Livinhac-le-Haut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Livinhac-le-Haut
Livinhac-le-Haut
Blason de Livinhac-le-Haut
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Villefranche-de-Rouergue
Canton Lot et Dourdou
Intercommunalité Decazeville Communauté
Maire
Mandat
Roland Joffre
2014-2020
Code postal 12300
Code commune 12130
Démographie
Gentilé Livinhacois(e)
Population
municipale
1 148 hab. (2016 en diminution de 0,69 % par rapport à 2011)
Densité 105 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 35′ 32″ nord, 2° 14′ 06″ est
Altitude Min. 169 m
Max. 472 m
Superficie 10,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 14.svg
Livinhac-le-Haut

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Livinhac-le-Haut

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Livinhac-le-Haut

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Livinhac-le-Haut
Liens
Site web Ville de Livinhac-le-Haut

Livinhac-le-Haut est une commune française, située dans le département de l'Aveyron en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Livinhacois (que l'on prononce Livignacois). Le village de Livinhac-le-Haut comprend une école primaire et une maternelle nommée Prosper Alfaric. La commune de Livinhac-le-Haut possède une quarantaine d'artisans, commerçants et même un musée de l'uniforme.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe des départements du Cantal et du Lot.

Communes limitrophes de Livinhac-le-Haut[1]
Montmurat
(Cantal)
Saint-Santin
Montredon
(Lot)
Livinhac-le-Haut[1] Flagnac
Bouillac Boisse-Penchot Decazeville

Site[modifier | modifier le code]

Malgré le qualificatif le Haut, la pénéplaine est à peine plus haute que le Lot. Ce qualificatif est plus vraisemblablement synonyme de amont, car il existait le village de Livinhac-le-Bas (ancienne commune de l'Aveyron absorbée en 1834 par Saint-Julien-d'Empare, qui deviendra commune de Capdenac-Gare) en 1891 plus en aval sur le Lot. Le Lot forme un grand méandre au creux duquel se trouve le village.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il existait un prieuré Saint-Andrian placé au Xe siècle sous la dépendance de Conques.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Livinhac-le-Haut Blason D'azur à la rivière ondée en fasce d'argent chargée d'un gabarrot [bateau de transport fluvial] de sable, surmontée d'une tour d'argent maçonnée de sable et soutenue de l'inscription «Livinhac» du même[2].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2008 En cours Roland Joffre DVG Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2016, la commune comptait 1 148 habitants[Note 1], en diminution de 0,69 % par rapport à 2011 (Aveyron : +1,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3491 3471 9071 6991 9371 9331 3591 4051 422
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4981 4021 4771 3161 3011 3821 2481 1401 064
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1761 3571 3691 2471 1071 1321 0969741 190
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 4101 4231 3841 3201 1791 1261 0751 0681 199
2016 - - - - - - - -
1 148--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Une ancienne chapelle Saint-Roch et un récent oratoire Saint-Roch, preuve que le chemin existe.
  • Une église dont la nef et le portail semblent garder quelque chose de roman.
  • Quelques vieilles maisons, un couvent, une rue Laromiguière (de romieu, rue des Pèlerins).

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Le Pèlerinage de Compostelle[modifier | modifier le code]

Sur la Via Podiensis du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, on vient de Decazeville ; la prochaine commune est Montredon, et son prieuré Saint-Michel.

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel, La Sala : Boissa, Flanhac, Las Juniás, Livinhac, Sent-Antin, Sent-Partem / Christian-Pierre Bedel et les habitants del canton de La Sala, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 231 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-05-X, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF36652253)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « L'Armorial », sur armorialdefrance.fr (consulté le 19 avril 2016)
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.