Saint-Langis-lès-Mortagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Langis-lès-Mortagne
Saint-Langis-lès-Mortagne
Église Saint-Langis
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Mortagne au Perche
Maire
Mandat
Bernard Surcin
2020-2026
Code postal 61400
Code commune 61414
Démographie
Gentilé Langissois
Population
municipale
900 hab. (2018 en diminution de 0,44 % par rapport à 2013)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 30′ 46″ nord, 0° 32′ 17″ est
Altitude Min. 154 m
Max. 276 m
Superficie 12,61 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Mortagne-au-Perche
(banlieue)
Aire d'attraction Mortagne-au-Perche
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Mortagne-au-Perche
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Saint-Langis-lès-Mortagne
Géolocalisation sur la carte : Orne
Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Saint-Langis-lès-Mortagne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Langis-lès-Mortagne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Langis-lès-Mortagne

Saint-Langis-lès-Mortagne est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 900 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe dans la région naturelle du Perche.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Langis-lès-Mortagne est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Mortagne-au-Perche, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[5] et 4 729 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Mortagne-au-Perche dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 25 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (89,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (47,5 %), prairies (37,2 %), zones urbanisées (9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (3 %), forêts (2,2 %), zones agricoles hétérogènes (1,2 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du lieu est attesté sous la forme monasteriolum… ordinante sancto Lonegiselo au IXe siècle et S. Langisum vers 1065[12].

La paroisse serait dédiée à Launogisil, abbé dans le Maine au VIIe siècle[12]. Elle est située immédiatement à l'ouest de celle de Mortagne, d'où la prépositon lès (« prés »).

Le gentilé est Langissois.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1819, Saint-Langis-lès-Mortagne (656 habitants en 1806[13]) absorbe Theval (199 habitants[14], aujourd'hui lieu-dit Théval), au nord de son territoire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

mairie de Saint-Langis-lès-Mortagne
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1983[15] avril 2014 Fernand Vallet DVD Agriculteur
avril 2014[16] octobre 2019[17] Jean-Yves Vallet SE Secrétaire administratif de préfecture, fils du précédent
janvier 2020[18] En cours Bernard Surcin[19] SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et deux adjoints[19].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[21].

En 2018, la commune comptait 900 habitants[Note 4], en diminution de 0,44 % par rapport à 2013 (Orne : −2,51 %, France hors Mayotte : +1,78 %). Saint-Langis-lès-Mortagne a compté jusqu'à 915 habitants en 1975.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
460714656549608635639608611
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
601587550560580550538522566
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
516548430480457461469505534
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018
610915828888876900909908900
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution démographique de Theval avant la fusion
1793 1800 1806
161180199
(Sources : EHESS[14])

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument aux Morts.
Blason de la famille Aubin de Blanpré.
La propriété fut achetée en 1814 à sa belle-fille Henriette Gabrielle Filhastre Duriez, baronne de Prulay, par André François Emmanuel Aubin de Blanpré[24] (1771-1849) ancien membre de la garde constitutionnelle du Roi revenu s'établir en France après la Révolution française. Le château de Prulay passa au fils de ce dernier, Pierre Marie Aubin de Blanpré (1806-1852), ancien saint-cyrien, officier de cavalerie au régiment de cuirassiers de Berry, maire de Saint-Langis-lès-Mortagne et conseiller général de l'Orne, marié à Caroline Stéphanie de Préval, fille du vicomte Claude Antoine Hippolyte de Préval, et d'Anne Marie Caroline Turgot, petite-nièce de Anne Robert Jacques Turgot, ministre de Louis XVI. Le château fut vendu par les Aubin de Blanpré en 1849 à Aimé de la Rivière (1804-1885), également ancien saint-cyrien, officier du sixième Chasseurs. Son fils Paul Clair de la Rivière (1849-1923) hérita du château à la mort de son père. Ses deux enfants Marie Charles Henri de la Rivière (1877-1949), ancien maire de Sées et Cécile de la Rivière (1882-1954) naquirent au château qui devint la propriété de la famille de l'époux de cette dernière en 1905.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Langis-lès-Mortagne Blason
Tranché: au 1er d'azur aux lettres capitales S et L entrelacées d'or, au 2 d'argent à deux léopards de sinople, lampassés de gueules rangés en bande.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée ».
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Mortagne-au-Perche », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Mortagne-au-Perche », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, .
  13. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Theval », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  15. « Le maire sortant, Fernand Vallet, s'entoure d'une équipe rajeunie », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  16. « Quand le père, maire sortant, passe son écharpe à son fils », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  17. « Saint-Langis-lès-Mortagne. Décès du maire, Jean-Yves Vallet », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  18. « Saint-Langis-lès-Mortagne. Bernard Surcin élu maire vendredi soir », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  19. a et b Réélection 2020 : « Municipales. Élu maire de Saint-Langis-lès-Mortagne le 17 janvier, Bernard Surcin est réélu », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  23. « Domaine de Prulay à Saint-Langis-lès-Mortagne », notice no PA61000011, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome 2, page 30 Aubin de Blanpré. Famille issue d'Étienne Aubin qui vivait au milieu du XVIIe siècle. Certains de ses descendants s'établirent sur l'île de la Martinique. Aubin de Blanpré (famille).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :