Cleurie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cleurie (homonymie).
Cleurie
Mairie-école.
Mairie-école.
Blason de Cleurie
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Remiremont
Intercommunalité Communauté de communes Terre de Granite
Maire
Mandat
Patrick Lagarde
2014-2020
Code postal 88120
Code commune 88109
Démographie
Gentilé Cleurisien(ne)s
Population
municipale
660 hab. (2014)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 03′ 06″ nord, 6° 40′ 36″ est
Altitude Min. 416 m – Max. 819 m
Superficie 11,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte administrative des Vosges
City locator 14.svg
Cleurie

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Cleurie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cleurie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cleurie
Liens
Site web membres.lycos.fr/cleurie/

Cleurie est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est. Elle appartient aux unité et aire urbaines de La Bresse.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de Cleurie.

La commune s'étend tout le long de la vallée de la rivière du même nom, entre Saint-Amé et Le Tholy.

Niché au cœur de la forêt des Hautes-Vosges sur un coteau bien ensoleillé, le village de Cleurie est un lieu paisible où l'on trouve de magnifiques randonnées pédestres. Beaucoup ont cherché le centre... en vain. Ils ont eu l'agréable surprise de trouver la mairie-école « tout là-haut », isolée au milieu des prés, offrant une vue imprenable sur la vallée de la Moselotte, en direction de Vagney.

À Cleurie se trouvent également des rochers de serpentine classés en Zone Naturelle d'Intérêt Écologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) par l'Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN)[1],[2]. Les gisements de serpentine sont ceux de la serpentinite. L'école publique locale porte d'ailleurs le nom de la pierre[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 mars 2001 Michel Thouvenin SE (apparenté UDF) Agriculteur
mars 2001 en cours
(au 18 février 2015)
Patrick Lagarde UMP Forestier, technicien de l'ONF

Finances locales[modifier | modifier le code]

En 2013, le budget de la commune était constitué ainsi[4] :

  • total des produits de fonctionnement : 356 000 €, soit 547 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 326 000 €, soit 500 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 246 000 €, soit 378 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 375 000 €, soit 576 € par habitant.
  • endettement : 151 000 €, soit 233 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 13,92 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 2,43 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 3,66 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 13,66 %.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec Drapeau de la Belgique Xhoris (Belgique) depuis 1974. Cette localité est devenue depuis une section de la commune de Ferrières.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 660 habitants, en augmentation de 4,6 % par rapport à 2009 (Vosges : -1,78 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
390 229 356 438 444 460 521 458 403
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
363 369 357 365 346 431 416 427 391
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
457 398 399 384 376 398 400 413 390
1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014 - -
445 625 668 669 616 655 660 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006 [8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Cleurie possède aussi une des pistes de course de caisses à savon les plus connues, car très technique. Le parcours compte cinq virages pour une longueur de 1,2 kilomètre et un dénivelé de 150 mètres. Régulièrement des courses y sont organisées - dont déjà cinq manches du championnat de Lorraine - et le championnat de France s'y est disputé en 2006, les 1er et 2 juillet, opposant 180 pilotes.

Économie[modifier | modifier le code]

Plusieurs entreprises se trouvent à Cleurie, dont une entreprise de création de composants électroniques (Entreprise Rurale d'Électronique ou Enrulec). Cette entreprise, qui a eu un essor spectaculaire, est située au lieu-dit les Champs de L'Étraye. Elle emploie aujourd'hui une trentaine de salariés et fabrique par an plus de deux millions de cartes électroniques de 750 types différents, vendues ensuite à de grands groupes industriels, dont Dassault.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle Sainte-Sabine, située sur la commune de Saint-Étienne-lès-Remiremont, mais à laquelle on peut également accéder depuis Cleurie et Saint-Amé[9],[10]. Cette chapelle a été construite au XVIIIe siècle sur l'oratoire primitif, au lieu-dit Sainte-Sabine [11],[12] sur la montagne du Fossard[13], du XVIIIe siècle, avec éléments du XI ou XIIe siècle. Un pèlerinage s'y tient le dernier samedi du mois d'août. À proximité de la chapelle se trouve la fontaine miraculeuse[14].
  • Outre la fontaine miraculeuse Sainte-Sabine qui coule à deux pas de la chapelle[14], une autre est signalée par Marichal sur le territoire de Remiremont ; et de même un lieu-dit de Cleurie dénommé Petite Sainte-Sabine[15],[16],[17].

Début 2017, la commune est « réputée sans clochers »[18].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Sainte Sabine, religieuse dans les Vosges (✝ 917)[19].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti arrondi vers la dextre de sinople à deux sapins en pal et d’azur au soleil naissant du flanc senestre d’or, à la vergette arrondie d’argent brochant sur la partition.
Commentaires : Ce blason fait allusion à l’exposition privilégiée de Cleurie « en amphithéâtre », tournée vers le soleil levant. Les sapins évoquent la crête surplombant la commune. Et la vergette arrondie représente la « grande courbe » de la Cleurie[20].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Lucas, Vieux papiers de la vieille paroisse de Celles. Saint-Amé, Le Syndicat, Cleurie. Remiremont, 3 vol.
  • Paul Chevreux, Léon Louis, « Cleurie », dans Le Département des Vosges, description, histoire, statistique, Tome VI, Dictionnaire historique et statistique des communes, hameaux, écarts, fermes... Epinal, 1887.
  • Pierre-Henri Mathieu, La Seconde Guerre mondiale dans la région d'Éloyes, Epinal, Association de recherches archéologiques et d'histoire d'Éloyes et dans ses environs, , 513 p. (ISBN 2-9513453-1-3)
    Chapitre X-Cleurie, pp. 189 à 203
  • Pierre-Henri Mathieu, La vie rurale et son patrimoine, l’eau, la forêt et l’agriculture de montagne dans la région d’Éloyes, Épinal, Association de recherches archéologiques, histoire et patrimoine d'Éloyes et de ses environs, , 654 p. (ISBN 2-9513453-2-1)
    * Ière partie : Introductions générales ; * IIème partie : L’eau, la forêt, la vie à la campagne ; * IIIème partie : Les communes, histoire et patrimoine, comprenant les communes de : Arches, Archettes, Bellefontaine, Cheniménil, Cleurie, Docelles, Éloyes, Faucompierre, Hadol, Julienrupt, (Le Syndicat), La Forge, Le Tholy, Pouxeux, Raon-aux-Bois, Rehaupal, Saint-Amé, Saint-Étienne-lès-Remiremont, Saint-Jean-du-Marché (commune de La Neuveville-devant-Lépanges), Saint-Nabord, Tendon, Xamontarupt ; * IVème partie : Le Massif du fossard, la forêt, population et patrimoine ; * Vème partie : Annexes : 1re Guerre Mondiale et 2e Guerre Mondiale.
    • Voir en particulier la IIème partie : L'eau, la forêt, la vie à la campagne puis le détail des recherches présenté dans chaque commune : Cleurie : pp. 220 à 223

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Rochers de serpentine à Cleurie »
  2. « Evolution géologique et phytogéographique des Vosges: Affleurement de la vallée de Cleurie »
  3. « École primaire publique la Serpentine »
  4. Les comptes de la commune de Cleurie
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. Chapelle Sainte Sabine à Cleurie
  10. Collection de documents inédits dans l'histoire économique de la révolution française, publiés par les soins du ministre de l'instruction civique : Saint Etienne : Introduction page XXV ; Grange de Sainte Sabine : page 28 ; Ferme de Sainte Sabine : page 289
  11. Sainte Sabine
  12. Sainte Sabine, religieuse dans les Vosges (+ 917)
  13. La montagne du Fossard et sa forêt regorgent de curiosités naturelles et historiques : La chapelle de Sainte Sabine
  14. a et b J. J. Bammert, prix Erckmann-Chatrian, Les Nobles Dames de Remiremont, 620-1791, L’histoire du Chapitre des Nobles Dames de Remiremont, Remiremont, Imprimerie Lalloz-Perrin, Remiremont,
    dépôt légal n°28 ; Publication en 20 brochures, chacune contenant un chapitre : Chapitre 3 : Sainte sabine et la fontaine miraculeuse
  15. Sainte Sabine - Sainte du Saint-Mont (d'après l'histoire des saints des Vosges, ouvrage du chanoine Laurent “Ils sont nos aïeux” - diocèse de Saint-Dié)
  16. Etude sur les recensements de la population de Cleurie de 1886, 1896, 1901 et 1906 : Répartition des habitants par hameaux : « La Petite Sainte Sabine » : 9 habitants en 1886 et en 1896.
  17. Explication de la carte géologique de la France, Volume 1. On trouve également des masses de Serpentine (minéral), à « Sainte Sabine », sur la montagne de Grimouton au N de Remiremont pp. 371-372
  18. « Recherches sur critères », Clochers de France.
  19. Sainte Sabine
  20. Site de l'UCGL