Josef Thorak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un sculpteur
Cet article est une ébauche concernant un sculpteur.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Josef Thorak
Josef Thorak-Arbeit 1928 -Mutter Erde fec.jpg

Arbeit, une de ses sculptures se trouvant aujourd'hui à Berlin.

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
Château de Hartmannsberg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Josef Thorak (né le 7 février 1889 à Salzbourg en Autriche, mort le 26 février 1952 à Hartmannsberg en Allemagne) est un sculpteur austro-allemand. Il fut après Arno Breker le second « sculpteur officiel » du Troisième Reich, figurant notamment sur la Sonderliste de la Gottbegnadeten-Liste.

Dans son atelier mis à sa disposition par le gouvernement dans les environs de Munich, Thorak travailla sur ses statues, certaines atteignant les 20 mètres de haut. En 1922, il créa Der sterbende Krieger (le guerrier agonisant), une statue en mémoire des morts de la Première Guerre mondiale de Stolpmuende. Son travail compta aussi de nombreuses statues du Stade olympique de Berlin.

À cause de sa préférence pour les sculptures néoclassiques de nus musculeux, il fut surnommé « Professeur Thorax ». Des influences expressionnistes peuvent être remarquées dans son style néoclassique.

Postérité[modifier | modifier le code]

La cinéaste allemande Leni Riefenstahl a produit le film documentaire Josef Thorak, Werkstatt und Werk, réalisé par Hans Cürlis et Arnold Fanck et qui sortit en 1943.

Source[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Arbeit
  • Monument à l'indépendance de Dantzig
  • Heim
  • Les sculptures du pavillon Nazi de l'exposition universelle de 1937 à Paris en compagnie d'Albert Speer : "la famille", "la camaraderie"