Aignan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aignan
Aignan
Blason de Aignan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Mirande
Intercommunalité Communauté de communes Armagnac Adour
Maire
Mandat
Gérard Pérès
2020-2026
Code postal 32290
Code commune 32001
Démographie
Gentilé Aignanais, Aignanaise
Population
municipale
726 hab. (2019 en diminution de 1,89 % par rapport à 2013)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 41′ 55″ nord, 0° 05′ 03″ est
Altitude 165 m
Min. 107 m
Max. 222 m
Superficie 32,16 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de l'Adour-Gersoise
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Aignan
Géolocalisation sur la carte : Gers
Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Aignan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aignan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aignan
Liens
Site web http://www.aignan.org/

Aignan est une commune française située dans l'ouest du département du Gers, en région Occitanie. Sur le plan historique et culturel, elle est dans la Rivière-Basse, un pays se situant dans la moyenne vallée de l'Adour, autour du fleuve qui marque un coude appuyé entre Bigorre et Gers.

Exposée à un climat océanique altéré, elle est drainée par la Douze, le Midouzon, le Petit Midour et par divers autres petits cours d'eau. La commune possède un patrimoine naturel remarquable composé de trois zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Aignan est une commune rurale qui compte 726 habitants en 2019, après avoir connu un pic de population de 1 771 habitants en 1831. Ses habitants sont appelés les Aignanais ou Aignanaises.

Le patrimoine architectural de la commune comprend deux immeubles protégés au titre des monuments historiques : la chapelle du château de Roquelaure, classée en 1979, et l'Hôtel de Grailhe, inscrit en 2015.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune d'Aignan est le chef-lieu du canton d'Aignan dans l'arrondissement de Mirande et se situe à 39 km de Mirande et à 50 km au sud-ouest d'Auch[1]. Aignan est une commune de la région gasconne de la Ténarèze.

Situation d'Aignan.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 3 216 ha. Son altitude varie entre 107 et 222 m[3].

Aignan se situe en zone de sismicité 2 (sismicité faible)[4].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est dans le bassin de l'Adour, au sein du bassin hydrographique Adour-Garonne[5]. Elle est drainée par la Douze, le Midouzon, le Petit Midour, le ruisseau d'Arraté, le ruisseau de Bethaut, le ruisseau de Bonne Font, le ruisseau de Bordegeille, le ruisseau de Candaou, le ruisseau de Carchet, le ruisseau de Douzens, le ruisseau de Labadie, le ruisseau de Labousquère, le ruisseau de la coume grande, le ruisseau de Lahite, qui constituent un réseau hydrographique de 45 km de longueur totale[6],[Carte 1].

La Douze, d'une longueur totale de 123,5 km, prend sa source dans la commune de Gazax-et-Baccarisse et s'écoule du sud-est vers le nord-ouest puis vers le sud. Elle traverse la commune et se jette dans la Midouze à Mont-de-Marsan, après avoir traversé 34 communes[7].

Le Midouzon, d'une longueur totale de 14,5 km, prend sa source dans la commune et s'écoule du sud-est vers le nord-ouest. Il traverse la commune et se jette dans le ruisseau de Saint-Aubin à Sainte-Christie-d'Armagnac, après avoir traversé 6 communes[8].

Le Petit Midour, d'une longueur totale de 24,1 km, prend sa source dans la commune de Gazax-et-Baccarisse et s'écoule du sud-est vers le nord-ouest. Il traverse la commune et se jette dans la Midouze à Bétous, après avoir traversé 12 communes[9].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat du Bassin du Sud-Ouest », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[10]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[11].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[10]

  • Moyenne annuelle de température : 13,3 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,9 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 9,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15,1 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 851 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[13] complétée par des études régionales[14] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Lupiac », sur la commune de Lupiac, mise en service en 1984[15] et qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[16],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 13,5 °C et la hauteur de précipitations de 852,9 mm pour la période 1981-2010[17]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Auch », sur la commune d'Auch, mise en service en 1985 et à 41 km[18], la température moyenne annuelle évolue de 13,1 °C pour 1981-2010[19] à 13,5 °C pour 1991-2020[20].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Une ZNIEFF de type 1[Note 4] est recensée sur la commune[21] : le « lac et bois d'Aignan » (310 ha), couvrant 3 communes du département[22] et deux ZNIEFF de type 2[Note 5],[21] :

  • « la Douze et milieux annexes » (11 575 ha), couvrant 29 communes dont 26 dans le Gers et trois dans les Landes[23] ;
  • le « réseau hydrographique du Midou et milieux annexes » (6 344 ha), couvrant 43 communes dont 37 dans le Gers et six dans les Landes[24].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Aignan est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[25],[I 1],[26]. La commune est en outre hors attraction des villes[I 2],[I 3].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (84,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (85,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (46,5 %), terres arables (19,4 %), prairies (18 %), forêts (13,4 %), zones urbanisées (1,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,9 %), cultures permanentes (0,2 %)[27].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Aignan vient du patronyme latin Annius, suivi du suffixe anum, sans doute le propriétaire du domaine situé en ce lieu à l'époque gallo-romaine[28].

En 1801, la commune est connue sous le nom d'Aignan-la-Justice[3].

Le nom de la commune en occitan gascon est Anhan[29].

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville d'Aignan, autrefois fortifiée, possède encore quelques vestiges de ses anciennes murailles et quelques points d'eau, témoignage de ses anciens fossés. Elle fut le siège d'une capitainerie, d'un archiprêtré et d'une des 25 subdélégations qui se partageaient le territoire de l’Intendance d'Auch, de la rive gauche de la Garonne au versant nord des Pyrénées.

La fondation d'Aignan remonterait à l'an 620 et serait due au seigneur Saxon Anianus, favori de Clotaire, successeur de Genialis, premier duc imposé par les rois Mérovingiens aux Gascons.

Aignan fut la première capitale de l'Armagnac et le siège du Parlement de Gascogne dès le Xe siècle. Le Comté d'Armagnac fondé en 960 par le Comte de Fezensac Guillaume Garcès en faveur de son deuxième fils Bernard le Louche, comprenait à peu près les actuels cantons d'Aignan, de Cazaubon, de Nogaro et de Riscle.

La Maison Comtale existe toujours face à l'église paroissiale Saint-Saturnin. C'est dans cette maison, à la fenêtre du deuxième étage donnant au sud, que fut tué d’un trait d'arquebuse calviniste, en 1590, le gouverneur de la ville qui parlementait avec les assaillants du baron de Sus.

En 1216, Guillaume Vital d'Aignan, accompagne Géraud, comte d'Armagnac, à Montauban où il rend hommage à Simon le Fort.

En 1338, le Sire de Luppé est promu Commandant de la Capitainerie d'Aignan par le Sire d'Albret. À cette époque, une tour pentagonale s'élevait à l'emplacement de l'actuelle place centrale. Haute d’environ 25m, elle était en relation optique avec plusieurs villages des alentours. Cette tour, très délabrée et vestige du Château des Duc de Bouillon, se serait écroulée un dimanche après-midi de 1868. La municipalité décida, par mesure de sécurité, de la détruire entièrement. Les pierres, selon toute vraisemblance, furent stockées et ne servirent que bien plus tard à la construction de l'actuel Hôtel de Ville terminé en 1890.

En 1355, Aignan subit les incursions de Édouard de Woodstock, dit le Prince Noir, dont le domaine arrivait aux limites de l'Armagnac, à l'actuelle commune de Termes d’Armagnac. La cité fut prise d'assaut, pillée et incendiée, ce qui explique en partie l'absence totale d'archives anciennes. Les églises romanes Saint-Saturnin et celle de Lartigue, puis l'église de Fromentas à l'architecture gothique gasconne, subsistent encore.

En 1465, la Douairière de Bouillon cède à la ville d'Aignan la forêt de Naoucrouts ainsi qu'une grande maison, sur la place, qui servait d'Hôpital, le tout contre la redevance annuelle d'une paire de gants blancs.

En 1470, compte tenu de la vie dissolue de Jean V d'Armagnac qui avait épousé sa sœur (connue comme "la plus belle femme du royaume") et en avait eu deux enfants, Louis XI saisit les biens de ce dernier et fait don d'Aignan à son propre gendre Pierre de Bourbon, Sire de Beaujeu et Comte de Clermont et de la Marche. Ce dernier, en , à la demande des Consuls d'Aignan, doit renouveler la reconnaissance du don de la Forêt de Naoucrouts et de l'Hôpital (construction de XIIIe siècle). L'acte de reconnaissance est rédigé en latin et en gascon par Maître Chastenet, notaire à Nogaro, dont les minutes nous sont parvenues. L'acte se termine par le rappel des noms des participants : « Et foc la présenta reconexanca, à ANHA, lo penultième jor de septembre quatz cent hoeytante et hum en présença de Vidon de Laspeyres et Jaymet de Lannefort et mei Joannis de Chastanets notarii villae Nogarolii habitatoris qui instrumentum retnui ».

En , Henri IV, Roi de France et de Navarre passe à Aignan, village qu'il connaissait bien pour y être venu plusieurs fois avec sa mère Jeanne d'Albret, reine de Navarre. La légende dit que du château du Blanin où il résidait alors, il se rendait souvent à Castelnavet voir de gentes demoiselles. D’où le nom du chemin qui relie ces deux lieux : « Chemin du Roi ». L'existence de ces visites permettrait aux vieilles familles de Castelnavet de se prétendre toutes comme descendant du «  Noste Henric ».

Puis, c'est au tour des Calvinistes, avec le Baron de Sus, en , dans le cadre des guerres de religion, d'investir la commune, de la piller complètement avant que Blaise de Monluc ne vienne la libérer (il existe un récit détaillé de cette attaque qui s'est déroulée lors du mariage du Duc de Lassalle avec Catherine de Mau).

Jusqu'à la Révolution, il semble que la commune d’Aignan ait connu une période de calme. Mais à cette époque les esprits s'échauffent à nouveau puisqu'une armée révolutionnaire partit d’Aignan pour se diriger sur Auch où elle s'arrêta sur les hauteurs de l'Oratoire. Le Vicaire d'Aignan, du nom de Daurensan, est déporté en 1782 au Fort du Ha puis embarqué à Dunkerque pour une destination inconnue ; sûrement le bagne de Cayenne.

Plus tard en 1851, le docteur Cavanhac et l'huissier Mangounet sont déportés en Algérie, en tant que responsables locaux d'une vive opposition à Napoléon III.

C’est à 1854, année où est découverte une fabrique de fausse monnaie à Margouet Meymes, que la gendarmerie de Lupiac est transférée à Aignan dans les locaux de l'ancien Hôpital donnés par la Douairière de Bouillon.

Sous l'Ancien Régime, Aignan est déjà réputée pour son commerce du vin et de la verrerie.

La région fut très active sous l’occupation nazie avec des personnages comme le colonel Parisot, Jean Laborde, futur député et Maire d'Auch, Abel Sempé maire d'Aignan et sénateur durant une longue période et « Camillo » Guerrero, responsable des maquis espagnols.

En 1928, l'universitaire américain Jay William Hudson publie un ouvrage intitulé Abbé Pierre, décrivant la vie dans le canton d'Aignan. Il est également l'auteur en 1934 de Morning in Gascony.

Aignan (2).JPG

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Mairie et Poste d'Aignan.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1983 Abel Sempé PS Sénateur (1955-1989), Conseiller général (1945-1988)
1983 1989 Christiane Fabre RPR Pharmacien
1989 2006 Christian Vienne PS Enseignant
2006 2020 Philippe Baratault[30] PS Cadre
2020 En cours Gérard Pérès[31]   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[33].

En 2019, la commune comptait 726 habitants[Note 7], en diminution de 1,89 % par rapport à 2013 (Gers : +0,58 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 4131 4271 4691 4921 7711 6301 6391 6181 686
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 6491 7001 7031 6121 6491 5951 5001 5171 350
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 2151 2471 0881 1391 1759591 035950898
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2015
965932941921842853858775737
2019 - - - - - - - -
726--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[34] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 20,5 %, soit en dessous de la moyenne départementale (27,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 46,4 % la même année, alors qu'il est de 35,0 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 349 hommes pour 381 femmes, soit un taux de 52,19 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,23 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[I 4]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,4 
90 ou +
3,7 
13,3 
75-89 ans
15,6 
31,9 
60-74 ans
26,8 
22,0 
45-59 ans
21,2 
10,7 
30-44 ans
12,2 
10,4 
15-29 ans
9,5 
10,1 
0-14 ans
10,9 
Pyramide des âges du département du Gers en 2018 en pourcentage[36]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,3 
90 ou +
2,8 
10,4 
75-89 ans
13 
21,2 
60-74 ans
21,1 
22 
45-59 ans
21,4 
15,6 
30-44 ans
15,6 
13,5 
15-29 ans
11,8 
16,1 
0-14 ans
14,2 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Aignan dispose d'une école maternelle publique (38 élèves en 2013)[37], d'une école élémentaire publique (87 élèves en 2013)[38] et d'un collège "vert" public[39].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Foires : , et lundis les plus près des , et  ;
  • Marchés : les lundis ;
  • Fêtes de Pâques : samedi, dimanche et lundi de Pâques ;
  • Fête patronale : 1er dimanche de septembre[40].

Santé[modifier | modifier le code]

  • Aide à la personne : ESPA - Emploi Services de Proximité en Armagnac
  • Aide à la personne : ADOM Trait D'Union

Loisirs[modifier | modifier le code]

  • Musée Paul Fontan - Mousquetaire du 20e siècle
  • Les associations artistiques :
    • BANDA : Les Dandy's de l'Armagnac;
    • École de Musique d'Aignan;
    • La Chrysalide : Atelier Dessin - Modelage - Peinture - Sculpture.
  • Les associations culturelles :
    • Aignan y Toros ;
    • Sol y Fiesta : danses sévillanes et Flamenco;
    • Amicale Motocycliste Aignanaise ;
    • Association RELAX : sophrologie et relaxation;
    • Association Sportive de la Course Landaise.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Un club de football : USA (union sportive aignanaise) ;
  • Un club de tennis ;
  • Un club bouliste ;
  • Association RAVA, « Randonneurs d'Aignan et Val d'Adour »[41]
  • Société de pêche « La Gaule aignanaise » ;
  • Parcours de santé au lac d'Aignan ;
  • Randonnées[42] ;
  • Base de loisir ;
  • La piscine municipale (l'été) ;
  • Nombreuses activités équestres.

Activités équestres[modifier | modifier le code]

  • La pratique de l'équitation est facilitée par des circuits en campagne et par de nombreux clubs aux alentours.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018 (données Insee publiées en ), la commune compte 367 ménages fiscaux[Note 8], regroupant 687 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 18 100 [I 5] (20 820  dans le département[I 6]).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
2008 2013 2018
Commune[I 7] 6,5 % 7,5 % 10,2 %
Département[I 8] 6,1 % 7,5 % 8,2 %
France entière[I 9] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 376 personnes, parmi lesquelles on compte 71 % d'actifs (60,8 % ayant un emploi et 10,2 % de chômeurs) et 29 % d'inactifs[Note 9],[I 7]. En 2018, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est supérieur à celui de la France et du département, alors qu'il était inférieur à celui de la France en 2008.

La commune est hors attraction des villes[Carte 3],[I 10]. Elle compte 449 emplois en 2018, contre 444 en 2013 et 390 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 237, soit un indicateur de concentration d'emploi de 189,9 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 42,1 %[I 11].

Sur ces 237 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 123 travaillent dans la commune, soit 52 % des habitants[I 12]. Pour se rendre au travail, 78,2 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 9 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 12,8 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 13].

Activités hors agriculture[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

86 établissements[Note 10] sont implantés à Aignan au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 11],[I 14].

Secteur d'activité Commune Département
Nombre % %
Ensemble 86 100 % (100 %)
Industrie manufacturière,
industries extractives et autres
7 8,1 % (12,3 %)
Construction 9 10,5 % (14,6 %)
Commerce de gros et de détail,
transports, hébergement et restauration
26 30,2 % (27,7 %)
Information et communication 2 2,3 % (1,8 %)
Activités financières et d'assurance 5 5,8 % (3,5 %)
Activités immobilières 4 4,7 % (5,2 %)
Activités spécialisées, scientifiques et techniques
et activités de services administratifs et de soutien
10 11,6 % (14,4 %)
Administration publique, enseignement,
santé humaine et action sociale
12 14 % (12,3 %)
Autres activités de services 11 12,8 % (8,3 %)

Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 30,2 % du nombre total d'établissements de la commune (26 sur les 86 entreprises implantées à Aignan), contre 27,7 % au niveau départemental[I 15].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Les deux entreprises ayant leur siège social sur le territoire communal qui génèrent le plus de chiffre d'affaires en 2020 sont[43] :

  • Sud Ouest Accouvage, élevage de volailles (10 103 k€)
  • Madely, supermarchés (1 704 k€)

Le groupe pharmaceutique Pierre Fabre possède une usine[44],[45] dans la commune, spécialisée notamment dans la fabrication de pastilles pour les maux de gorge, gommes et poudres dermocosmétiques.

Fondés en 1957, l'entreprise SCHAERER réalise tous travaux de mécanique générale de précision[46].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le village d'Aignan (au fond) et le vignoble de Saint-Mont.

La commune est dans le Bas-Armagnac, une petite région agricole occupant une partie ouest du département du Gers[47]. En 2020, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 12] sur la commune est la combinaisons de granivores (porcins, volailles)[Carte 4].

1988 2000 2010 2020
Exploitations 65 50 43 32
SAU[Note 13] (ha) 2 188 2 041 1 835 1 810

Le nombre d'exploitations agricoles en activité et ayant leur siège dans la commune est passé de 65 lors du recensement agricole de 1988[Note 14] à 50 en 2000 puis à 43 en 2010[49] et enfin à 32 en 2020[Carte 5], soit une baisse de 51 % en 32 ans. Le même mouvement est observé à l'échelle du département qui a perdu pendant cette période 51 % de ses exploitations[50],[Carte 6]. La surface agricole utilisée sur la commune a également diminué, passant de 2 188 ha en 1988 à 1 810 ha en 2020[Carte 7]. Parallèlement la surface agricole utilisée moyenne par exploitation a augmenté, passant de 34 à 57 ha[49].

La commune fait partie du terroir des Côtes-de-gascogne (VDP) et de celui des Côtes-de-saint-mont (AOVDQS). Le commerce des eaux-de-vie d'armagnac est très actif (il est possible de visiter des chais de vieillissement). Mais l'activité économique reste surtout agricole. Plaimont y possède un chai.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Saturnin a été construite du XIIe siècle au XIXe siècle[51].

Elle possède un massif clocher carré. À l'intérieur, elle est composée de deux nefs inégales et de deux absides semi-circulaires aux remarquables chapiteaux. Mais elle est surtout connue pour son portail roman sculpté.

L'église a subi au cours de l'histoire de nombreuses vicissitudes : destructions liées aux rivalités entre Anglais et Français durant le Moyen Âge et aux guerres de Religion ensuite. De plus elle a été agrandie, remaniée, complétée durant les siècles suivants.

C'est donc un édifice composite fortifié qui garde toutefois de beaux vestiges de style roman, notamment son décor sculpté.

Église Saint-Jacques de Fromentas (au lieu-dit Fromentas)

Elle a été construite au XVe siècle[52]. Il faut remarquer les voûtes à croisées d'ogives en pierre. Supportées par des consoles placées dans les murs, elles aboutissement à deux grosses colonnes situées en file au milieu de l'église. Le chœur est à trois pans coupés.

  • Église Saint-André de Lartigue.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur au lion à la queue léopardée d'argent, au chef cousu de gueules chargé de trois croissants aussi d'argent[55].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Artcicles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[12].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  5. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  8. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  9. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  10. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  11. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  12. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  13. Les données relatives à la surface agricole utilisée (SAU) sont localisées à la commune où se situe le lieu principal de production de chaque exploitation. Les chiffres d'une commune doivent donc être interprétés avec prudence, une exploitation pouvant exercer son activité sur plusieurs communes, ou plusieurs départements voire plusieurs régions.
  14. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[48].
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique d'Aignan » sur Géoportail (consulté le 11 décembre 2021).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  3. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).
  4. « Recensement agricole 2020 - Carte de la spécialisation de la production agricole par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée (SAU) moyenne par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée par département », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Recensement agricole 2020 - Carte de la surface agricole utilisée (SAU) par commune et de la SAU moyenne », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  2. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  3. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  4. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Aignan (32001) », (consulté le ).
  5. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Aignan » (consulté le ).
  6. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans le Gers » (consulté le ).
  7. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Aignan » (consulté le ).
  8. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans le Gers » (consulté le ).
  9. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  11. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Aignan » (consulté le ).
  12. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  13. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  14. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 à Aignan » (consulté le ).
  15. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 dans le Gers » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Georges Courtès (dir.), Communes du département du Gers, vol. III : Arrondissement de Mirande, Auch, Société archéologique et historique du Gers, , 437 p. (ISBN 2-9505900-7-1, BNF 40101206).
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Aignan », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  4. Plan séisme
  5. « Le réseau hydrographique du bassin Adour-Garonne. » [PDF], sur draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr (consulté le )
  6. « Fiche communale d'Aignan », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le )
  7. Sandre, « la Douze »
  8. Sandre, « le Midouzon »
  9. Sandre, « le Petit Midour »
  10. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  11. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  12. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  13. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  14. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  15. « Station Météo-France Lupiac - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  16. « Orthodromie entre Aignan et Lupiac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  17. « Station Météo-France Lupiac - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  18. « Orthodromie entre Aignan et Auch », sur fr.distance.to (consulté le ).
  19. « Station météorologique d'Auch - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  20. « Station météorologique d'Auch - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  21. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune d'Aignan », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « ZNIEFF le « lac et bois d'Aignan » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « ZNIEFF « la Douze et milieux annexes » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. « ZNIEFF le « réseau hydrographique du Midou et milieux annexes » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  26. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  27. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  28. Bénédicte et Jean-Jacques Fénié, Toponymie gasconne, Éditions Sud Ouest, coll. « Sud Ouest Université », , 128 p. (ISBN 978-2-87901-093-9)..
  29. (oc) Toponimia occitana e senhalizacion en occitan : Gèrç
  30. Site de la préfecture - fiche de Aignan
  31. « Gérard Pérès : portrait du nouveau maire aignanais », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  32. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  34. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  36. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Gers (32) », (consulté le ).
  37. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, École maternelle publique Empu à Aignan
  38. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, École élémentaire publique à Aignan
  39. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, Collège Vert à Aignan
  40. Michel de La Torre, Gers : Le guide complet de ses 462 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5032-2, BNF 35576310).
  41. « Randonneurs d'Aignan en Val d'Adour, l'association qui marche bien.. » (consulté le ).
  42. « Comité Départemental du Tourisme et des Loisirs du Gers », sur www.tourisme-gers.com/ (consulté le ).
  43. « Entreprises à Aignan », sur entreprises.lefigaro.fr (consulté le ).
  44. Pierre Fabre à Aignan
  45. Marc Centene, « Pierre Fabre investit 1,8 M€ à Aignan pour les USA », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. « ETS Schaerer - / » (consulté le ).
  47. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  48. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  49. a et b « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune d'Aignan - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  50. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans le département du Gers » (consulté le ).
  51. Notice no PA00094696, base Mérimée, ministère français de la Culture : église
  52. Notice no PA00094697, base Mérimée, ministère français de la Culture : église Saint-Jacques de Fromentas
  53. La Dépêche du Midi, « Ouverture du musée Paul Fontan », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  54. LE LOUARNE Patricia, « Installation d'une bibliothèque à Aignan > Brèves du réseau > Evénements > Médiagers », sur www.mediagers.fr (consulté le ).
  55. Banque du blason.