La Forge (Vosges)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Forge
La Forge (Vosges)
Mairie de La Forge.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Intercommunalité Communauté de communes des Hautes Vosges
Maire
Mandat
Bernard TOUSSAINT
2020-2026
Code postal 88530
Code commune 88177
Démographie
Gentilé Forgeron
Population
municipale
520 hab. (2019 en diminution de 5,28 % par rapport à 2013)
Densité 110 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 03′ 58″ nord, 6° 43′ 30″ est
Altitude Min. 469 m
Max. 813 m
Superficie 4,72 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Vagney
(banlieue)
Aire d'attraction Gérardmer
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de La Bresse
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
La Forge
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
La Forge
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Forge
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Forge

La Forge est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est. Elle appartient à l'aire urbaine de La Bresse. Elle fait partie de la Communauté de communes des Hautes Vosges.

Ses habitants sont appelés les Forgerons[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à une quinzaine de kilomètres à l'ouest de Gérardmer, il ne faut pas la confondre avec Les Forges, autre commune du même département située à l'ouest d'Épinal.

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation de La Forge sur la carte des Vosges.
Situation géographique de Fontenoy-le-Château.


Communes limitrophes de La Forge
Le Tholy Le Tholy
Cleurie La Forge Le Tholy
Le Syndicat


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Forge est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Vagney, une agglomération intra-départementale regroupant 10 communes[5] et 13 190 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Gérardmer dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 13 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (58,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (58,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (40,4 %), prairies (37,9 %), zones agricoles hétérogènes (21 %), zones urbanisées (0,7 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La Forge : du mot latin Făbrĭca, « atelier d'artisan », à l'origine du mot « fabrique ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Les habitants de La Forge ont formé une communauté autonome lorsque leurs granges ont été détachées de la paroisse de Celles-Saint-Amé pour être intégrées en 1664 dans la nouvelle paroisse Saint-Joseph-du-Tholy.

La communauté des Arrentés-de-Saint-Joseph appartenait, sous l’Ancien Régime, au bailliage de Remiremont et dépendait de la maîtrise des eaux et forêts d’Épinal[12]. Elle suivait la coutume de Lorraine.

En 1790, lors du démantèlement des anciens bans, fut créée la commune de Libre-Forge, regroupant les habitants de l'ancien ban de Moulin, mais qui avaient été rattachés à la paroisse du Tholy. Ce nom évolua en Laforge puis, en 1872, en La Forge.

Sur le plan spirituel, la communauté dépendait de la paroisse du Tholy jusqu'en 1865. Aujourd'hui et depuis le Second Empire, l’église est située dans le hameau de Julienrupt, commune du Syndicat.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1987 René Parmentier   Démissionnaire
1987 mars 2008 Hubert Demange (1945-2020)   Chef d'entretien à la SNCF
mars 2008 En cours
(au 18 février 2015)
Bernard Toussaint    

Budget et fiscalité 2013[modifier | modifier le code]

En 2013, le budget de la commune était constitué ainsi[13] :

  • total des produits de fonctionnement : 335 000 , soit 577  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 280 000 , soit 482  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 218 000 , soit 376  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 112 000 , soit 193  par habitant ;
  • endettement : 74 000 , soit 128  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 19,12 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 11,53 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 18,65 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 14,95 %.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2019, la commune comptait 520 habitants[Note 3], en diminution de 5,28 % par rapport à 2013 (Vosges : −2,86 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856 1861
204215246311316349361323298
1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
332334309325358307320337356
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
414436413413306333386389397
1982 1990 1999 2006 2011 2016 2019 - -
481514545557565531520--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 31,0 %, soit en dessous de la moyenne départementale (31,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 31,9 % la même année, alors qu'il est de 31,0 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 263 hommes pour 262 femmes, soit un taux de 50,10 % d'hommes, légèrement supérieur au taux départemental (48,69 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[18]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,8 
10,1 
75-89 ans
8,6 
22,7 
60-74 ans
21,7 
23,6 
45-59 ans
23,1 
14,6 
30-44 ans
12,8 
17,1 
15-29 ans
15,7 
11,9 
0-14 ans
17,3 
Pyramide des âges du département des Vosges en 2018 en pourcentage[19]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ou +
2,1 
7,8 
75-89 ans
11,6 
19,7 
60-74 ans
19,9 
21,5 
45-59 ans
20,7 
17,1 
30-44 ans
16,3 
16,1 
15-29 ans
13,9 
17,1 
0-14 ans
15,5 

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Panonceau d'indication de lieux-dits à La Forge.

Si aucun monument de la commune n'est classé Monument Historique, une ferme[20] des XVIIIe et XIXe siècles, située sur le territoire de la commune, est recensée par l'inventaire général du patrimoine culturel dans le cadre d'études sur l'architecture rurale des Hautes-Vosges.

Une étude du patrimoine industriel a également été menée sur les scieries hydrauliques à cadre[21].

La commune a la particularité de ne pas avoir d'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner Blason
D'argent à la divise de sable chargée de l'inscription « LA FORGE » en lettres capitales d'or, accompagnée en chef de deux sapins rangés en fasces et en pointe d'un forgeron contourné façonnant un outil sur son enclume[22].
Détails
Émaux à déterminer.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Henri Mathieu, La Seconde Guerre mondiale dans la région d'Éloyes, Épinal, Association de recherches archéologiques et d'histoire d'Éloyes et dans ses environs, , 513 p. (ISBN 2-9513453-1-3), chapitre XII, p. 287 à 319 : La Forge - Le Tholy.
  • Pierre-Henri Mathieu, La vie rurale et son patrimoine, l’eau, la forêt et l’agriculture de montagne dans la région d’Éloyes, Épinal, Association de recherches archéologiques, histoire et patrimoine d'Éloyes et de ses environs, , 654 p. (ISBN 2-9513453-2-1), IIe partie : L'eau, la forêt, la vie à la campagne puis détail des recherches présenté dans chaque commune, p.363 à 370 : La Forge.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Habitants.fr.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Vagney », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Gérardmer », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Archives départementales.
  13. Les comptes de la commune de La Forge « Copie archivée » (version du 23 mars 2015 sur l'Internet Archive).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  18. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de la Forge (88177) », (consulté le ).
  19. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département des Vosges (88) », (consulté le ).
  20. Notice no IA88000170, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. Les scieries hydrauliques à cadre dans la commune.
  22. https://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=19801