Biennale d'art contemporain de Lyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Biennale d’art contemporain de Lyon
Logo
Logo
La Sucrière, Quai Rambaud, pendant la Biennale 2011
La Sucrière, Quai Rambaud, pendant la Biennale 2011
Type Biennale d'art contemporain
Pays Drapeau de la France France
Localisation Lyon
Date de la première édition 1991
Site web biennale-de-lyon.org

La Biennale d’art contemporain de Lyon est une exposition d'art. Elle a été créée en 1991 par Thierry Raspail et Thierry Prat et a lieu toutes les années impaires en alternance avec la Biennale de la danse de Lyon créée en 1984.

Éditions[modifier | modifier le code]

2007[modifier | modifier le code]

La Biennale d'art contemporain de Lyon 2007 se tient à la Sucrière, ancienne usine située sur les bords de la Saône, ainsi qu'au Musée d'art contemporain de Lyon, à l'Institut d'art contemporain de Villeurbanne et à la fondation Bullukian. Intitulée « 00s - L'histoire d'une décennie qui n'est pas encore nommée », l'édition 2007 est organisée par Hans Ulrich Obrist et Stéphanie Moisdon.

En dehors des quatre lieux officiels cités ci-dessus, de nombreuses expositions (environ cent-vingt, dans quatre-vingt-dix lieux) d'art contemporain ont lieu à Lyon et dans la région Rhône-Alpes pendant la durée de la Biennale. Ces expositions sont recensées sous le terme de « Résonance ».

2009[modifier | modifier le code]

La Xe Biennale d'art contemporain de Lyon a eu lieu du 16 septembre 2009 au 3 janvier 2010. Les expositions ont lieu dans les quatre lieux phares, que sont la Sucrière, le Musée d'art contemporain de Lyon, la Fondation Bullukian et l'Entrepôt Bichat. Intitulée « Le spectacle du quotidien », selon Hou Hanru, commissaire de la Biennale de Lyon 2009, elle a pour but de questionner sur le pourquoi de l'art et de faire le lien entre la création artistique et la vie quotidienne.

« Aujourd'hui dans le monde où l'on vit, pour exister il faut être dans le spectacle, c'est la condition dans laquelle on vit. Tout est spectacle, n'importe quelle image dans un magazine, une exposition… »

— Hou Hanru

2011[modifier | modifier le code]

La XIe Biennale d'art contemporain de Lyon a lieu du 15 septembre au 31 décembre 2011 et a pour titre « Une terrible beauté est née »[1].

Conçue par la commissaire argentine Victoria Noorthoorn, elle rassemble 78 artistes du monde entier, venus principalement d'Europe, d'Afrique et d'Amérique latine, dont les œuvres sont exposées sur 13 000 m2 dans quatre lieux : La Sucrière, la Fondation Bullukian, le Musée d’art contemporain de Lyon et l'Usine T.A.S.E. La Biennale de Lyon est accompagnée de deux plateformes, Veduta et Résonance.

2013[modifier | modifier le code]

2015[modifier | modifier le code]

La XIIIe Biennale d'art contemporain de Lyon a lieu du 10 septembre 2015 au 3 janvier 2016 et a pour titre « La vie moderne ».

Conçue par le commissaire Ralph Rugoff, la biennale rassemble des artistes issus de 28 pays, dont les œuvres sont exposées à La Sucrière, au Musée d'art contemporain de Lyon, au Musée des Confluences et dans d'autres lieux à Lyon.

Les artistes exposés sont : Michael Armitage, Kader Attia, Darren Bader, Sammy Baloji, Yto Barrada, Nina Beier, Cecila Bengolea & Jeremy Deller, Hicham Berrada, Camille Blatrix, Michel Blazy, Mohamed Bourouissa, Céleste Boursier-Mougenot, Nina Canell, George Condo, Alex Da Corte, Simon Denny, Jessica Diamond, Thomas Eggerer, Cyprien Gaillard, Fabien Giraud & Raphaël Siboni, Guan Xiao, Anthea Hamilyon, He Xiangyu, Camille Henrot, Hannah Hurtzig, Cameron Jamie, Johannes Kahrs, Lai Chih-Sheng, Emmanuelle Lainé, Laura Lamiel, Liu Wei, Andreas Lolos, Magdi Mostafa, Daniel Naudé, Mike Nelson, Nguyen Trinh Ti, Otobong Nkanga, Katja Novitskova, Ahmet Ögüt, George Osodi, Anna Ostoya, Tony Oursler, Marina Pinsky, Julien Prévieux, Jon Rafman, Miguel Angel Rios, Ed Ruscha, Massinissa Selmani, Marinella Senatore, David Shrigley, Avery Singer, Lucie Stahl, Tatiana Trouvé, Andrea Ursuta, Klaus Weber, T.J. Wilcox, Haegue Yang, Yuan Goang-Ming, Arseny Zhilyaev.

2017[modifier | modifier le code]

La XIVe Biennale d'art contemporain de Lyon a lieu du 20 septembre 2017 au 8 janvier 2018 et a pour titre "Mondes flottants". Conçue par la commissaire Emma Lavigne[2], elle se déroule à la Sucrière, au Musée d'art contemporain de Lyon et au Dôme.

2019[modifier | modifier le code]

La XVe Biennale d'art contemporain de Lyon a lieu du 18 septembre 2019 au 5 janvier 2020. Elle s'intitule "Là où les eaux se mêlent" d'après un poème de Raymond Carver[3]. Le commissariat a été confié à l'équipe des curators du Palais de Tokyo composée d'Adélaïde Blanc, de Daria de Beauvais, de Yoann Gourmel, de Matthieu Lelièvre, de Vittoria Matarrese, de Claire Moulène et de Hugo Vitrani. Outre l'exposition internationale au Musée d'art contemporain de Lyon, Cette édition a lieu pour la première fois dans les Usines Fagor dans le quartier de Gerland (7eme arrondissement de Lyon) ainsi que dans le quartier de Grolée. Cette édition est placée sour la direction artistique d'Isabelle Bertolotti, nouvelle Directrice Artistique de la Biennale de puis 2018[4]. Comptabilisant plus de 30000 mètres carrés d'exposition, cette édition comporte 55 artistes [5].

Les artistes annoncés sont[6] : Rebecca Ackroyd (Royaume-Uni), Isabelle Andriessen (Pays-Bas), Jean-Marie Appriou (France), Felipe Arturo (Colombie), Bianca Bondi (Afrique du Sud/France), Malin Bülow (Suède/Norvège), Bureau des Pleurs (France), Stéphane Calais (France), Nina Chanel Abney (USA), Gaëlle Choisne (France), Yu-Cheng Chou (Taïwan), Morgan Courtois (France), Daniel Dewar et Grégory Gicquel (Royaume-Uni/France/Belgique), Khalil El Ghrib (Maroc), Escif (Espagne), Jenny Feal (Cuba/France), Thomas Feuerstein (Autriche), Julieta García Vazquez & Javier Villa de Villafañe (Argentine), Petrit Halilaj (Kosovo/Allemagne), Dale Harding (Australie), Holly Hendry (Royaume-Uni), Karim Kal (Suisse/France), Bronwyn Katz (Afrique du Sud), Sam Keogh (Ireland/Pays-Bas), Lee Kit (Chine/Taiwan), Eva L’Hoest (Belgique), Mire Lee (Corée du Sud), Yona Lee (Corée du Sud / Nouvelle Zélande), Renée Levi (Turquie/Suisse), Minouk Lim (Corée du Sud), LYL Radio (France),Taus Makhacheva (Russie), Léonard Martin (France), Gustav Metzger (Allemagne/Royaume-Uni), Nicolas Momein (France), Shana Moulton (USA), Simphiwe Ndzube (Afrique du Sud/USA), Josèfa Ntjam (France), Fernando Palma Rodriguez (Mexique), Le peuple qui manque (France), Thao-Nguyên Phan (Vietnam), Abraham Poincheval (France), Stephen Powers (USA), Philippe Quesne (France), Marie Reinert (France/Allemagne), Megan Rooney (Canada/Royaume-Uni ), Pamela Rosenkranz (Suisse), Ashley Hans Scheirl & Jakob Lena Knebl (Autriche/Allemagne), Aguirre Schwarz (France), Stéphane Thidet (France), Nico Vascellari (Italie), Trevor Yeung (Chine/Hong Kong), Pannaphan Yodmanee (Thailand), Victor Yudaev (Russie/France), Mengzhi Zheng (Chine/France).

Photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'après un vers du poème « Pâques 1916 » de W. B. Yeats.
  2. (en) « Mondes flottants », sur www.biennaledelyon.com (consulté le 8 septembre 2018)
  3. lequotidiendelart.com, « La Biennale de Lyon 2019 fera des vagues », sur www.www.lequotidiendelart.com (consulté le 1er mai 2019)
  4. lefigaro.fr, « Le MacLyon et la Biennale de Lyon changent de tête », sur www.www.lefigaro.fr (consulté le 1er mai 2019)
  5. « 15ème Biennale d'Art Contemporain de Lyon : Liste des artistes de l'exposition internationale », (consulté le 1er mai 2019)
  6. biennaledelyon.com, « Liste des artistes de la XVème Biennale d'Art Contemporain de Lyon »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Philippe Antoine, « Biennale de Lyon : l'exotisme pour seul partage ? », Multitudes, Association Multitudes, vol. 4, no 1,‎ , p. 17-28 (ISSN 0292-0107, résumé, lire en ligne)
  • Fanchon Deflaux, « La construction des représentations de l'art et des artistes non occidentaux dans la presse à la suite d'une exposition d'art contemporain », Culture & Musées, Persée, vol. 3, no 1,‎ , p. 45-68 (DOI 10.3406/pumus.2004.1187, lire en ligne)
  • Yves Winkin, « Les sciences humaines aiment-elles l’art contemporain ? », Tracés. Revue de Sciences humaines, ENS Éditions, no 11,‎ , p. 79-87 (ISBN 978-2-84788-323-7, ISSN 1763-0061, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]