Fagnières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fagnières
Fagnières
Église Saint-Remi et le monument aux morts.
Blason de Fagnières
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Châlons-en-Champagne
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Châlons-en-Champagne
Maire
Mandat
Denis Fenat
2020-2026
Code postal 51510
Code commune 51242
Démographie
Gentilé Fagnérots
Population
municipale
4 838 hab. (2018 en augmentation de 5,08 % par rapport à 2013)
Densité 248 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 57′ 51″ nord, 4° 19′ 09″ est
Altitude Min. 77 m
Max. 122 m
Superficie 19,48 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Châlons-en-Champagne
(banlieue)
Aire d'attraction Châlons-en-Champagne
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Châlons-en-Champagne-1
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Fagnières
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Fagnières
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fagnières
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fagnières

Fagnières est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.
Ses habitants sont appelés des Fagnérots et Fagnérotes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Fagnières est une petite ville du Nord-Est de la France, située en région Grand Est, plus précisément dans le département de la Marne, près de la préfecture Châlons-en-Champagne.

La Marne passe au nord de la ville et fait office de frontière avec les communes de Recy et Saint-Martin-sur-le-Pré.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fagnières est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Châlons-en-Champagne, une agglomération intra-départementale regroupant 5 communes[4] et 57 385 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Châlons-en-Champagne, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 97 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (81,2 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (81,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (78,2 %), zones urbanisées (10,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (5,7 %), zones agricoles hétérogènes (3 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,8 %), eaux continentales[Note 3] (1,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,1 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Un enclos protohistorique circulaire de 20 m et ayant deux entrées fut découvert à la Noue du moulin, il contenait huit sépultures[11].

La commune en 1875 avec en jaune le projet d'annexion par Châlons, B.M. de Reims.

Une partie de son territoire sur la rive gauche de la Marne a été annexée par la ville de Châlons-en-Champagne suivant l'arrêté ministériel du 31 août 1887. La population de la commune est alors passée de 1 381 à 285 habitants.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[12]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1807 1807 Rémy Gougelet    
1807 1807 Jean Jacques Launois    
1819 1825 Aman Maheu    
1826 1827 Hubert de Lestrade    
1827 1831 Odon de Lestrade   Comte
1831 1832 Aman Maheu    
1832 1834 Pierre Launois    
1834 1846 Jacques Melinet    
1846 1850 Hippolyte Jaquinet    
1850 1850 Pierre Launois    
1850 1850 Rémy Gougelet Gaillot    
1850 1860 Nicolas Maheut    
1860 1864 Cyrille Farochon    
1864 1872 Charles Lambert    
1872 1878 Louis Cyrille Farochon[13]    
1878 1879 Louis Henry    
1879 1884 Rémy Frison    
1884 septembre 1887
(décès)
Émile Perrier   Propriétaire terrien
1888 1893 Cyrille Farochon    
1894 1900 Émile Frison    
1900 1904 Albert Mouton    
1904 1919 Léon Libera    
1919 1928 L. Farochon    
1928 1929 Gabriel Libera    
1929 1932 Fernand Mallet    
1932 1935 Alexis Chaput    
1935 1947 Gabriel Libera    
1947 1960 Marcel Pinotie    
1960 mars 1965 Camille Person    
mars 1965 juin 1995 André Gallois    
juin 1995 mars 2001 Michel Moreau    
mars 2001 juillet 2020[14] Alain Biaux Les Verts puis EÉLV Retraité de l'enseignement
Conseiller général de Châlons-en-Champagne-3 (2008 → 2015)
juillet 2020 En cours Denis Fenat[15]   Ancien cadre informatique
6e vice-président de Châlons Agglo (2020 →)

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[17].

En 2018, la commune comptait 4 838 habitants[Note 4], en augmentation de 5,08 % par rapport à 2013 (Marne : −0,45 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3043923093904664561 038773680
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
7007657978251 0471 1761 381285290
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
305305288353432501646671729
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 0841 3192 5323 4254 9495 0464 8164 4374 735
2018 - - - - - - - -
4 838--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Fagnières

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

d'azur au chevron d'argent accompagné, en chef, de deux moulinets du même emmanchés d'or et, en pointe, d'une épée aussi d'or.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Remi : nef romane, bas-côté nord début XIXe siècle. Abside, transept, bas-côté sud et façade occidentale reconstruits en deux campagnes par l'architecte châlonnais François Poisel (entre 1850 et 1870). La tour de croisée octogonale est un beau plagiat de l'architecture flamboyante. Deux cloches. Vitraux en pavés de verre[20]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Général Cyrille Dautelle (1849-1926).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Châlons-en-Champagne », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Archéologie préventive de 1981.
  12. [PDF] Liste des maires de Fagnières
  13. Almanach Matot-Braine de 1877, p162.
  14. « Denis Fenat, candidat au poste de maire à Fagnières : La majorité sortante présente une liste nommée « Fagnières demain, toujours ensemble » à la fois expérimentée et renouvelée pour les municipales. Entretien avec son chef de file, Denis Fenat », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ) .
  15. https://reader.cafeyn.co/fr/1926597/21616463
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. Sylvain Mikus, "L'architecte François Poisel en son temps", Etudes Marnaises, Société d'Agriculture, Commerce, Sciences et Arts de la Marne, 2004