Transport à La Réunion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le transport à La Réunion s'inscrit dans deux problématiques, celle de l'éloignement à la métropole et celle de l'engorgement du territoire insulaire.

La circulation routière[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Réseau routier de La Réunion.

Contexte[modifier | modifier le code]

L'île de La Réunion comptait, en 2004, près de 300 000 véhicules particuliers soit environ une voiture pour deux habitants. Elles sont plus récentes et plus personnalisées qu'en métropole. La même année, 135 000 tonnes de supercarburant et 230 000 tonnes de gazole ont été importées dans l'île.

La Réunion possède un réseau routier de bonne qualité. Plusieurs routes nationales permettent aisément de faire le tour de l'île  :

Le réseau de chemins départementaux est assez dense. Il permet une desserte plus fine du territoire, notamment des centres urbains et des bourgs d'altitude. La topographie montagneuse de l'île contraint fortement les déplacements. Les nombreuses rivières et ravines obligent la construction d'ouvrages d'art ou pour les éviter à effectuer de nombreux virages. Sur la RN 1 entre Saint-Denis et La Possession le risque de chutes de pierre et la houle cyclonique occasionnent de nombreux basculement voir la fermeture totale de la route. La route nationale 2 est régulièrement coupée par des coulées de lave du Piton de la Fournaise.

Liaison Saint-Denis - La Possession[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1950 alors que le passage de La Montagne était aménagé sommairement, il fut choisi de construire une route le long de la falaise entre Saint-Denis et La Possession, puis ultérieurement de la doubler. C'est la route du Littoral, à laquelle on cherche une alternative à moyen ou long terme. Parallèlement de Saint-Benoît à Saint-Pierre en passant par Saint-Denis un projet de transport en commun en site propre (TCSP) est prévu.

Ces deux projets ont par ailleurs fait l'objet d'un vaste débat public dans le courant du deuxième semestre 2004. L'ensemble des documents produits à cette occasion sont accessibles à partir du site internet.

La Région Réunion porte le projet d'un Tram-Train Régional entre Sainte-Marie et Saint-Paul pour 2012.

Liaison entre Saint-Paul et Saint-Pierre : La Route des Tamarins[modifier | modifier le code]

Le réseau routier dans l'ouest de La Réunion est composé de routes départementales et de routes nationales dont les caractéristiques sont souvent réduites à 2 x 1 voie et où plusieurs ponts et un grand viaduc ont été érigés. Grâce à elles les habitants peuvent parcourir un maximum de km en un minimum de temps ex : St-Denis - St-Paul environ 30 min.

Le transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chemin de fer de La Réunion.
Le tunnel ferroviaire à Saint-Denis.
Ancienne gare ferroviaire de Saint-Pierre

De 1878 à 1882, un chemin de fer a été construit, reliant les villes de Saint-Benoit à Saint-Pierre en passant par Saint-Denis. D'une longueur de 126 km, l'objectif principal était le transport du sucre des divers lieux de production dispersés sur l'île jusqu'au port industriel construit dans le même temps dans une plaine déserte devenue la ville du Port. Surnommé le "ti-train", il assurait également la fonction de transport de voyageurs au travers de 13 gares et 20 haltes qui jalonnaient son parcours. Confronté à des difficultés financières et concurrencé peu à peu par l'autocar et l'automobile, il a été progressivement abandonner dans les années 1960 au profit de la route. Des vestiges de ce passé ferroviaires sont encore visibles aujourd'hui, notamment les gares de la Grande-Chaloupe, de Saint-Denis et de Saint-Pierre.

Le tram-train est un projet abandonné, par la nouvelle majorité régionale élue en 2010 pour des raisons notamment financières[1]. D'une longueur de 40 km, le tram-train devait desservir le nord-ouest de l'île de Saint-Paul à Sainte-Marie en passant par Saint-Denis. Ce-dernier devait voir le jour en 2013.

En 2016, la région a annoncé le lancement d'études de faisabilité pour la réalisation d'un réseau régional de transport guidé qui prendrait la forme d'un monorail ou d'un métro aérien, entre Saint-Denis et Sainte-Marie. Ce projet vise à décongestionner l'entrée Est du chef-lieu, quotidiennement saturé par les flux de véhicules arrivant des communes voisines. A plus long terme le réseau régional de transport guidé devrait s'étendre vers l'Est jusqu'à Saint-Benoît[2].

Le transport en commun[modifier | modifier le code]

Les transports en commun sont généralement peu empruntés à La Réunion. Ceux-ci représentaient seulement 5% des déplacements domicile-travail en 2011 selon l'INSEE[3]. Pour pallier cette situation, plusieurs projets en faveur de la création de voies dédiés aux transports en commun sont menés aux quatre coins de l'île (extension Est du TCSP de la Citalis, réalisation du TCSP de l'entrée Ouest de la ville de Saint-Pierre, réalisation du pôle d'échange multimodal de Duparc,...). Accusant un certain retard, le développement des transports collectifs constituent une priorité pour La Réunion afin de proposer une alternative viable au tout automobile et lutter contre la saturation du réseau routier en de nombreux endroits de l'île.

Le réseau des Car Jaune est un réseau de transport interurbain créé par Conseil Départemental en 1996. Il permet de desservir la plupart des agglomérations de la Réunion. En décembre 2012 s'est opérée une refonte des lignes du réseau afin de recentrer le Car Jaune sur sa vocation interurbaine[4]. Le réseau s'organise par bassin :

Gare routière de Saint-Denis

Le bassin Nord-Ouest comprend 4 lignes :

  • La ligne O1 : St-Pierre / St-Denis Express par le pôle d’échanges du Port
  • La ligne O2 : St-Pierre / St-Denis par le pont Vinh San
  • La ligne O3 : St-Paul / St-Denis Express par le Littoral
  • La ligne O4 : St-Paul / St-Denis Express par la route des Tamarins

Le bassin Nord-Est comprend 4 lignes :

  • La ligne E1 : St-Benoît / St-Denis Express par Le Chaudron 
  • La ligne E2 : St-Benoît / St-Denis par le Bd Sud
  • La ligne E3 : St-André / St-Denis par Ste-Marie 
  • La ligne E4 : St-André / St-Denis par Ste-Suzanne 

Le bassin Sud comprend 6 lignes :

  • La ligne S1 : St-Benoît / St-Pierre par le Grand Brûlé
  • La ligne S2 : St-Benoît / St-Pierre par les Plaines
  • La ligne S3 : St-Joseph / St-Paul par le Littoral
  • La ligne S4 : St-Pierre / St-Paul par les Hauts
  • La ligne S5 : Entre-Deux / St-Pierre par la RD 26
  • La ligne S6 : St-Joseph / Le Tampon par Petite-Ile (à compter du 17 août 2016)

3 lignes spéciales complètent le réseau :

  • La ligne ZE : St-Benoît / St-Denis par l’aéroport Roland Garros
  • La ligne ZO : St-Pierre / St-Denis par la route des Tamarins
  • La ligne T : St-Pierre / Ste-Marie avec les aéroports par les plages

Dans le cadre de la loi NOTRe, le réseau Car Jaune relève désormais de la compétence du Conseil Régional depuis le 1er janvier 2017.

Il existe par ailleurs dans chacune des cinq communautés d'agglomération un réseau de bus spécifique, destiné à réaliser un maillage urbain à l'échelle des intercommunalités. Il s'agit de :

Le transport maritime[modifier | modifier le code]

Le port principal de l'île est le port de la Pointe des Galets. Il est situé sur le territoire communal du Port. Il assure les fonctions de port maritime, commercial, militaire, de pêche et de plaisance. Il est en réalité constitué de deux darses : le Port Ouest, le plus ancien, qui accueille aujourd'hui les activités de pêche et de plaisance, et le Port Est, le plus récent, qui accueille la majorité du trafic container. Il accueille régulièrement les navires de croisière faisant escale à La Réunion. Il n'existe plus de ligne régulière entre Maurice et La Réunion depuis l'arrêt des navettes opérées par les cargos mixtes Mauritius Pride et Mauritius Trochetia.

L'un des deux bassins du port de la Pointe des Galets.

Il existe d'autres ports de plus petite taille disséminés autour de l'île. Il s'agit:

Le transport aérien[modifier | modifier le code]

L'île de La Réunion dispose de deux aéroports internationaux, l'un, l'aéroport de La Réunion Roland-Garros, situé sur le territoire communal de Sainte-Marie dans le nord de l'île, l'autre, l'aéroport de Saint-Pierre Pierrefonds, sur le territoire de Saint-Pierre dans le sud-ouest.

Le premier se trouve précisément au lieu-dit Gillot. En provenance et à destination de la France métropolitaine, sur lignes régulières, il est desservi par les compagnies suivantes : Air France, Air Austral, Corsairfly, XL Airways ou encore Air Mauritius. À partir de la mi-2017, la compagnie low-cost French Blue proposera une liaison direct vers la métropole. La compagnie réunionnaise Air Bourbon a arrêté son activité le .

L'aéroport de Pierrefonds réalise l'essentiel de son trafic dans la zone Océan Indien.

Le transport aérien avec Maurice a généré 435 070 passagers en 2003 et 436 074 passagers en 2004.

De nouvelles lignes internationales ont été inaugurés récemment par la compagnie réunionnaise Air Austral depuis l'aéroport de La Réunion Roland-Garros à destination notamment de l'Inde, la Chine et la Thaïlande.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le tram train de La Réunion est définitivement à l'arrêt », sur Mobilicités (consulté le 28 mars 2017)
  2. « Les études de faisabilité pour le monorail lancées en juillet », Zinfos 974, l'info de l'ile de La Réunion,‎ (lire en ligne)
  3. « Déplacements domicile-travail | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 28 mars 2017)
  4. « Car Jaune », sur Car Jaune (consulté le 28 mars 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Vaxelaire, La Réunion, 4 siècles de défis. L'histoire des travaux publics depuis le XVIIe siècle, Océan éditions, 208 p. (ISBN 2-907064-71-1) .