Witry-lès-Reims

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Witry-lès-Reims
Witry-lès-Reims
La mairie à Noël.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Reims
Intercommunalité Communauté urbaine du Grand Reims
Maire
Mandat
Michel Keller
2020-2026
Code postal 51420
Code commune 51662
Démographie
Gentilé Witryat
Population
municipale
4 990 hab. (2018 en augmentation de 3,25 % par rapport à 2013)
Densité 303 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 17′ 36″ nord, 4° 07′ 18″ est
Altitude Min. 88 m
Max. 186 m
Superficie 16,49 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Witry-lès-Reims
(ville isolée)
Aire d'attraction Reims
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bourgogne-Fresne
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Witry-lès-Reims
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Witry-lès-Reims
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Witry-lès-Reims
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Witry-lès-Reims

Witry-lès-Reims (Vuytry en Champenois[réf. nécessaire]) est une commune française, située au Nord-Est de Reims dans le département de la Marne en région Grand Est.

La commune s'étend sur 16,5 km2 et compte 5 019 habitants au dernier recensement de la population, datant de 2015. Avec une densité de 304 habitants par km2, Witry-lès-Reims a connu une hausse de 5,4 % de sa population par rapport à 2010.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune s'étend sur 16,5 km2. Elle est entourée par les communes de Caurel, Berru et Cernay-lès-Reims. Située à 130 mètres d'altitude, la ville de Witry-lès-Reims a pour coordonnées géographiques Latitude : 49° 17' 35 nord ; Longitude : 4° 7' 15 est.

La commune est proche du parc naturel régional de la Montagne de Reims à environ 15 km.

Communes limitrophes de Witry-lès-Reims
Bourgogne-Fresne Pomacle
Bétheny Witry-lès-Reims Caurel
Reims Cernay-lès-Reims Berru

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Witry-lès-Reims est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Witry-lès-Reims, une unité urbaine monocommunale[4] de 5 020 habitants en 2017, constituant une ville isolée[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Reims, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 295 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (84,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (89,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (84,4 %), zones urbanisées (7,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (5,7 %), forêts (2,4 %), cultures permanentes (0,4 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle était le siège de l'un des nombreux forts construits autour de Reims après 1870 dans le cadre de la ceinture fortifiée du système Séré de Rivières construite pour défendre la ville de seconde ligne de défense qu'était Reims. La ville subit d'importantes destructions lors de la Première Guerre mondiale : bombardement des habitations, de l'église mais aussi le dynamitage par l'occupant du monument aux morts de 1898.

Destructions subies par l'église.

La gare[modifier | modifier le code]

Un des rares bâtiments à avoir survécu au conflit fut la gare : un bâtiment « Est » de type B[11] agrandi au fil du temps. Il a depuis été désaffecté et ses fenêtres sont murées.

La gare au début du XXe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1874 après 1876 Leclère    
1879   E.Guerlet[12]    
    Gaston Buard   Conseiller général de Bourgogne (1925 → 1936)
1945 ? Alexis Conio PCF Métreur
Conseiller général de Bourgogne (1945 → 1951)
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 octobre 2017[13] Yves Détraigne UDF
puis MoDem
puis AC-UDI
Magistrat de chambre régionale des comptes
Sénateur de la Marne (2001 → )
Président de l'Association des Maires de la Marne ( ? → 2017)
Président de la CC de Beine-Bourgogne (2005 → 2016)
Conseiller général de Bourgogne (1991 → 2001)
Démissionnaire à la suite de sa réélection comme sénateur.
octobre 2017[14] En cours
(au 19 mars 2018[15])
Michel Keller
réélu pour le mandat 2020-2026
DVD Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[17].

En 2018, la commune comptait 4 990 habitants[Note 3], en augmentation de 3,25 % par rapport à 2013 (Marne : −0,45 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0358939139741 1611 2151 2241 2731 277
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3151 3001 2201 1961 2591 2481 2251 2501 218
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1561 1561 2439041 0661 2111 2321 2641 343
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 4661 5021 7824 6744 5724 6254 7244 7495 019
2018 - - - - - - - -
4 990--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Les Ateliers rémois de constructions électriques était implantés à Witry, avant d'être rachetés par Marelli puis SECAN puis Ards.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église avec sa tour-porche.

Le clocher de l'église Saint-Symphorien est classé aux monuments historiques depuis 1922[20].

Le monument aux morts de la Première Guerre mondiale a été construit par l'entrepreneur Rombaux-Roland en 1928, sur la place de l'Église[21].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Witry-lès-Reims », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. « Witry-les-Reims : 51 - Marne - Cartes Postales Anciennes sur CPArama », sur www.cparama.com (consulté le ).
  12. Almanach Matot-Braine de 1879, p225.
  13. Céline Lang, « Witry-lès-Reims : Yves Détraigne (UDI) laisse sa place de maire pour rester sénateur », France 3 Grand Est,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Après 28 ans au poste de 1er édile et 34 ans en tant qu'élu local, le maire UDI Yves Détaigne a en effet décidé de privilégier son mandat de sénateur dans le cadre de la loi sur le non-cumul des mandats. Yves Détraigne a été réélu sénateur de la Marne le 24 septembre dernier pour la troisième fois consécutive. Il est membre, au Sénat, de la commission des lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du réglement et de l'adminitration générale. Il fait partie du groupe Union centriste. A 53 ans, il est aussi membre de la Cour de justice de la République et était président de l'association des maires de la Marne. Il doit en effet également laisser ce poste, maintenant qu'il n'occupe plus de fonction de maire ».
  14. Anne Despagne, « Yves Détraigne passe la main à Michel Keller à la tête de Witry-lès-Reims : Le maire a mis fin à 28 ans de mandat local avec discrétion et émotion. Il reste sénateur », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. Frédéric Gouis, « Municipales 2020 : qui repart, qui arrête et qui s'interroge », L'Ardennais,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. « Église à Witry-lès-Reims », notice no PA00078916, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 19 janvier 2013.
  21. Alexandre Niess, « Monument aux morts de la guerre 1914-1918 à Witry-lès-Reims », notice no , base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 19 janvier 2013.