord de l'Espagne, le Cuartel Real comptait un personnel fixe de collaborateurs, y compris des correspondants à l'étranger et dans d'autres zones de l'Espagne contrôlée par les gouvernements de la République ou Alphonse XII.
  3. L'espadaña est une paroi verticale ou une fausse paroi avec un ou plus vains ou creux où est logée la/les cloche/s, il est spécialement utilisé dans la construction d'églises. La dénomination clocher ou campanile reste pour des constructions plus complexes.
  4. Sylvestre Pérez (Épila (Saragosse, l'Espagne), 1767 - 1825) architecte espagnol.
  5. Annuaire des villes jumelées

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]