Changy (Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Changy
Changy (Loire)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Roanne
Intercommunalité Roannais Agglomération
Maire
Mandat
Patricia Goutorbe
2020-2026
Code postal 42310
Code commune 42049
Démographie
Gentilé Changynois, changynoises [1]
Population
municipale
645 hab. (2018 en augmentation de 5,56 % par rapport à 2013)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 08′ 34″ nord, 3° 53′ 30″ est
Altitude Min. 298 m
Max. 556 m
Superficie 13,67 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Roanne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Renaison
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Changy
Géolocalisation sur la carte : Loire
Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Changy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Changy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Changy
Liens
Site web www.changy.fr

Changy est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Changy est situé à 21 km de Roanne et à 5 km de La Pacaudière.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Changy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Roanne, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 88 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (84,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (87,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (74 %), zones agricoles hétérogènes (9,3 %), forêts (8,7 %), zones urbanisées (4,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,1 %), terres arables (0,9 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine, le nom du village était « Cangiacum ». Le site de Changy, sur les bords de la Teyssonne, connait une occupation depuis la préhistoire (vestiges de pierres polies, silex…).

Ensuite occupé par les Celtes (monnaies frappées par les Éduens), il connait l'influence romaine et fait partie du pays Ségusiave.

Les premiers seigneurs de Changy seront vassaux des comtes du Forez.

Le village subit les exactions de la guerre de Cent Ans, car situé sur une voie de passage très importante, qui deviendra la Route Royale, puis, au XXe siècle, la Nationale 7.

En 1431, la ville est pillée par Rodrigue de Villandrando.

En 1536, le village entre dans les possessions de François Ier et désormais son histoire se confondra avec celle de l'histoire de France.

Durant les guerres de Religion (1562-1588), le seigneur Huguenot de Changy, le capitaine de Poncenat, s'illustrera cruellement aux côtés du Baron des Adrêts (notamment à Feurs et Montbrison).

Depuis le , la communauté de communes du Pays de la Pacaudière dont faisait partie la commune s'est intégrée à la communauté d'agglomération Roannais Agglomération.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
vers 1935 vers 1935 Philippe Picard Radical Cultivateur
Conseiller général du canton de La Pacaudière (1932-1940)
  mars 2001 Jean Marie Lemoine    
mars 2001 mars 2008 Alain Buterlin    
mars 2008 mai 2020 Yves Rimoux[9] DVG Suppléant du conseiller départemental Jean Bartholin
mai 2020 En cours Patricia Goutorbe[10],[11]   Directrice d'école retraitée

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[13].

En 2018, la commune comptait 645 habitants[Note 3], en augmentation de 5,56 % par rapport à 2013 (Loire : +0,89 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7501 3038229819228859111 0221 012
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0851 0371 0381 0241 0221 0091 0371 0521 023
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
944956883724717679648592634
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
624653616593606582609615624
2018 - - - - - - - -
645--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Changy[16].
  • Pigeonnier

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine Blanchardon, Histoire de Changy[17].
  • Antoine Delorme, Changy en 1907, Éditions du Champ de Foire, 2014, 45 p[17].
  • Bernard Nabaile & Monique Vialla, Les Poilus de Changy , Éditions du Champ de Foire, 2014, 107 p[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/loire-42
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Changy, association des maires de France - consulté le 13 mars 2015
  10. « Patricia Goutorbe succède à Yves Rimoux », sur leprogres.fr, .
  11. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le )
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. « Château », sur www.changy-patrimoine.fr (consulté le ).
  17. a b et c « Publications sur le village de Changy (Côte Roannaise) », sur www.changy-patrimoine.fr (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :