École supérieure d'art et design Le Havre-Rouen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
École supérieure d'art et design Le Havre/Rouen
Description de cette image, également commentée ci-après
Une installation réalisée par des étudiants de l'école dans le cadre d'un atelier intensif en 2015.

Histoire et statut
Fondation
Type École territoriale d’art
Administration
Directeur Thierry Heynen (2005-2021)[1]
Études
Population scolaire 400
Formation Arts, Design graphique, Création littéraire
Localisation
Ville Rouen et Le Havre
Pays Drapeau de la France France
Site web www.esadhar.fr
Coordonnées 49° 26′ 53″ nord, 1° 08′ 03″ est
Géolocalisation sur la carte : Rouen
(Voir situation sur carte : Rouen)
École supérieure d'art et design Le Havre-Rouen
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
École supérieure d'art et design Le Havre-Rouen

L'École supérieure d'art et design Le Havre-Rouen (ESADHaR) est un établissement supérieur d'enseignement artistique public composé de deux campus, l'un situé au Havre, l'autre à Rouen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Rouen[modifier | modifier le code]

Les anciens bâtiments de l'École régionale des beaux-arts à Rouen.

L'école régionale d'art de Rouen a été créée par le peintre Jean-Baptiste Descamps en 1741 et a bénéficié d'une reconnaissance officielle en 1750. Fermée pendant la Révolution, l'école est rouverte en 1804. L'école et l'atelier de Philippe Zacharie installés dans le musée des antiquités sont victimes d'un incendie le [2]. L'école déménage ensuite pour s'installer place de la Haute-Vieille-Tour. Après les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, l'école déménage provisoirement à l'Aître Saint-Maclou, un ancien charnier des pestiférés du Moyen Âge[3]. Cet état provisoire s'avérera pour le moins durable puisque l'école restera installée dans ce lieu pittoresque mais peu adapté pendant près de 70 ans, c'est-à-dire jusqu'à l'été 2014, pour s'installer dans un ancien collège du quartier de la Grand’Mare.
En , face à des problèmes financiers importants, la ville de Rouen a annoncé transférer la gestion de l'école à la Métropole Rouen-Normandie[4].

Le Havre[modifier | modifier le code]

Les anciens bâtiments de l'École des beaux-arts du Havre, rue Jules-Lecesne (entre 1881 et 1927).

L'école gratuite de dessin et d'architecture du Havre est créée le 15 frimaire de l’an IX (), sur proposition du citoyen Antoine-Marie Lemaître, architecte de la ville. Le fils du citoyen Lemaître, Frédérick Lemaître, né quelques mois plus tôt le , rend son nom célèbre en devenant un acteur des plus importants du XIXe siècle. L'école est protégée par le premier consul Bonaparte[5].

L'école gratuite de dessin du Havre ferme en 1811, après la mort de Lemaître, pour ouvrir à nouveau en 1824. Ses locaux sont successivement situés rue de Bordeaux, rue Bernardin-de Saint-Pierre, rue de la Mailleraye, puis, en 1881, dans l'ancien temple maçonnique du 44 de la rue Jules-Lecesne. En 1927, elle déménage rue Anatole-France, puis en 1973, dans une école primaire désaffectée de la rue Dumé-d'Aplemont. La construction de nouveaux locaux, situés au 65 de la rue Demidoff, débute à la fin des années 1980. Le bâtiment est inauguré en 1991.

L'union des deux écoles[modifier | modifier le code]

Suivant un mouvement national de regroupements d'écoles d'art sous le statut d'établissement public de coopération culturelle, les villes du Havre et de Rouen ont manifesté la volonté de réunir administrativement leurs deux écoles, qui n'en forment à présent plus qu'une seule, répartie sur deux campus depuis le . Le campus de Rouen a un département « art », celui du Havre dispose d'un département « art », d'un département « design graphique » et d'un master de création littéraire, créé en association avec l'université du Havre. Les services administratifs communs aux deux campus sont regroupés sur le site de Rouen. La quasi-totalité des enseignants et des étudiants ne sont rattachés qu'à un site ou à l'autre, mais des échanges ont régulièrement lieu dans le cadre de workshops, de jurys ou de projets de recherche.

Cet établissement est placé sous la tutelle pédagogique du ministère de la Culture et de la Communication. Il est principalement financé par les Villes de Rouen (remplacée en 2018 par la Métropole Rouen-Normandie) et du Havre, l’État et la région Normandie. L’ESADHaR est membre associé de la COMUE Normandie Université, membre de la conférence de l'enseignement supérieur de l'agglomération de Rouen, ainsi que de la conférence havraise des établissements d'enseignement et de recherche du supérieur.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La salle vidéo du campus du Havre.

L’école est composée de trois départements qui proposent chacun une formation sur cinq ans :

  • « A/R/T » (art action/recherche/transversalité) sur le campus de Rouen ;
  • « Design graphique, design interactif et Art/media/environnement », sur le campus du Havre ;

ainsi qu’une formation en M1 et M2 :

  • « Master Création littéraire », sur le campus du Havre, co-habilité avec l’université du Havre.

L’ESADHaR propose également des formations complémentaires :

  • certificat de médiation culturelle ;
  • certificat de didactique d’enseignement artistique ;
  • diplôme universitaire médiation art contemporain avec l’université du Havre.

La recherche se déploie au sein d’un laboratoire intitulé ESADHaR RECHERCHE qui rassemble une dizaine de groupes de recherche (EDITH, le Cabinet des écarts singuliers, EDGAR, VOIR, CLUB, IDeA, Réseau Peinture, Mapping…).

Design graphique[modifier | modifier le code]

Le département design graphique et interactivité prépare au DNA option design mention design graphique et interactivité et au DNSEP option art mention design graphique et interactivité. Trois unités d'enseignement et de recherche sont proposés aux étudiants :

  • édition ;
  • design interactif ;
  • art/média/environnement.

Création littéraire[modifier | modifier le code]

Depuis 2012, l'école propose, en association avec le département de littérature de l'université du Havre, un Master de création littéraire.

Enseignants notables[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Descamps, Autoportrait (vers 1762), musée des Beaux-Arts de Rouen. Le fondateur de l'École des beaux-arts de Rouen.

Anciens enseignants[modifier | modifier le code]

À Rouen[modifier | modifier le code]

Au Havre[modifier | modifier le code]

Anciens élèves notables[modifier | modifier le code]

Jean Dubuffet (à droite), est un ancien étudiant de l'École des beaux-arts du Havre.

Anciens du campus de Rouen[modifier | modifier le code]

Anciens du campus du Havre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Thierry Heynen quitte ses fonctions de directeur général de l'esadHar », sur esadhar.fr
  2. « Incendie au musée d'antiquités », Journal de Rouen, no 112,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le )
  3. Bernard Venot et Jean-Pierre Mouilleseaux, L’Aître Saint-Maclou de Rouen : petit guide à l’usage des habitués du lieu et de ceux qui le découvrent, Rouen, B. Venot, 1980., 261 p. (ISBN 2-7068-1244-3)
  4. Raphaël Tual, « La Ville de Rouen cède sa patinoire, son Opéra et l’École des Beaux-arts à la Métropole », sur 76actu.fr,
  5. Eugène Silvain, Frédéric Lemaître, Librairie Félix Alcan, 1926page=17.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :