Saint-Romain-la-Motte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Romain.
Saint-Romain-la-Motte
Image illustrative de l'article Saint-Romain-la-Motte
Blason de Saint-Romain-la-Motte
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Roanne
Canton Renaison
Intercommunalité Roannais Agglomération
Maire
Mandat
Gilbert Varrenne
2014-2020
Code postal 42640
Code commune 42284
Démographie
Gentilé Saint-Romanais
Population
municipale
1 470 hab. (2014)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 05′ 07″ nord, 3° 58′ 56″ est
Altitude Min. 290 m – Max. 361 m
Superficie 27,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Romain-la-Motte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Romain-la-Motte

Saint-Romain-la-Motte est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Romain-la-Motte est située au nord-ouest de Roanne. Elle est traversée par deux rivières, l'Oudan et le Filerin. Elle est aussi traversée par la Nationale 7.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Germain-Lespinasse Noailly Rose des vents
Saint-Haon-le-Vieux N Mably
Riorges
O    Saint-Romain-la-Motte    E
S
Renaison Pouilly-les-Nonains Saint-Léger-sur-Roanne

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis le 1er janvier 2013, la communauté de communes de la Côte roannaise dont faisait partie la commune s'est intégrée à la communauté d'agglomération Roannais Agglomération. Le nom gaulois de la commune était sans doute Marolles (un hameau)[1]. C'est là que furent les fondations de l'ancienne église, dédiée à Saint Pierre en l'an 995, qui dépendait de Cluny. Cette église a été paroisse jusqu'au XIIe siècle. Elle n'existe plus. C'est là également que furent découverts deux cimetières ː un gallo-romain et un sans soute du IIIe au VIIIe siècle [2] .

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’argent à la motte [coupeau] de sinople sommée d’une tour de sable, ajourée du champ ; chapé de sinople chargé d’une gerbe d’or à dextre et d’un cep de vigne arraché du même à senestre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1816 1831 Michel Ducoing    
1831 1848 Louis Berthelier    
1848 1875 Antoine Berthelier    
1875 1878 Marie Berthelier    
1878 1884 Rose Vernay    
1884 1893 Eugène Besse    
1893 1895 Maurice du Martray    
1895 1902 Louis Berthelier    
1902 1920 Maurice du Martray    
1920 1940 Jacques Boireau    
1940 1951 Claude Dallery    
1951 1965 Gilbert Brivet    
1965 1977 Pierre Darcon    
1977 1997 Paul Paire   Enseignant
1997 mars 2014 André Danière DVD  
mars 2014 en cours Gilbert Varrenne[3]   Ingénieur d'études recherche et formation

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 470 habitants, en diminution de -5,34 % par rapport à 2009 (Loire : 1,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
950 963 791 846 878 882 866 866 869
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
825 863 926 977 1 010 962 1 038 1 056 1 093
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 049 980 933 795 802 772 759 809 864
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
892 842 887 1 081 1 352 1 395 1 529 1 478 1 470
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le four à chaux.
  • Le clocher accessible au public depuis 2009 après plus de 60 ans de fermeture.
  • La tombe de Gilberte du Martray.
  • La digue de l'Oudan.
  • La motte de terre où était construit un château fort.
  • Château de Chamarandes.
  • Château de la Motte.
  • Château de la Brosse.
  • Château de Vaux.


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Félix Thiollier, Le Forez pittoresque et monumental, histoire et description du département de la Loire et de ses confins., Lyon, IMPRIMERIE DE A. WALTENER ET Cie, , p. 237-239
  2. M. Noëlas a publié l'article " fouilles de Saint-Romain-la-Motte, 5 août 866"  dans l e "Bulletin de la Société d'anthropologie de Paris" de 1866 (ed. Masson) p. 560 et s. (à lire sur google livres) dont voici un extrait décrivant les fouilles « La terre des morts est sur le trajet d’une voie romaine qui conduisait de Roanne (Rodrunna) ) Clermont (Augustonemetum) par Ariolica… Au lieu dit Maroilles et les Arnauds se présente une butte funéraire de 45 mètres de long sur 50 de large… A la surface du sol on remarque beaucoup de débris de poterie, de pierres, de tuiles et d’ossements ; la charrue soulève les squelettes. Une première fouille a découvert au milieu de ce champ funèbre, des substructions importantes, deux chambres carrées, séparées par une muraille épaisse de 1,5 mètres . tout autour des sépultures distribuées suivant l’ordre ci-indiqué : 1° A 30 centimètres de profondeur à peine une première couche de squelettes ; adultes hommes, femmes, enfants..Tous ces squelettes sont couchés dans la supination, tournés invariablement au levant, la tête inclinée sur l’épaule droite… 2° un second, troisième et quatrième rang de squelettes enterrés de même… Enfin, à 2,5 mètres une couche de squelettes est inhumée dans la position assise… A 100 mètres de là, dans une carrière de sable, est un cimetière gallo-romain….
  3. Saint-Romain-la-Motte sur le site de l'association des maires de France, consulté le 30 juin 2015.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Club de Foot : Union Sportive Filerin (site web : usfilerin.fr)
  • Club de Basket : Association Sportive de Saint-Romain-la-Motte (ASSR).
  • Centre de loisirs l’Île aux enfants.
  • Club des jeunes.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :