Soligny-la-Trappe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Soligny-la-Trappe
L'abbaye de la Trappe.
L'abbaye de la Trappe.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Canton Mortagne-au-Perche
Intercommunalité Bassin de Mortagne-au-Perche
Maire
Mandat
Jean-Michel Bréard
2014-2020
Code postal 61380
Code commune 61475
Démographie
Gentilé Solignois
Population
municipale
696 hab. (2015 en diminution de 2,52 % par rapport à 2010)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 36′ 54″ nord, 0° 32′ 08″ est
Altitude Min. 197 m
Max. 294 m
Superficie 19,50 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Soligny-la-Trappe

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Soligny-la-Trappe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Soligny-la-Trappe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Soligny-la-Trappe
Liens
Site web soligny-la-trappe.pagespro-orange.fr

Soligny-la-Trappe est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 696 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Soligny-la-Trappe[1]
Saint-Aquilin-de-Corbion Bonsmoulins, Les Genettes Les Aspres,
Tourouvre-au-Perche (comm. dél. de Bresolettes)
Saint-Martin-des-Pézerits Soligny-la-Trappe[1] Tourouvre-au-Perche
(comm. dél. de Prépotin)
Saint-Ouen-de-Sécherouvre Sainte-Céronne-lès-Mortagne Tourouvre-au-Perche (comm. dél. de Prépotin),
Sainte-Céronne-lès-Mortagne

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Solinneium en 1091[2], de Soligneio en 1172[2] et Soulignyé en 1373[2]. Le toponyme serait issu de l'anthroponyme roman Solemnius[2],[3]. Le second élément Trappe est une référence au monastère trappiste établi sur le territoire[3].

Le gentilé est Solignois.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la création des cantons, Soligny_ est chef-lieu de canton. Ce canton est supprimé lors du redécoupage cantonal de l'an IX (1801)[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977[5] mars 2001 Michel Jousse SE Directeur d'une scierie
mars 2001[6] en cours Jean-Michel Bréard[7] SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et trois adjoints[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10].

En 2015, la commune comptait 696 habitants[Note 2], en diminution de 2,52 % par rapport à 2010 (Orne : -1,72 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Soligny-la-Trappe a compté jusqu'à 1 247 habitants en 1876.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
863 816 897 859 911 883 916 969 946
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 149 1 212 1 233 1 247 962 906 976 935 886
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
693 698 629 707 711 678 658 652 606
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2015
553 538 586 624 694 708 710 686 696
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité, label et manifestations[modifier | modifier le code]

Labels[modifier | modifier le code]

La commune est une ville fleurie (deux fleurs) au concours des villes et villages fleuris[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Au nombre des personnalités liées à la commune de Soligny-la-Trappe, il convient de mentionner encore quelqu'un qui, lui, est né dans le village. Il s'agit de Thomas Hayot qui fait partie de la vague des premiers émigrants percherons vers la Nouvelle-France (qui deviendra le Canada) ; il est né en 1609, il est mort au Canada en 1673. Il y était arrivé en 1638. Si l'on sait peu de choses de sa jeunesse dans le Perche, si ce n'est son mariage à Mortagne en 1629, la suite de sa vie au Canada est, par contre, beaucoup mieux connue grâce à divers documents de l'époque. Près des fonts baptismaux de l'église de Soligny et en souvenir de son baptême qui eut lieu là, une plaque a été apposée à la mémoire de Thomas Hayot par l'association Perche-Canada. Il a de nombreux descendants au Canada ; leur nom a évolué avec le temps, il est devenu Ayotte.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. a, b, c et d Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 1 : Formations préceltique, celtiques, romanes, Genève, (lire en ligne), p. 589
  3. a et b René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-905461-80-2), p. 248
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. « L'ancien maire Michel Jousse expose à la Trappe », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 février 2016)
  6. « Un troisième mandat pour Jean-Michel Bréard », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 février 2016)
  7. Réélection 2014 : « Soligny-la-Trappe (61380) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 12 juin 2014)
  8. « Soligny-la-Trappe (61380) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 février 2016)
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. Laurence de Calan, Presybtères du Perche, éditions des Amis du Perche, collection "Présence du Perche", juillet 2012, p. 165. [ (ISBN 978-2-900122-983)]
  13. Michel Ganivet, "Le 5 mai 1753, le bourg de Soligny était anéanti par le feu", Cahiers Percherons (bulletin trimestriel des Amis du Perche), n°172, 2007-4, p. 1-18.
  14. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris », sur villes-et-villages-fleuris.com (consulté le 14 février 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :