Saint-Santin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Santin (homonymie).
Saint-Santin
Image illustrative de l'article Saint-Santin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Villefranche-de-Rouergue
Canton Lot et Dourdou
Intercommunalité Communauté de communes Decazeville Communauté
Maire
Mandat
Michèle Couderc
2014-2020
Code postal 12300
Code commune 12246
Démographie
Gentilé Saint-Santinois
Population
municipale
558 hab. (2014)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 38′ 59″ nord, 2° 13′ 09″ est
Altitude Min. 187 m – Max. 592 m
Superficie 22,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 14.svg
Saint-Santin

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Saint-Santin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Santin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Santin

Saint-Santin est une commune française, située dans le département de l'Aveyron dans la région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Santin-de-Maurs Saint-Constant Fournoulès Rose des vents
Montmurat N
O    Saint-Santin    E
S
Livinhac-le-Haut Flagnac Saint-Parthem

Site[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Santin est située aux confins du Rouergue, de l'Auvergne et du Quercy. Elle est relativement étendue, pour une densité de population assez faible. Située à l'écart des grands axes de circulation, sur un sol sédimentaire, formé par l'altération d'un plateau calcaire fracturé, entre les vallées du Lot et du Célé, elle présente la particularité d'avoir un bourg juxtaposé à celui éponyme de Saint-Santin-de-Maurs mais situé dans le département voisin du Cantal. Le chef-lieu de canton dont dépend Saint-Santin est Decazeville, à 12 km au Sud, mais celui de Maurs, dans le Cantal, n'est qu'à 9 km au Nord, et la gare SNCF la plus proche est à 6 km, à Bagnac-sur-Célé, dans le département du Lot. En fait, le village fonctionne ainsi, comme la juxtaposition de 2 communes distinctes, situées dans 2 départements différents, l'une en région Midi-Pyrénées, l'autre en région Auvergne, avec des zones de vacances scolaires différentes. On reconnaît ainsi le village à son approche, dominé par les 2 églises, une pour chaque commune, situées à 20 mètres l'une de l'autre. On trouve également 2 écoles. Toutefois, le monument aux morts réunit les Aveyronnais et les Cantaliens morts pour la patrie, mais chacun sur une face de la stèle. Saluons également la réalisation du terrain de football, qui permet lui de marquer un but dans le Cantal ou dans l'Aveyron selon le cas.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 2014 Raymond Bos    
2014 en cours Michèle Couderc SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 558 habitants, en augmentation de 0,72 % par rapport à 2009 (Aveyron : 0,57 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
561 407 820 1 088 1 190 1 221 1 172 1 197 1 166
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 144 1 155 1 138 1 203 1 195 1 151 1 063 1 066 1 054
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
987 913 824 840 792 807 716 689 708
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014 -
696 664 643 575 534 569 546 558 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

L'écrivain Jean Anglade s’est inspiré de la situation particulière du village et de l'émulation ancestrale entre Cantaliens et Aveyronnais pour écrire son roman Un souper de neige se déroulant dans le village de Saint-Coutain[5]. La photo de couverture présente le bourg de Saint-Santin avec ses deux églises.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel, La Sala : Boissa, Flanhac, Las Juniás, Livinhac, Sent-Antin, Sent-Partem / Christian-Pierre Bedel et les habitants del canton de La Sala, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 231 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-05-X, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF36652253)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  5. Un souper de neige, (ISBN 2-258-05271-8) (Presses de la Cité, 2000p, (ISBN 2-266-11288-0) (Pocket, 2002).