Le Crozet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Loire
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Loire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crozet.
Le Crozet
Maison du Conseiller Papon.
Maison du Conseiller Papon.
Blason de Le Crozet
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Roanne
Canton Renaison
Intercommunalité Roannais Agglomération
Maire
Mandat
René-André Barret
2014-2020
Code postal 42310
Code commune 42078
Démographie
Population
municipale
288 hab. (2013)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 10′ 17″ Nord 3° 51′ 20″ Est / 46.1713888889, 3.85555555556
Altitude Min. 344 m – Max. 595 m
Superficie 13,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Le Crozet

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Le Crozet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Crozet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Crozet
Liens
Site web www.lecrozet.com

Le Crozet est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Martin-d'Estréaux La Pacaudière Rose des vents
N
O    Le Crozet    E
S
Saint-Bonnet-des-Quarts Changy

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu’au début du XIIIe siècle Le Crozet et la Côte Roannaise appartenaient aux vicomtes de Mâcon. À la mort du dernier, Artaud III, en 1220, la duchesse de Bourgogne vend à Guy IV, comte de Forez, ses possessions « Outre Loire ». C’est ainsi que la Côte Roannaise est rattachée au Forez. Avant de partir en croisade, Guy IV fit ceindre Le Crozet de solides remparts et lui donna des chartes, ouvrant le droit de foire, de haute, moyenne et basse justice, etc… Ce fait marqua le début de la prospérité du Crozet.

Au XIVe siècle, Le Crozet change à nouveau de suzerain. En 1362, lors de la bataille de Brignais, pendant la guerre de Cent Ans, une bonne partie de la chevalerie française est massacrée par les armées anglaises et bourguignonnes. Le comte de Forez et ses fils sont du nombre. Sa fille, Anne, reste seule héritière et pour protéger ses terres de la convoitise du puissant duc de Bourgogne, épouse Louis II, duc de Bourbon, allié du roi de France.

C’est ainsi que Le Crozet se trouve en possession des cousins du roi et sous cette haute protection, la cité va continuer de prospérer notamment grâce à ses halles et à ses foires.

Lorsque Charles III, le fameux connétable de Bourbon, est dépossédé de ses biens par le roi François Ier après qu’il eût trahi la couronne, le Forez devient, pour quelques années seulement, possession de Louise de Savoie, mère du roi. À la mort de celle-ci, Bourbonnais et Forez font leur entrée dans les possessions royales.

Mais le développement de la Grande Voie Royale du Bourbonnais (aujourd’hui Nationale 7), reliant Paris à Lyon à l’époque ville frontière et par conséquent des bourgs qui s’égrainent tout au long, va porter un coup fatal au Crozet.

Le commerce, puis la justice, l’administration quittent les hauteurs de la Côte Roannaise pour la Plaine Roannaise. Le village va peu à peu s’assoupir jusqu’à ce qu’après-guerre, des habitants passionnés décident d’entamer la restauration de ce magnifique patrimoine.

De ce passé glorieux, reste un bourg riche en bâtiments d’époque médiévale et Renaissance[1].

Le village a obtenu le label Villages et cités de caractère.

Depuis le 1er janvier 2013, la communauté de communes du Pays de la Pacaudière dont faisait partie la commune s'est intégrée à la communauté d'agglomération Roannais Agglomération.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Le Crozet (Loire).svg

Les armoiries de Le Crozet se blasonnent ainsi :

De sinople à la tour d’argent maçonnée et ouverte de sable posée sur une terrasse d'argent, maçonnée de sable et mouvant de la pointe, la tour chargée d’un écusson de gueules au dauphin d’or posée sur une plaine aussi d’argent maçonnée aussi de sable, sommée d’un filet du même.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours René-André Barret[2] DVG Conseiller général du canton de La Pacaudière (2004-2015)
Ancien président de la communauté de communes du Pays de la Pacaudière

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 288 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1872. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
614 794 719 730 701 656 659 621 560
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
447 452 412 420 423 388 357 336 285
1982 1990 1999 2004 2008 2009 2013 - -
290 292 295 284 290 298 288 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Maison du Conseiller Papon.
  • Donjon.
  • La Grande Porte du rempart de Noirétable.
La Tour et le Chemin de Ronde au Crozet.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris[5].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Un peu d’histoire | Le Crozet », sur www.lecrozet.com (consulté le 9 juin 2016)
  2. Le Crozet, association des maires de France, consulté le 13 mars 2015
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2008, 2009, 2013.
  5. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « ‪Concours des villes et villages fleuris‬ » (consulté le 20 juillet 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]