Saint-Haon-le-Châtel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Haon-le-Châtel
Saint-Haon-le-Châtel
Blason de Saint-Haon-le-Châtel
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Roanne
Intercommunalité Roannais Agglomération
Maire
Mandat
Gilbert Magnaud
2020-2026
Code postal 42370
Code commune 42232
Démographie
Gentilé Saint-Haonnois
Population
municipale
638 hab. (2018 en augmentation de 4,42 % par rapport à 2013)
Densité 733 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 04′ 00″ nord, 3° 54′ 57″ est
Altitude Min. 363 m
Max. 463 m
Superficie 0,87 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Roanne
(banlieue)
Aire d'attraction Roanne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Renaison
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Haon-le-Châtel
Géolocalisation sur la carte : Loire
Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Saint-Haon-le-Châtel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Haon-le-Châtel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Haon-le-Châtel

Saint-Haon-le-Châtel est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Avec seulement 87 hectares de superficie, Saint-Haon-le-Châtel est la commune la plus petite de la Loire et la 53e de France. En termes de densité, elle est ainsi la 22e la plus forte de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village médiéval typique fortifié surplombe la plaine de Roanne.

Les communes limitrophes sont uniquement Saint-Haon-le-Vieux au nord et Renaison au sud.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Haon-le-Châtel est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Roanne, une agglomération intra-départementale regroupant 15 communes[4] et 79 928 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Roanne dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 88 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Issu d'un ancien nom de baptême, du latin Abundius (abundus = abondant), popularisé par un saint dont on ne sait quasiment rien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant 954, le comte Artaud Ier lègue à Cluny l'église de Saint-Haon. Vers 1100, était le siège d'une "viguerie" appartenant aux derniers comtes de la première maison des comtes de Forez. Au XIIIe siècle, le collateur de la cure était le prieur d'Ambierle, lui-même dépendant de Cluny. A la même période un hôpital existait près d'une voie importante.

Depuis le , la communauté de communes de la Côte roannaise dont faisait partie la commune s'est intégrée à la communauté d'agglomération Roannais Agglomération.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’argent au lion de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 2008 Alain Pérard PS  
mars 2008 En cours Yves Durand[9] PS Enseignant

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11].

En 2018, la commune comptait 638 habitants[Note 3], en augmentation de 4,42 % par rapport à 2013 (Loire : +0,89 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
800750868600707730719719749
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
657704723701731696714715674
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
620630538440438417388344386
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
407392410439535570568588617
2018 - - - - - - - -
638--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sur les autres projets Wikimedia :

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église du XIIe siècle.
  • Remparts du XIIe siècle.
  • Manoir de la Fleur de Lys.
  • Hôtel Pelletier.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Jules Jusserand (° 1855 - † 1932), diplomate et historien, ambassadeur aux États-Unis de 1902 à 1925, il possédait une maison au sein du village qui a érigé un monument à sa mémoire.
  • Louis Cazamian (° 1877 - † 1965), critique littéraire français, Spécialiste de la littérature anglaise y est mort. Il y a également épousé Madeleine Clédat.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Roanne », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 28 mars 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 28 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 28 mars 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 28 mars 2021).
  9. Saint-Haon-le-Châtel sur le site de l'association des maires de France, consulté le 30 juin 2015.
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]