Fédération française de la course camarguaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fédération française de la course camarguaise
Image illustrative de l’article Fédération française de la course camarguaise
Logo de la Fédération Française de la Course Camarguaise

Sigle FFCC
Sport(s) représenté(s) Course Camarguaise
Création
Président Jean-Marc Soulas
Siège 485, rue Aimé-Orand
Nîmes
Licenciés 2 497 (en 2016)[1]
Site internet ffcc.info

La Fédération Française de la Course Camarguaise (FFCC) est une association française loi de 1901 fondée le organisant les trophées taurins.

La fédération est agréée par le ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative français depuis décembre 2004[2],[3]. La fédération recense 2 497 licenciés en 2016. La FE DI BIOU (la passion du taureau) est à l'origine de la Course Camarguaise. Animal sauvage emblématique, le taureau Camargue a, depuis toujours, fasciné la population. Des stèles et des statues à l’effigie des taureaux sont édifiées pour honorer certains d’entre eux qui ont été perçus comme des véritables vedettes. Chaque taureau a un nom. Ce dernier figure en lettres majuscules sur les affiches. L’admiration et le respect du taureau (la Fé di biòu) sont les valeurs centrales de la Course Camarguaise en tant que sport et culture.

Historique[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La pratique de la course camarguaise constitue un sport à part entière issu d’une tradition ancienne, reconnu en 1975 par le Ministère de la Jeunesse et des Sports. Ce sport est prodigué par les 16 écoles de raseteurs et encadré par la FFCC auprès de 372 sportifs licenciés. A la croisée de la culture provençale et occitane, la zone d’expression est limitée à quatre départements (Bouches-du-Rhône, Gard, Hérault et Vaucluse). La Course Camarguaise est une activité originale, dont l’organisation est régie par des aspects rituels particuliers et révèle une culture forte, de type communautaire, souvent reliée aux autres traditions camarguaises ou tauromachiques (groupes folkloriques, ferrades, clubs taurins, fêtes traditionnelles). Plus qu’un sport, la pratique de la Course Camarguaise s’inscrit dans un patrimoine culturel immatériel autant que matériel (manades, villes taurines, arènes, musées). L’imprégnation de la culture sportive liée à la Course Camarguaise dans les milieux urbains, péri-urbains et ruraux contribue à ancrer l’identité et l’attractivité des territoires. La pratique sportive de la Course Camarguaise offre un cadre de vie attractif, marqué par une identité forte et un savoir vivre particulier. L’image autant que l’attractivité générée par la pratique de ce sport  engendrent des retombées touristiques et économiques importantes sur l’ensemble de ces territoires.

Rôles de la FFCC[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Missions[modifier | modifier le code]

La fédération a pour mission de rassembler et fédérer les acteurs des courses camarguaises, attribuer les licences, gérer le calendrier des courses, superviser les compétitions, proposer des formations sportives aux jeunes et mener des actions d'information auprès des écoles.

La pratique sportive de la Course Camarguaise repose au centre des festivités et du savoir vivre local. L’animation et le partage de ces traditions sportives  fortement ancrées permettent de faciliter le développement des liens intergénérationnels et interculturels.

La promotion des valeurs et pratique sportive de la course camarguaise au sein des villes, des quartiers sensibles, urbains, ruraux, a permis d’élargir cette pratique à des populations qui en étaient pourtant culturellement éloignées. Comme en témoignent les carrières de nombreux sportifs issus de quartiers défavorisés, la course camarguaise, à travers ses valeurs et sa pratique sportive,  se pose comme un puissant vecteur en faveur de l’intégration sociale et de lutte contre le décrochage scolaire.

Les élevages très extensifs de taureaux de race Camargue contribuent activement à la préservation de l’écosystème des deltas et au maintien de leur  biodiversité. Ces élevages permettent de maintenir une agriculture raisonnée adaptée à un milieu hostile.  Les particularités liées à l’écosystème Camarguais contribuent par ailleurs largement au développement d’un tourisme rural et à l’ancrage identitaire de ces territoires. Ces terres disposent avant tout des qualités nécessaires à l’élevage des taureaux de race Camargue.

Organisation[modifier | modifier le code]

Le comité directeur est composé de trente-cinq membres, le bureau de la FFCC est composé de neuf membres, et la FFCC possède vingt commissions[4].

Communication[modifier | modifier le code]

La fédération a publié pendant de nombreuses années une revue mensuelle nommée La Fe di Biòu depuis sa création en 1975 revue qui est désormais sous forme de site internet : lafedibiou.com[5]

En plus de cela, la FFCC a son site internet : ffcc.info[6] et elle publie aussi des DVD sur le thème des courses. Elle est aussi présente sur le salon de l'agriculture[7], le salon du Toro en Arles, le forum des cultures provençales à Maillane, le forum des sports traditionnels du Languedoc à Castelnaudary, le Forum Total Festum, ou encore le Festival de la Camargue et du Delta du Rhône à Port Saint Louis du Rhône.

Chiffres[modifier | modifier le code]

La fédération recense 2 497 licenciés en 2016 dont 412 femmes.

Licenciés de la FFCC par sexe en 2012.

  •      Hommes (86 %)
  •      Femmes (14 %)

En 2012, les licenciés proviennent de cinq départements : 15 de l'Aude, 884 des Bouches-du-Rhône, 1 163 du Gard, 741 de l'Hérault, 66 du Vaucluse[8].

Licenciés à la FFCC par départements en 2012.

  •      Aude (0,5 %)
  •      Bouches-du-Rhône (30,85 %)
  •      Gard (40,59 %)
  •      Hérault (25,86 %)
  •      Vaucluse (2,3 %)

Les présidents[modifier | modifier le code]

  • 1975-1977 : Louis Lacroix[9]
  • 1977-1980 : Pierre Sarguet[9]
  • -1989 : Jérôme Vigne[9]
  • 1989-1991 : Bernard Fesquet[9]
  • 1991-1993 : Intérim[9]
  • -[10] : Henri Itier
  • 2011[9] : Intérim de Jacques Mailhan, Bruno Pécout et Benjamin Villard
  • 27-[11] : Pierrick Vidal
  • [12]- : Cyril Daniel
  • [13]-[14] : Gérard Batifort
  • 2016 : Jacques Mailhan
  • 2017-2018 : Hadrien Poujol[15]
  • depuis 2018 : Jean-Marc Soulas[16]

Directeurs techniques nationaux (DTN)[modifier | modifier le code]

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] [1]
  2. (fr) « Présentation de la F.F.C.C. » (consulté le 3 août 2009)
  3. Arrêté du 17 décembre 2004 portant agrément d'associations sportives.
  4. « COMPTES RENDUS FFCC », sur www.ffcc.info (consulté le 16 mars 2017)
  5. « La fe di biou - Course Camarguaise », sur lafedibiou.com (consulté le 16 mars 2017)
  6. « FFCC », sur www.ffcc.info (consulté le 16 mars 2017)
  7. « Liste des Exposants », sur salon-agriculture.com (consulté le 18 août 2013)
  8. « Les chiffres », sur midilibre.fr (consulté le 18 août 2013)
  9. a b c d e et f Jacky Siméon, Dictionnaire de la course camarguaise, Au Diable Vauvert, 2013, p. 50.]
  10. « FFCC l Nouvelle organisation », sur midilibre.fr (consulté le 18 août 2013)
  11. « FFCC : Pierrick Vidal démissionne », sur midilibre.fr (consulté le 18 août 2013)
  12. « FFCC : Cyril Daniel président », sur midilibre.fr (consulté le 18 août 2013)
  13. « Gérard Batifort a été élu président de la FFCC », sur midilibre.fr (consulté le 18 août 2013)
  14. http://www.ffcc.info/87-demission_du_president-25.html
  15. « L'équipe fédérale FFCC », sur www.ffcc.info (consulté le 16 mars 2017)
  16. http://www.objectifgard.com/2018/05/17/course-camarguaise-jean-marc-soulas-elu-a-la-tete-de-la-federation/

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]