Saint-André-d'Allas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-André.
Saint-André-d'Allas
Les cabanes du Breuil à Saint-André-d'Allas.
Les cabanes du Breuil à Saint-André-d'Allas.
Blason de Saint-André-d'Allas
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Sarlat-la-Canéda
Canton Sarlat-la-Canéda
Intercommunalité Communauté de communes Sarlat-Périgord noir
Maire
Mandat
Patrick Salinié
2014-2020
Code postal 24200
Code commune 24366
Démographie
Population
municipale
830 hab. (2014)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 53′ 12″ nord, 1° 10′ 03″ est
Altitude Min. 106 m
Max. 287 m
Superficie 28,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-André-d'Allas

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-André-d'Allas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-André-d'Allas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-André-d'Allas

Saint-André-d'Allas est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Comprise dans l'aire urbaine de Sarlat-la-Canéda, la commune de Saint-André-d'Allas est implantée en Périgord noir, cinq kilomètres à l'ouest de Sarlat-la-Canéda.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-André-d'Allas
Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil,
Meyrals
Marquay
Castels et Bézenac Saint-André-d'Allas Sarlat-la-Canéda
Beynac-et-Cazenac Vézac

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Sent Andriu e Alàs[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1825, la commune d'Allas-l'Évêque fusionne avec Saint-André-d'Allas. Ladite commune d'Allas-l'Évêque porta, au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), le nom d'Allas-la-Liberté[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Saint-André-d'Allas.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1997 mars 2014 Roland Manet SE Facteur retraité
mars 2014[3] en cours Patrick Salinié    

Démographie[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1825, les communes d'Allas-l'Évêque et de Saint-André étaient indépendantes. En 1825, Allas-l'Évêque fusionne avec Saint-André qui devient Saint-André-d'Allas.

Démographie d'Allas-l'Évêque[modifier | modifier le code]

Évolution de la population d'Allas-l'Évêque
1793 1800 1806 1821
263 155 269 206
(Source : Ldh/EHESS/Cassini[4])

Démographie de Saint-André, puis de Saint-André-d'Allas[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués depuis 1793 à Saint-André, puis Saint-André-d'Allas. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2004, 2009, 2014, etc. pour Saint-André-d'Allas[5]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2014, Saint-André-d'Allas comptait 830 habitants.

           Évolution de la population de Saint-André, puis de Saint-André-d'Allas  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
757 522 516 398 817 956 908 937 1 027
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 049 1 049 963 965 927 898 846 795 759
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
716 728 679 579 582 555 539 471 419
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
393 355 351 444 529 592 658 772 830
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique de Saint-André, puis de Saint-André-d'Allas

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[8], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 386 personnes, soit 47,2 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (cinquante-trois) a augmenté par rapport à 2007 (trente) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 13,8 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte soixante-treize établissements[9], dont quarante-cinq au niveau des commerces, transports ou services, onze dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, huit relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, six dans la construction, et trois dans l'industrie[10].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Edouard Kauffmann (1895-1944), lieutenant-colonel qui appartenait au réseau de résistance Alliance et qui fut fusillé par les Allemands, inhumé à Saint-André-d'Allas[17].
  • Max Favalelli (1905-1989), journaliste français, homme de lettres, concepteur de mots croisés et juge arbitre de jeux télévisés, inhumé à Saint-André-d'Allas[17].
  • Maurice Pinguet (1929 - 1991) , directeur de l’Institut franco-japonais de Tokyo de 1963 à 1968, professeur à la Sorbonne de 1968 à 1969, professeur de littérature française à l’Université de Tokyo à partir de 1979. Auteur de nombreuses publications en revue sur la littérature et les civilisations française et japonaise, il publia en 1985 La Mort volontaire au Japon, inhumé à Saint-André-d'Allas[17].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-André-d'Allas Blason De gueules à la cabane de pierre cousue d'azur et ouverte du champ; au chef cousu d'azur chargé d'un sautoir réduit cousu de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 21 mars 2014.
  2. « Notice communale d'Allas-l'Évêque », sur la base Cassini (consulté le 30 juin 2012)
  3. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 25 août 2014.
  4. « Notice communale d'Allas-l'Évêque », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté le 12 mars 2013).
  5. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 21 mars 2014)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 22 novembre 2015.
  9. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 22 novembre 2015).
  10. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 22 novembre 2015.
  11. « Château du Roc », notice no PA00082795, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Cabanes du Breuil », notice no PA00083093, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Église Saint-André », notice no PA00082796, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Église Saint-Barthélemy », notice no PA00082797, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Croix de Lassagne », notice no PA00082794, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Grotte du Pas-Estrét », notice no PA00082798, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. a, b et c cimetière de Saint-André-d'Allas