Invader (artiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Space-Invader (artiste))

Invader
Image dans Infobox.
Portrait d'Invader en 2007.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Franck SlamaVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
InvaderVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Mouvement
Site web
Œuvres principales

Invader est un artiste de rue et mosaïste français, né en France en 1969. Il installe depuis 1996 une série de Space Invaders, réalisés en mosaïques, sur les murs de grandes métropoles internationales.

Biographie et réalisations[modifier | modifier le code]

Franck Slama[1],[2] est né en 1969[3]. Enfant, il joue à Space Invaders[3].

Élève de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, Invader installe depuis 1996 une série de Space Invaders réalisés en mosaïques de carrelage ou de tesselle sur les murs des grandes métropoles internationales. Pour conserver son anonymat[4], l'artiste choisit d'apparaître masqué lors de ses interviews[5],[6].

La pose de ses œuvres, qui est effectuée le plus souvent sans accord préalable du détenteur de l'emplacement, constitue ce qu'il appelle L'invasion[7]. Il est représenté par la galerie Over the Influence de Hong Kong.

Démarche[modifier | modifier le code]

Un Invader, AVI_06, dans la cour du palais des papes, à Avignon.

Sa démarche artistique — L’invasion — a commencé le jour où Invader a posé le premier Space Invader dans une rue de Paris, près de la place de la Bastille en 1996. Cette œuvre, maintenant recouverte d'une couche d'enduit, est pour l'artiste devenue un Space Invader fossilisé, pris dans les sédiments de la ville[8]. Le programme de cette « invasion » commence réellement en 1998. Paris, considéré comme son berceau, est le lieu de la plus forte concentration de ces « virus urbains »[9]. Invader se définit lui-même comme un hacker de l’espace public propageant dans les rues un virus de mosaïque[10]. La rue est sa toile, ses interventions des dons à la ville et à ses habitants[11],[12],[13].

En , 3 962 Space Invaders étaient répartis dans soixante-dix-neuf villes du monde entier[14]. Suivant un argument commun aux représentants du street art, l'artiste considère que les musées et les galeries d'art ne sont pas accessibles à tous, c'est pourquoi il décide d'installer son travail dans des espaces publics rendant son art visible au plus grand nombre[12].

La démarche d’Invader se résume à trois points : la rencontre entre la mosaïque et le pixel, la transposition d’un jeu vidéo dans la réalité[15],[16] ainsi qu'un processus d’invasion à l’échelle planétaire.

Méthode[modifier | modifier le code]

Un Invader, CLR_39, à Clermont-Ferrand, rue d'Assas.

Ses œuvres ne sont pas posées au hasard. L'artiste choisit ses emplacements selon divers critères qui peuvent être esthétiques ou tactiques. L’artiste dit préférer les sites où la fréquentation est élevée, mais ne néglige pas pour autant des sites urbains plus isolés : « Un bon spot est comme une révélation… il saute aux yeux[17]. » Il se voit comme un « acupuncteur urbain »[18].

Chacune de ses œuvres est unique[19]. Le répertoire de ses personnages s’étend maintenant à Star Wars[20] (Londres), à la Panthère Rose, ou Mega Man[21]. À Hong Kong, ses œuvres évoquent les arts martiaux où les tons rouge et or reflètent les couleurs traditionnelles chinoises de la terre et du feu[12].

En règle générale, les mosaïques sont placées entre trois et quatre mètres au-dessus du sol. Invader a mis au point des méthodes et techniques pour atteindre des endroits parfois dangereux et difficiles d'accès[12]. En , l’artiste a dévoilé un Spider-Man placé très haut sur le mur pignon à l'angle des rues Saint-Roch et d'Argenteuil dans le 1er arrondissement de Paris[22].

En , à Los Angeles, Melrose Avenue, il réalise son premier Space Invader de grand format d'une dimension de 6 × 4 m, à d'un m2 « adaptés à l'échelle américaine ». Le , Invader bat son record en installant un Space Invader à l'effigie de Dr House d'une dimension 10 × 5 m dans le 13e arrondissement de Paris, sur une des façades de l'hôpital de la Salpêtrière[23],[24].

Des personnalités ont fait l'objet de modèle pour Invader. En , il réalise à Clermont-Ferrand une mosaïque de plusieurs mètres de haut représentant Serge Gainsbourg dans la rue qui porte son nom[25].

La mosaïque, inaltérable et de couleurs pérennes, est un matériau adapté aux surfaces urbaines extérieures. De plus, la forme carrée de ses tesselles fait référence au pixel. Pour les fixer, Invader utilise des colles et ciments professionnels. Les modèles sont confectionnés à l'avance. Quand Invader arrive dans une ville, il obtient en priorité une carte de celle-ci pour organiser son « invasion ». Aussitôt fait, il lui faut au minimum une semaine pour l'investir entièrement, dans la clandestinité absolue[13].

Chaque Space Invader est indexé dans une base de données[10] où sont référencés les date, localisation, points attribués[C'est-à-dire ?] et deux photographies de l'œuvre en place (un gros plan et un plan large). Invader accorde à ces photographies plus une valeur d'œuvre que de document. Quand Invader juge son intervention satisfaisante, un plan topographique est dessiné puis imprimé à l’aide d’un partenaire local pour une diffusion auprès du grand public[26]. Un soin particulier y est apporté car chacun d’eux synthétise tout le processus. Chaque plan possède sa propre esthétique, son propre style, et raconte sa propre histoire. À Montpellier, les emplacements des mosaïques ont été choisis de telle sorte que leur ensemble forme un Space Invader sur le plan[10].

Depuis le début de sa carrière, les supports et les sujets ont été améliorés pour devenir les Space Invaders tels qu'on les connaît aujourd'hui. Si les carreaux de carrelage et les « envahisseurs de l'espace » sont toujours son thème de prédilection, des personnages d'autres jeux vidéo comme Super Mario sont apparus dans les rues du monde entier.

Réception[modifier | modifier le code]

Le travail d'Invader a fait l'objet de plusieurs expositions à Paris, Osaka, Melbourne, Los Angeles, New York[27], Londres et Rome[28]. L'artiste a exposé dans de nombreuses galeries, centres d'arts et musées, notamment lors de la 6e édition de la Biennale d'art contemporain de Lyon en 2001, pour la MAMA Gallery (en) de Rotterdam en 2002, à la galerie Magda Danysz en 2003[29], au Borusan for Culture and Arts à Istanbul, à la galerie Subliminal Projects[30] de Los Angeles en 2004 et à la Galerie de Bellecour de Lyon en 2005 (maintenant Michali Gallery, Palm Beach, exposition pour laquelle il créa Rubik Mona Lisa, Joconde assemblée avec près de 330 Rubik’s Cubes). En 2016, une exposition intitulée Wipe Out a eu lieu à Hong Kong à la HOCA Foundation[31].

Le à la Foire internationale d'art contemporain à Paris, Invader accroche une de ses créations sous forme de sticker sur la veste de Jacques Chirac, alors président de la République[32].

Sur l'invitation de la critique d'art Alexia Guggémos, le , Invader envahit les pages du quotidien 20 Minutes[33].

En 2010, il apparaît dans le film Faites le mur ! produit et réalisé par Banksy et filmé par Thierry Guetta (Mr Brainwash)[29],[13]. On peut l'y voir lors de ses débuts en tant que street artiste.

Le , le millième Space Invaders est posé à Paris[34][réf. non conforme] lors de l'exposition intitulée 1000 sur la façade de la Générale[35][réf. non conforme].

En 2011, il participe au MOCA LA Show au Greffen Contemporary[36] : Art in the streets organisé par Jeffrey Deitch. L'exposition met en avant les street artistes actifs au cours des dix dernières années et présente les pionniers du street art.

En 2016, Invader organise l'exposition Wipe Out à la HOCA Foundation à Hong Kong.

Lors de la première édition du grand prix de l'eRéputation en 2011, Invader est élu artiste contemporain français le plus présent sur la Toile en France et dans le monde[37] sur le net en 2011[38]. De multiples pages Internet sont dédiées aux Space Invaders, sur les sites de partage de photographies, sur des pages Facebook de fans, etc. En suivant le style de l'artiste, des admirateurs ont réalisé et collé de nombreuses fausses mosaïques dans des agglomérations où Invader n'est jamais allé.

Son travail est apparu de nombreuses fois à l'écran, dans Futurama de Matt Groening, mais aussi dans plusieurs films et séries : Californication, L.A. Confidential, Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain, Le Petit Nicolas[39]. En 2009, dans la série BD Artica « Le Passager de la préhistoire », le dessinateur Bojan Kovačević représente une mosaïque à la manière d'Invader dans une scène se déroulant à Istanbul[40].

Plusieurs de ses pièces sont arrachées par des collectionneurs ou des marchands. Les carreaux de mosaïques étant très fragiles, voler l’œuvre collée au mur est impossible[41]. La technique de ces voleurs consiste à détruire l’original pour ensuite la recréer avec des carreaux achetés dans le commerce auxquels ils tentent de donner une patine ancienne[réf. nécessaire]. En , Invader perd son procès en contrefaçon contre des collectionneurs qui avaient essayé de desceller une de ses mosaïques le dans le 3e arrondissement de Paris[42].

En 2017, la municipalité de Paris porte plainte à la suite du vol de plusieurs Invaders par des collectionneurs se faisant passer pour des agents de la municipalité[43]. Les voleurs sont initialement repérés par des usagers de Twitter, qui partagent des photographies des délits, puis font remonter les faits à la mairie[44].

En 2020, la Joconde en Rubik's cube d'Invader est adjugée pour la somme de 480 200 euros, à Paris[45].

Projets[modifier | modifier le code]

Musée du Louvre (1998)[modifier | modifier le code]

Le [46], Invader intervient à Paris au musée du Louvre[47] qu'il « envahit » en posant sans autorisation dix Space Invaders. Certains d'entre eux sont restés en place pendant des années, d'autres ont rapidement été découverts et retirés. Ces mosaïques ont depuis disparu.

Panneau Hollywood (1999)[modifier | modifier le code]

L’endroit le plus insolite jamais investi est, du point de vue de l’artiste, le panneau Hollywood de la colline du même nom à Los Angeles[48]. Le premier a été collé sur la lettre « D » le « pour y poser le bug de l’an 2000 »[réf. nécessaire]. L'artiste a ensuite orné les autres lettres au cours de ses différents voyages dans cette ville. L'emplacement lui est d’autant plus intéressant qu’il est interdit d’accès.

Rubikcubisme[modifier | modifier le code]

Au début du XXIe siècle à Paris, Invader crée un style qu'il dénomme « rubikcubisme »[49],[50],[51]. Il se caractérise par l’utilisation de Rubik's Cube comme medium. Grâce à ce procédé, Invader prolonge sa démarche sur le rapport entre le pixel et la mosaïque. En 2005, il commence à créer ce qu'il appelle des tableaux-objets.

Les contraintes de l’objet, sa taille et sa palette limitée à six couleurs le conduisent à produire des œuvres qui ne se révèlent au spectateur que lorsque celui-ci prend du recul ou lorsqu’on les regarde à travers l’écran de son smartphone[pas clair].

Invader reprend et détourne des images iconiques de l'histoire de l'art comme La Joconde de Léonard de Vinci. C'est la première d’une série intitulée Rubik Master Pieces. Il réalise en 2006 l'œuvre Rubik Origine, hommage au célèbre tableau L'Origine du monde de Gustave Courbet.

En 2008, pour représenter le quatorzième dalaï-lama, il crée Rubik Dalaï Lama après sa rencontre avec des réfugiés tibétains au Népal[52],[53].

Dans la série des Rubik Bad Men[50], Invader reprend des portraits de « vilains » ou d'anti-héros, qu'ils soient réels ou qu'ils appartiennent à la fiction : de Florence Rey à Carlos en passant par les membres de la RAF, Scarface ou Maléfique[54].

Avec sa série des Rubik Low Fidelity[50], l'artiste passionné de musique décide de transposer les images de ses dix albums préférés dans son univers « rubikcubiste » pour l’exposition Top10 à la Jonathan Levine Gallery de New York. Le format carré et les images très travaillées des pochettes de disques se prêtent à l’exercice. La série s’étoffera de nouvelles œuvres présentées notamment lors des expositions Low Fidelity à la Lazarides Gallery de Londres en 2009[55] et mille à la galerie Le Feuvre en 2011.

Œuvres sous-marines[modifier | modifier le code]

En 2007, Invader découvre le travail de l'artiste Jason de Caires qui vient d'intégrer la galerie new-yorkaise qui le représente. Après avoir pris contact avec lui, ils collaborent sur une série de sculptures sous-marines.

Depuis 2012, trois Space Invaders sont installés au fond de la baie de Cancún[56].

Art4Space[modifier | modifier le code]

En , Invader envoie la mosaïque Space1 dans la stratosphère grâce à un aéronef porté par un ballon météorologique rempli d’hélium.

Ce vol représente un premier pas vers l’espace, « terre natale » des Space Invaders. Il en tirera un documentaire baptisé Art4Space[note 1][réf. non conforme],[57].

Space2ISS[modifier | modifier le code]

Le , une nouvelle mosaïque baptisée Space2[58] est embarquée à bord du vaisseau spatial européen ATV-5 lancé par la fusée Ariane 5 en destination de la station spatiale internationale (ISS).

L'opération baptisée SPACE2ISS comprend également un volet terrestre. Invader s'est donné comme but d'intervenir dans les huit principaux centres de l’ESA à travers l’Europe. À ce jour[Quand ?], six ont été atteints :

Le , Space2 trouve sa place définitive à bord du module Colombus où la mosaïque pourra être vue par les astronautes de toutes les nationalités en mission dans l’ISS[59].

Guides et cartes d'« invasion »[modifier | modifier le code]

Les créations visibles dans les rues représentent la partie la plus accessible de ce projet mais chacune d’elles est également référencée et positionnée sur une carte[14] et photographiée pour être archivée dans la base de données d’Invader. L'artiste les édite à travers des livres-ovnis[60], des guides d’invasions et des cartes d’invasions qui permettent de suivre sa trace à travers les villes[61].

Villes concernées[modifier | modifier le code]

L'invasion a commencé en 1998 à Paris.

En 1999, Invader envahit Los Angeles pour la première fois et c'est la neuvième ville[62].

Dans un ouvrage paru en 2010, Invader évalue qu'il a posé entre 2 000 et 3 000 œuvres. Il affirme qu'il a posé un minimum de dix mosaïques dans trente-huit villes[63]. En , il reconnaît avoir collé 2 692 Space Invaders dans au moins 77 villes, édité 19 cartes d'invasion, effectué dix tours du monde, passé 22 nuits au poste de police et avoir manipulé plus d'un million et demi de carreaux cimentées, formant un vaste réseau à l'échelle planétaire[8]. En , quatre-vingt deux villes sont ornées de ses œuvres[64].

En , Invader achève sa première intervention à Toulouse[65], c'est la 66e ville à être « envahie ». Dix envahisseurs aux couleurs de la ville rose y ont pris place[66].

En , le site officiel recense plus de trois mille sept cents Space Invaders dans soixante-dix-sept villes[14]. La mappemonde du site Internet de l'artiste permet de les situer[14].

Sont présentés dans les listes suivantes les villes référencées par l'artiste, de Londres à Los Angeles, en passant par Tokyo, New York, Bangkok et Paris, la ville où il a le plus œuvré[67],[note 2].

En France[modifier | modifier le code]

En Europe[modifier | modifier le code]

Dans le reste du monde[modifier | modifier le code]

Expositions[126][modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 1999 : New Player insert coins, Jean Charles de Castelbajac CS, Paris, France.
  • 2000 : Same player shoot again, Galerie Almine Rech, Paris, France.
  • 2001 : I invade Tokyo, And-a, Osaka, Tokyo, Japon.
  • 2003 :
    • Game not over, Galerie Magda Danysz, Paris, France.
    • Invader, Citylights Gallery, Melbourne, Australie.
  • 2004 : I invade HOYWOD, Subliminal Projects, Los Angeles, États-Unis.
  • 2005 :
    • Invader Compilation, Galerie de Bellecour, Lyon, France [maintenant Michali Gallery, Palm Beach], incluant Rubik Mona Lisa, Joconde assemblée avec près de trois cent trente Rubik’s Cubes.
    • Rubikcubism, Six space, Los Angeles, États-Unis.
    • Rubik space, Galerie Patricia Dorfmann, Paris, France[127].
  • 2007 :
    • Bad Men-Part I, Galerie Joellenbeck, Cologne, Allemagne.
    • Bad Men Part II and Invasion London, Lazarides Gallery, Londres, Royaume-Uni.
  • 2008 : BetonblumenInvaded Bridge, MuseumsQuartier, Vienne, Autriche.
  • 2009 :
    • Low Fidelity, Lazarides Gallery, Londres, Royaume-Uni.
    • TOP 10, Jonathan Levine Gallery, New York, États-Unis.
  • 2010 :
    • Home Sweet Home, Gallery Target, Tokyo, Japon.
    • Roma 2010 and Other Curiosities, Wunderkammern, Rome, Italie.
  • 2011 :
    • Attack of the Space Waffles, Lazarides gallery, Londres, Royaume-Uni.
    • 1000, La Générale et Galerie Franck Le Feuvre, Paris, France : En , il a réalisé, conjointement avec la Galerie Le Feuvre, une exposition intitulée « 1000 » dans le grand bâtiment industriel de La Générale à Paris pour fêter son millième Space Invader dans la capitale française. Il propose au public des gaufres en forme de Space Invader et la « Speed Ball Machine » une sculpture qui lance des balles rebondissantes dans lesquelles sont insérés des Space Invaders.
  • 2012 : Derives, Alice Gallery, Bruxelles, Belgique[128].
  • 2015 : Wipe Out, PMQ, HOCA Foundation, Hong Kong.
  • 2017 : Hello my game is…, Musée en Herbe, Paris, France.
  • 2018 : Into the white cube, galerie Over The Influence, Los Angeles, États-Unis.
  • 2020 : Invader was here, MaMO, Centre d'art de la Cité Radieuse, Marseille, France[129]
  • 2021 : Prints on paper, MGLC, Centre international des arts graphiques, Ljubljana, Slovénie[130]

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • 2000 :
    • Version_2000, Centre pour l’Image Contemporaine, Genève, Suisse.
    • Invasion d’Avignon, La Beauté, Avignon, France.
    • Ideal room, Galerie Patricia Dorfmann, Paris, France.
    • Screenart, The Dawn, Bern, Suisse.
  • 2001 :
    • Biennale d’art contemporain, Musée d’art contemporain, Lyon, France.
    • Graphic life, Double park, Hong Kong.
  • 2002 :
    • Mono_culture, Bread Box Gallery, Perth, Australie.
    • Street art, Mjelby Konstgard Museum, Halmstad, Suède.
  • 2003 :
    • While you were playing Rubik’s cube, Flux Factory, New York, États-Unis.
    • Copy it, steal it, share it, Borusan Center for Culture and Arts, Istanbul, Turquie.
  • 2006 :
    • Spank the monkey, BALTIC Center for Contemporary Art, Newcastle, Royaume-Uni.
    • Hype, ELMS Lesters Painting Room, Londres, Royaume-Uni.
    • Street Art, MGLC, Ljubljana, Slovaquie.
  • 2007 :
    • Streets of Europe, Jonathan Levine Gallery, NYC, États-Unis.
    • Small, Medium and Large, ELMS Lesters Painting Room, Londres, Royaume-Uni.
    • On fait le mur, Espace de l’Art Concret, Mouans Sartoux, France.
  • 2008 : Outsiders NY, Off site exhibition by Lazarides, NYC, États-Unis.
  • 2009 :
    • Hitchhikerstothegalaxy, Daejon Museum of Arts, Daejon, Corée du Sud.
    • Ingres et les Modernes, Musée Ingres et Musée du Louvre, Montauban, France[131].
    • V.01 B, Lieu Commun, Toulouse, France.
  • 2010 :
    • Urban Achemists /Jonathan LeVine Gallery, Miami, États-Unis.
    • VivaLaRevolucion, MCASD, SanDiego, États-Unis.
  • 2011 :
    • De dentro e de fora, MASP, Sao Paulo, Brésil.
    • VivaLaRevolucion, MCASD, SanDiego, États-Unis.
  • 2012 :
    • Street Art, Kunsthallen Brandts, Odense, Danemark.
    • Vues Sur Mur, Centre de la gravure et de l’Image Imprimée, Bruxelles, Belgique.
    • Street Art – The New Generation, Pori Art Museum, Pori, Finlande.
  • 2013 :
    • O(Ax)=dO(Am) Equazione Impossibile, MAR, Ravenna, Italie.
    • Art4Space, Nuit Blanche de Metz, Metz, France.
    • Von Picasso bis Ai Weiwei, Fondation Gerisch, Neumünster, Allemagne.
  • 2014 :
    • Asphalte, B.P.S.22, Charleroi, Belgique[132].
    • The Provocateurs, Art Alliance, Chicago, États-Unis[133].
  • 2016 :
    • Still Here, A Decade of Lazarides, London, Royaume-Uni[134].
    • Street Art : A Global View, CAFA Art Museum, Shanghai, China[135].
  • 2017-2018 :
    • Maquis-art Hall Of Fame, Musée de L'Aérosol, Paris, France[136].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Invader, L'invasion de Paris, Guide d'invasion 01, Paris / Épisode 01 : La genèse, F. Slama, , 1re éd., broché, 21 × 27 cm, (ISBN 978-2-9520199-2-7)[137].
  • Invader (interview Jean Marc Avrilla, trad. anglaise Chris Burke), Invasion Los Angeles, Guide d'invasion 02, F. Slama, , broché, 21 × 27 cm, (ISBN 2-9520199-4-0)[137].
  • Invader (préface Jean Marc Avrilla), Rubik space : a picture book, F. Slama, , 64 p., broché, 16 × 21 cm, (ISBN 2-9520199-5-9)[137].
  • Invader, Invasion in the U.K., London, Manchester, Newcastle, Guide d'invasion 03, F. Slama, , 192 p., broché, 21 × 27 cm, (ISBN 978-2-9520199-7-2)[137].
  • Invader, Invaderoma, Guide d'invasion 04, 2010
  • Invader, L'invasion de Paris, Guide d'invasion 01, Paris / Livre 01 : La genèse, Unité Centrale, février 2009, 3e éd (1re éd 2005), 224 p., broché, 23 × 30 cm, (ISBN 978-2-9520199-3-4)[138]
  • Invader, Mission Miami, Guide d'invasion 05, 2012
  • Invader, Wipe Out in Hong Kong, Guide d'invasion 06, 2015
  • Invader, New Mosaics of Ravenna, Guide d'invasion 07, 2017
  • Invader (préface et traduction Bruno Blum), 2.1 Invasion Los Angeles updated edition / 1999-2018, Guide d'invasion 01, Paris / Livre 01 : La genèse, Control P Editions, octobre 2018, 2e éd (1re éd 2004), 319 p., (ISBN 978-2-9541259-4-7)
  • Invader, Prints on paper, Catalogue raisonné 2001-2020, Control P Editions, février 2021.

Catalogue d'exposition[modifier | modifier le code]

  • 1000 - , 2011, Galerie Le Feuvre, 51 p. (ISBN 978-2-918330-11-0).
  • Low Fidelity, Londres, Lazarides gallery, 2009 (ISBN 978-0-9560007-2-9).
  • TOP 10, New York, Jonathan Levine Gallery, 2009 (ISBN 978-0-9729387-2-3).
  • Ingres et les modernes, Paris, Sogedif, 2009.
  • London Invasion / Bad Men Part II, Londres, Galerie Lazarides, 2007 (ISBN 978-0-9554178-9-4).
  • Spank the Monkey, Cologne, BALTIC, Galerie Joellenbeck, 2007 (ISBN 978-3-0002142-0-2).
  • Rubik Space, Paris, Franck Slama, (ISBN 2-9520199-5-9).
    Catalogue de son exposition personnelle à la galerie Patricia Dorfmann.
  • Copy it, Steal it, Share it, Istanbul, Borusan Culture and Art Center, 2003.
  • Mono Culture, Perth, Bread Box Gallery, 2002.
  • Connivence, 6e biennale d'art contemporain de Lyon, Paris, RMN Réunion des musées nationaux, 2001 (ISBN 2-711842592).

Cartographie[modifier | modifier le code]

  • Invasion of Paris, éditée par Invader et la galerie Le Feuvre, .
  • Attack of Montpellier, 1999.
  • Invasion of Grenoble, éditée par l'École des beaux-arts de Grenoble, .
  • Bern to be Invade, in Soda Magazine, no 14, 2000.
  • Invasion of Avignon, éditée par Global Tekno 200, .
  • L’invasion de Genève, éditée par le Centre pour l'image contemporaine, .
  • Invasion de Lyon, éditée par la Biennale d'art contemporain de Lyon 2001, .
  • Invasion of Rotterdam, éditée par MAMA, Rotterdam, .
  • Invasion of Tokyo, in Relax Magazine, no 61, .
  • Invasion of Perth, éditée par Bread Box Gallery, .
  • Invasion of New York City, éditée par Flux Factory, .
  • L’invasion de Los Angeles, éditée par Subliminal Projects, .
  • United Invasion of Manchester, éditée par Peer Group Project, .
  • L’invasion de Bastia, éditée par Arte Mare, .
  • Invasion Von Wien, éditée par Subotron & MQ21, .
  • Invasion côte d’Azur, éditée par l'Espace de l'art concret, 2007.
  • Invasion de Bilbao, éditée par Bilbao Arte Fundacion, .
  • Invasion of Kathmandu, éditée par Invader, .
  • Invasione di Roma, éditée par Wunderkammern, .
  • Invasion de Paris (2), éditée par la galerie Le Feuvre, .
  • Invasao Sao Paulo, éditée par MASP, 2011.
  • Bxl 2012 Derives, 2012.
  • Invasion of Miami, éditée par Jonathan Levine Gallery, .
  • Djerba island, 2020
  • Invasion planète Marseille, 2020

Référence culturelle[modifier | modifier le code]

  • Dans l'épisode Un monde en 2D de la série télévisée Futurama, on peut apercevoir une mosaïque sur le pont de Pont de Brooklyn à New York[139].
  • I invade you[140], roman policier jeunesse de Nils Barrellon, sorti en 2017 aux éditions Thierry Magnier (ISBN 979-1035200329), fait d'Invader un personnage à part entière de son intrigue dans laquelle des jeunes femmes sont retrouvées assassinées sous les mosaïques du street artist.
  • Dans le film Men in Black: International, on peut voir un Space Invader vert au mur dans un souk de Marrakech (50 min 38 s) et l’agent H dire à l’agent M : « On en voit beaucoup, par ici. C’est un tag cromullien. Là-bas, il symbolise l’espoir. Ou l’annihilation. L’un ou l’autre, ça se discute. » M lui répond : « Non, l’harmonie. Mais ici, c’est un sanctuaire MIB. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En ligne sur YouTube.
  2. Les principales villes comprises dans l'appellation « Côte d'Azur » sur le site d'Invader ont été citées dans cette liste.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Space Invader perd son procès contre les arracheurs d'une de ses mosaïques », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  2. « De faux employés de mairie volent des œuvres d'Invader, Paris dépose plainte », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  3. a et b Annick Rivoire, « Des envahisseurs au culte », sur liberation.fr, .
  4. Christine Ansermet, « Balade à Lausanne sur la trace des « Space Invaders » », sur escapada.ch (consulté le ).
  5. « L'invasion des "Space Invaders" se poursuit, le 1.000e installé à Paris »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Le Parisien, (consulté le ).
  6. (en) « French artist Invader brings his works to the streets of Hong Kong », sur scmp.com (consulté le ).
  7. Marielle Bastide, « [Interview] L'artiste Invader raconte son invasion à Clermont-Ferrand », La Montagne,‎ (ISSN 0767-4007, lire en ligne).
  8. a et b « La Tête au carrés, Space Invader », Le Figaro Madame, , p. 50-51.
  9. (en) « Invader - Paris », sur www.space-invaders.com (consulté le ).
  10. a b et c Pierre Tardy, « Street-artist de la semaine : Space Invader »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur UrbaNews, (consulté le ).
  11. (en-US) « Space Invader | The Talks », sur the-talk.com (consulté le ).
  12. a b c et d (en) Joyu Wang, « ‘Space Invaders’ Hits Hong Kong » (consulté le ).
  13. a b et c (en-US) « From the Streets to the Stratosphere: An Interview With "Space Artist" Invader - ANIMAL », sur animalnewyork.com, (consulté le ).
  14. a b c et d (en) « Invader - World », sur www.space-invaders.com (consulté le ).
  15. « Espace de l’Art Concret - dossier de presse » [PDF], (consulté le ).
  16. « Une application pour chasser les mosaïques Invaders dans Paris ! », sur Dans Ta Pub, (consulté le ).
  17. (en) « WebCite query result », sur webcitation.org (consulté le ).
  18. Marion Cocquet, « Invader : "Exposer en intérieur est un exercice de style" », sur Le Point, (consulté le ).
  19. (en) « WebCite query result », sur webcitation.org (consulté le ).
  20. (en) « Invader New Invasion In London, UK », sur streetartnews.net (consulté le ).
  21. (en) « Invader New Invasions In Paris, France », sur streetartnews.net (consulté le ).
  22. « Spiderman par Space Invader - JEUne.info », sur jeune.info (consulté le ).
  23. « Docteur House (by Invader) soigne son look à la Pitié-Salpêtrière », sur timeout.fr (consulté le ).
  24. Emmanuelle Jardonnet, « Le Dr House fait le mur à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  25. Marielle Bastide, « De drôles de personnages en mosaïques sur les murs de Clermont », La Montagne,‎ (ISSN 0767-4007, lire en ligne).
  26. (en) The invasions maps.
  27. (en-US) « InvaderTop IO - Jonathan Levine Gallery », sur jonathanlevinegallery.com (consulté le ).
  28. (en-GB) « Invader Archives | Wunderkammern Gallery », sur Wunderkammern Gallery (consulté le ).
  29. a et b (en-US) « About Space Invader - Artist Biography », sur stencilrevolution.com, (consulté le ).
  30. subliminalprojects.com.
  31. (en) widewalls, « Invader: Wipe Out at HOCA », sur widewalls.ch (consulté le ).
  32. space-invaders.com.
  33. Lire en ligne.
  34. leparisien.fr.
  35. parisetudiant.com.
  36. moca.org.
  37. « Space Invader, artiste contemporain français le plus populaire sur le Net en 2011 - Délire de l'art », sur deliredelart.20minutes-blogs.fr (consulté le ).
  38. « Space Invader, l'artiste français le plus populaire sur le Net en 2011 », sur Libération (consulté le ).
  39. « Space Invader : la tête au carrée », sur madame.lefigaro.fr (consulté le ).
  40. Bojan Kovačević, « Le Passager de la préhistoire », Artica, Tome 3, p. 24.
  41. (en) « Steet art destruction »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur www.space-invaders.com (consulté le ).
  42. AFP, « Space Invader perd son procès contre les arracheurs d'une de ses mosaïques », nouvelobs.com, .
  43. « Vol d’œuvres de l’artiste Invader : la mairie de Paris porte plainte contre les faux agents municipaux », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  44. « Paris : de faux employés de la Ville dérobent des œuvres d'art », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. « La Joconde en Rubik's cube de l'artiste urbain Invader s'envole à 480 000 euros aux enchères », sur francetvinfo.fr, .
  46. (en) « Invader - Invasion of the Louvre », sur www.space-invaders.com (consulté le ).
  47. « Space Invader : l'artiste masqué a envahi la planète avec ses mosaïques pixélisées » (consulté le ).
  48. Interview de Space Invader.
  49. « RUBIKCUBISM », sur rubikcubism.com (consulté le ).
  50. a b et c « Invader - Rubikcubism », sur www.space-invaders.com (consulté le ).
  51. (en) « 5 things to know about Invader », sur christies.com (consulté le ).
  52. Invader - à la rencontre du Dalaï Lama, Artcurial.
  53. « Le «Rubik Dalaï-Lama» vendu plus de 450 000 euros », sur Le Parisien, .
  54. (en) « Space Invader's Invasion London and Rubik Bad Men II », sur www.lazinc.com (consulté le ).
  55. (en) « Low Fidelity », sur www.lazinc.com (consulté le ).
  56. (en) « Invader New Underwater Invasion, Cancun, Mexico », sur streetartnews.net, (consulté le ).
  57. (en) « Invader - Art4Space », sur www.space-invaders.com (consulté le ).
  58. esa, « Street art invading ESA », sur European Space Agency (consulté le ).
  59. (en) « News from Space2 », sur www.space-invaders.com (consulté le ).
  60. space-invaders.com.
  61. (en) « Invader - Maps and guides », sur www.space-invaders.com (consulté le ).
  62. (en) Invasion of Los Angeles / updated edition 1999-2018, p. 13.
  63. (en) Patrick Nguyen, Stuart Mackenzie (sous la dir. de), Beyond the Street, The 100 Leading Figures in Urban Art, Gestalten, Berlin, 2010, p. 137.
  64. « Les femmes peuvent-elles changer le monde ? / Rencontre autour du Street Art. », Invader, dans La Grande Table, sur France Culture, .
  65. (en) « Pink invasion in the pink city ! », sur www.space-invaders.com (consulté le ).
  66. « La chasse aux « Space Invaders » a commencé à Toulouse », sur actu.cotetoulouse.fr (consulté le ).
  67. (en) Liste des villes sur le site de Space Invader.
  68. Site de la manifestation global tekno 2000.
  69. [1].
  70. [2].
  71. [3].
  72. [4].
  73. [5].
  74. a et b [6].
  75. [7].
  76. [8].
  77. [9].
  78. [10].
  79. [11].
  80. [12].
  81. [13].
  82. [14].
  83. [15].
  84. [16].
  85. [17].
  86. [18].
  87. [19].
  88. « Les invaders débarquent à Toulouse », sur Pyrros.fr, (consulté le ).
  89. Julie Guérineau, « Toulouse. Les Space Invaders envahissent la ville », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  90. [20].
  91. [21].
  92. [22].
  93. [23].
  94. [24].
  95. [25].
  96. [26].
  97. [27].
  98. [28].
  99. [29].
  100. [30].
  101. [31].
  102. [32].
  103. [33].
  104. [34].
  105. [35].
  106. [36].
  107. [37].
  108. [38].
  109. [39].
  110. [40].
  111. [41].
  112. (en) « Space Invader in Bangkok » [vidéo], sur YouTube (consulté le ).
  113. (es) « Invasión extraterrestre en Bilbao. - Very Bilbao », sur Very Bilbao, (consulté le ).
  114. (en) « The 10 best Hong Kong Invasions / Widewalls », sur widewalls.ch (consulté le ).
  115. (en) « Space Invaders in Kathmandu! », sur The Longest Way Home / My journey, your travel guides, (consulté le ).
  116. (en) Colin Campbell, « The mystery of the Black Cat and Los Angeles' smashed Invaders », sur polygon.com, (consulté le ).
  117. http://streetartdetours.com/tours/show/44.
  118. (en) Justin Korkidis, « Space Invader Takes Miami », sur complex.com, (consulté le ).
  119. http://www.lumieresdelaville.net/2014/12/18/space-invaders-linvasion-du-street-art-a-lechelle-mondiale/.
  120. Jade Toussay, « PHOTOS. Le projet street-art "Space Invader" envahit New York, et compte bien y rester », sur Le Huffington Post, (consulté le ).
  121. (en) « Where did those space invaders mosaics around Perth come from? », sur OUTInPerth - LGBTIQ News and Culture (en), (consulté le ).
  122. http://blogs.timeout.jp/en/2014/05/23/have-you-spotted-invader-in-tokyo-yet/.
  123. http://www.themissadventures.com/the-latest-adventure/india/space-invader-in-varanasi/.
  124. « Street Art à Sao Paulo, Mecque du Brésil », sur Buenos Viajes, (consulté le ).
  125. http://www.huffpostmaghreb.com/2017/03/27/invader-street-art-rabat_n_15639784.html.
  126. (en) « Over the Influence », sur overtheinfluence.com (consulté le ).
  127. « Galerie Patricia Dorfmann », sur www.patriciadorfmann.com (consulté le ).
  128. « Invader: "je ne me déplace plus sans un peu de carrelage et de ciment" », sur Site-LeVifFocus-FR, (consulté le ).
  129. (en) AREA 17, « INVADER WAS HERE | », sur MAMO (consulté le ).
  130. (en) « Invader: Prints on Paper | Mglc - International centre of graphic arts », sur mglc-lj.si (en) (consulté le ).
  131. « Collection: Ingres et les Modernes - Musée Ingres (Musées de Midi-Pyrénées) »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur www.musees-midi-pyrenees.fr (consulté le ).
  132. « Asphalte#1: La Biennale d'art urbain reprend la route… | Charleroi », sur charleroi.be (consulté le ).
  133. (en) « Announcing Art Alliance: The Provocateurs », sur lollapalooza.com (consulté le ).
  134. (en) « Still Here, A Decade Of Lazarides », sur www.lazinc.com (consulté le ).
  135. (en) « The Group Exhibition “Street Art: a global view” Opening July 1 at CAFA Art Museum | CAFA ART INFO », sur en.cafa.com.cn (consulté le ).
  136. « photos-oeuvres », sur www.laerosol.com (consulté le ).
  137. a b c et d (en) Invasion guides.
  138. (en) L'Invasion de Paris.
  139. Futurama, saison 7, épisode 15 Un monde en 2D, min 6 s.
  140. https://www.prixreal.com/laureats/.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]