Rehaupal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rehaupal
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Saint-Dié-des-Vosges
Canton Bruyères
Intercommunalité Hautes Vosges
Maire
Mandat
Éric Tisserant
2014-2020
Code postal 88640
Code commune 88380
Démographie
Population
municipale
201 hab. (2014 en augmentation de 4,15 % par rapport à 2009)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 07′ 13″ nord, 6° 43′ 58″ est
Altitude Min. 474 m
Max. 763 m
Superficie 4,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte administrative des Vosges
City locator 14.svg
Rehaupal

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Rehaupal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rehaupal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rehaupal

Rehaupal est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Dans l'attente d'une consultation, les habitants sont appelés les Rehaupôs.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de Rehaupal

Rehaupal est situé à l'écart des axes de circulation, il est traversé par le Barba, petit affluent gauche de la Vologne.

La vallée, étroite, est d'origine glaciaire mais la commune n'occupe que l'adret car l'ubac est situé sur le territoire du Tholy. Les autres communes limitrophes sont Laveline-du-Houx en aval, au nord-ouest, Champdray au nord et à l'est et Liézey à l'extrême est.

Les coteaux sont en forte déclivité, couverts de forêts et de prés. On y trouve les hameaux de Varinfête et des Spaxes. La forêt occupe 172 hectares soit 37 % au total. L'agriculture occupe 273 hectares du territoire communal, soit 67,5 %, elle est tournée vers l'élevage et la production laitière. Les friches et les landes occupent 18 hectares, soit 3,5 % du sol.

Sa proximité avec la station de Gérardmer (15 km), dans un cadre resté sauvage, lui confère les atouts d'un tourisme vert recherché, d'autant plus qu'Épinal n'est qu'à 25 km à l'ouest.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Raihaupaulz (XIVe siècle); Rehaulpault (1417); Rehaulpal (1418); Rehaulpaul (1593); Rehaupau (1594); Réaulpaux (1649).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom du village, Raihaupaulz, est attesté dès le XIVe siècle. La seigneurie du village de Rehaupal appartenait au chapitre de Remiremont. Au spirituel, la commune dépendait de la paroisse de Champdray, séparée en 1670 de la cure de Champ.

De 1790 à l’an IX, Rehaupal a fait partie du canton de Granges qui fut versé dans celui de Corcieux.

Le 9 septembre 1944, des Allemands de la Waffen-SS accompagnés de cinq miliciens ont fusillé dix hommes de Rehaupal, dont le maire, un conseiller municipal et deux membres des FFI. Cette opération faisait suite à une attaque de véhicules par les maquisards de Beauménil.

La commune a été décorée, le 11 novembre 1948, de la Croix de guerre 1939-1945[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

En 2015, les finances communales était constituées ainsi[2] :

  • total des produits de fonctionnement : 139 000 , soit 700 par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 137 000 , soit 689 par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 105 000 , soit 529 par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 38 000 , soit 189 par habitant ;
  • endettement : 160 000 , soit 802 par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 20,87 % ;
  • taxe foncière sur le bâti : 12,02 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 21,14 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 23,60 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  septembre 1944 André Rivat   Fusillé par l'occupant[3]
juin 1995 mars 2008 Philippe Jacquemin Écologiste Professeur des écoles
mars 2008 mars 2014 Étienne Bonne   Agriculteur retraité
mars 2014 en cours Éric Tisserant   Employé

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2014, la commune comptait 201 habitants[Note 1], en augmentation de 4,15 % par rapport à 2009 (Vosges : -1,74 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
305 250 333 388 416 470 543 560 416
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
398 393 392 517 438 354 423 388 295
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
275 253 252 252 250 224 213 203 204
1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014 - -
171 179 163 188 182 195 201 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre
  • L'église Saint-Pierre de 1723[8].
  • Monument aux morts[9],[10].
  • Minoterie Viry[11],[12].
  • Chaîne de production de la farine : trieur, convertisseur, plansichter[13].
  • Gorge dite le Trou de l'enfer, entre la Racine et le Haut-Vacon, dans la vallée de Barba[14], site classé le 8 décembre 1910[15].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945
  2. « Les comptes de la commune », sur alize2.finances.gouv.fr (consulté le 20 novembre 2016).
  3. Le massacre de Rehaupal, le 8 septembre 1944, par Klaus Barbie
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  8. L'église Saint-Pierre
  9. Monument aux Morts
  10. Conflits commémorés 1914-18 et 1939-45
  11. « Minoterie Viry », notice no IA88001801, base Mérimée, ministère français de la Culture enquête thématique régionale (architecture rurale des Hautes-Vosges) ; patrimoine industriel
  12. minoterie Viry
  13. Notice no IM88004754, base Palissy, ministère français de la Culture technique : industrie liée à l'alimentation, enquête thématique régionale (architecture rurale des Hautes-Vosges) ; patrimoine industriel
  14. Liste des sites et monuments naturels classés
  15. Servitudes : Site protégé au titre du code l'environnement