Nouvelle route du Littoral

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nouvelle route du Littoral
Image illustrative de l’article Nouvelle route du Littoral
Travaux de construction du viaduc de la Grande Chaloupe en .
Historique
Inauguration
Ouverture Pas d'ouverture avant 2027 ou 2028
Caractéristiques
Longueur 12,5 km
Extrémité Est Saint-Denis
Extrémité Sud-Ouest La Possession
Territoires traversés
Région Région Réunion

La nouvelle route du Littoral, ou NRL, est une voie rapide en cours de construction à l'île de La Réunion, département d'outre-mer français du sud-ouest de l'océan Indien. Portée par un ensemble de viaducs et de digues, cette route gagnée sur la mer d'une douzaine de kilomètres reliera à terme Saint-Denis à La Possession en remplaçant l'actuelle route du Littoral, trop exposée aux éboulis de la falaise au pied de laquelle elle se trouve et aux houles cycloniques et australes. Ce faisant, elle constituera une partie de la route nationale 1. Ce projet soulève de nombreux problèmes techniques, écologiques et financiers, et l'attribution de certains des marchés fait l'objet d'une enquête judiciaire[1],[2],[3].

Le coût du projet était financé à hauteur d'1,6 milliard d'euros (base décembre 2011), soit 130 millions d'euros par kilomètre, à comparer aux 6 millions que nécessitent en moyenne un kilomètre d'autoroute en rase campagne[4],[5]. Ce coût élevé vaut à la NRL le surnom de « la route la plus chère au monde »[6]. La chambre régionale de compte a annoncé un surcoût d'environ 300 millions d'euros.

Historique[modifier | modifier le code]

Le projet a fait l'objet d'un avis de l'Autorité environnementale repris à son compte par la ministre de l'environnement et du développement durable en octobre 2011[7], et d'un avis du Conseil national de la protection de la nature[8].

Le viaduc de la Grande Chaloupe est inauguré le [9] et pour les besoins du chantier, une circulation alternée en mode bidirectionnel est mise en place jusqu'au suivant[10].

En 2019, l'approvisionnement en roches pour la route-digue cause l'interruption des travaux. La route nécessite 3 millions de tonnes en gros rochers, dont l'approvisionnement nécessite l'ouverture de carrières à Saint-Leu et Bois-Blanc. Le tribunal administratif suspend en avril 2019 les autorisations d'ouverture, demandant une réflexion sur le schéma départemental des mines. Comme solution alternative, l'extraction de roches depuis les champs est bien plus onéreuse, et l'importation depuis le Moyen-Orient ne satisfait pas politiquement. L'important surcoût lié à l'approvisionnement, estimé entre 150 et 300 millions d'euros, causerait une sortie du cadre du code des marchés publics.

Le , le Conseil d'État confirme la suspension du chantier[11]. Le 20 juin, Didier Robert, alors président du conseil régional de La Réunion, annonce que le projet ne sera réalisé que partiellement[12]. Un accord entre la région et les entrepreneurs a été trouvé le 31 juillet 2020, dont les termes restent à publier[13].

La nouvelle route est livrée le pour la partie viaduc (Grande Chaloupe-Saint-Denis) avec une mise en service attendue pour fin 2021[14]. La construction de la partie digue en mer (La Possession-Grande Chaloupe) est envisagée pour 2023 au plus tôt.

En 2021, la mauvaise installation de plusieurs centaines d'accropodes entraîne des retards supplémentaires[15]. Des contentieux opposent la région et le groupement Bouygues-Vinci, qui demande une allonge budgétaire de 980 millions à 1,2 milliards d'euros pour financer les travaux supplémentaires non prévus[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Adrien Rouchaléou, La Réunion. Une route dans un océan de scandales, L'Humanité, 13 février 2015.
  2. Le projet fou de Vinci et Bouygues qui va ruiner l’île de La Réunion, Reporterre, 3 juin 2015.
  3. Clémence Alméras, Nouvelle Route du Littoral à La Réunion : La route la plus chère de France, La Revue parlementaire.
  4. Voir liste comparative des coûts de construction entre différents pays à Autoroute#Coûts; la construction en site très difficile, comme en Suisse, revient à 65 millions d'euros par kilomètre.
  5. Julien Sartre, « À La Réunion, de lourds soupçons pèsent sur la route à 1,6 milliard », sur Mediapart, (consulté le ).
  6. a et b Philippe Ecalle, « À La Réunion, « la route la plus chère au monde » au paradis des voitures », dimanche Ouest-France, no 1250,‎ , p. 8-9 (ISSN 0999-2138, lire en ligne, consulté le ).
  7. Avis d'autorité environnementale sur le projet de nouvelle route du littoral,16 pages, octobre 2011
  8. Avis sur le projet de route du littoral de la Réunion, 10 septembre 2013
  9. Source : « Le viaduc de la Grande Chaloupe inauguré en grande pompe » sur Zinfos 974
  10. Source : « La route du Littoral basculée dès 20h jusqu'à dimanche 16h » sur Zinfos 974
  11. Le Figaro, Route du littoral à La Réunion: Le conseil d'État confirme la suspension du chantier[1]
  12. « La Réunion renonce à finir l'absurde « nouvelle route du littoral » », sur Reporterre, le quotidien de l'écologie (consulté le )
  13. À La Réunion, un accord trouvé pour terminer le chantier de la route du littoral, par Jérôme Talpin pour lemonde.fr, 2020-08-01
  14. « NRL : le viaduc, qui "n’aboutit nulle part" selon EELV, sera livré le 30 mars », sur Réunion 1ère, (consulté le )
  15. Adjaya Hoarau et Jean-Marc Collienne, « Nouvelle Route du Littoral : 775 accropodes mal installés, du retard dans les travaux et une facture qui s'alourdit », sur Réunion 1ère, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

icône vidéo Vidéo externe
Nouvelle route du Littoral - Animation