Razorback (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Razorback
Réalisation Russell Mulcahy
Scénario Everett De Roche
Musique Iva Davies
Acteurs principaux
Sociétés de production UAA Films
McElroy & McElroy
Western Film Productions
Pays d’origine Drapeau de l'Australie Australie
Genre horreur
Durée 95 minutes
Sortie 1984


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Razorback est un film d'horreur australien réalisé par Russell Mulcahy, sorti en 1984. Il met en scène un razorback[1] monstrueux terrorisant l'Outback. Il est désigné comme un Ozploitation (film d'exploitation australien)[2].

Résumé[modifier | modifier le code]

Un grondement lointain s'amplifie dangereusement dans l'Outback, le sol tremble et soudain, une puissante forme noire défonce les murs de la maison de Jack Cullen. Lorsque le vieux Jack peut enfin pénétrer dans ce qui reste de sa maison, son petit-fils a disparu. Personne ne croit l'histoire du vieil homme qui dit avoir reconnu un énorme razorback sanguinaire et particulièrement friand de chair humaine. Il est inculpé pour la disparition de son petit-fils mais relaxé faute de preuve. Il n'a de cesse alors de traquer cet affreux animal pour prouver sa bonne foi.

Deux ans plus tard, une journaliste new-yorkaise, militante d'une association pour la protection des animaux, Beth Winters arrive à Gamulla pour un reportage sur les dérives de la chasse au kangourou, disparaît dans des conditions étranges, la plupart des habitants raconte qu'elle est tombée dans un puits. Son mari, Carl Winters, décide de partir à la recherche de sa femme et rencontre le vieux Jack qui met en cause le razorback. Mais Carl préfère suivre la piste de deux chasseurs de kangourou dérangés de la conserverie Petpak, Benny et Dicko Baker. Carl prend un autre nom, Bill. Carl fait la connaissance de Sarah Cameron une paysanne en chasse du razorback.

Vers la fin de l’intrigue, Jack tente de tuer le sanglier mais manque de chance, son fusil est à court de munitions, bien que le razorback a résisté à pas mal de balles. Il retrouve la bague de Beth Winters dans les excréments du sanglier et élucide le mystère. Quant aux deux frères chasseurs, ils viennent attaquer puis tuer Jack connaissant la véritable histoire de Beth Winters.

Peu après que Dicko ait blessé le vieux Jack, celui-ci se fait dévorer par le sanglier. Carl menace Benny, lui fait avouer ce qui s'est vraiment passé avec sa femme et avoue qu'ils l'ont attaquée et violée avant que le razorback arrive pour dévorer sa femme. Benny tombe dans un puits, quant à Dicko il se fait dévorer à son tour. Le sanglier finit par être tué techniquement par Carl ; l'attirant vers une hélice de la conserverie Petpak puis déchiqueté. Et c'est ainsi que Carl et Sarah sont les seuls survivants.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Le scénario est basé sur le roman Razorback de Peter Brennan. Le film s'inspirerait par ailleurs de la célèbre disparition d'Azaria Chamberlain, un enfant qui aurait été attaqué par un dingo en 1980[4].

Russell Mulcahy est engagé par les producteurs qui son travail pour le clip de Duran Duran, Hungry Like the Wolf (1982)[2].

Le réalisateur voulait Jeff Bridges pour le rôle principal de Carl, mais le producteur Hal McElroy pense qu'il n'est pas connu à l'international[2].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a lieu principalement dans l'État australien de Nouvelle-Galles du Sud (Broken Hill, Silverton, etc.). Quelques plans sont tournés par la seconde équipe à Los Angeles et New York[5].

La créature est réalisée en animatronique pour un coût de 250 000 $. Les effets spéciaux du film sont si réussis qu'après la sortie, Steven Spielberg contacte Russell Mulcahy pour lui poser quelques questions sur certains effets[2].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le razorback désigne un cochon marron, particulièrement courant en Australie, dont l'aspect est donc proche de celui du sanglier.
  2. a b c d et e (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  3. (en) Release info sur l’Internet Movie Database
  4. Russell Blackford, Sean McMullen et Van Ikin, Strange Constellations : A History of Australian Science Fiction, Greenwood Press, (lire en ligne), 128
  5. (en) Locations sur l’Internet Movie Database

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]