Daraya (Syrie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Daraya
(ar) داريا
Administration
Pays Drapeau de la Syrie Syrie
Muhafazah (محافظة) Rif Dimashq
District Darayya
Démographie
Population de l'agglomération 75 134 hab. (2007)
Géographie
Coordonnées 33° 27′ nord, 36° 15′ est
Altitude 689 m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Syrie
Voir sur la carte administrative de Syrie
City locator 14.svg
Daraya

Daraya (داريا en arabe) est une ville syrienne qui appartient au gouvernorat de Rif Dimashq. Darayya est située à une dizaine de kilomètres au sud-ouest du centre de Damas à une altitude de 689 mètres. La population est de 75 134 habitants en 2007, faisant de Darayya la dix-neuvième ville la plus peuplée du pays. Le patriarche Grégoire III Laham, chef spirituel de l'Église grecque-catholique melkite, y est né le 15 décembre 1933, sous le nom de Lotfy Laham.

Daraya peut aussi être considéré comme une banlieue de Damas[1].

Lors du printemps de Damas, et sous l'influence d'un imam éclairé, adepte de non-violence et disciple de Jawdat Saïd, les habitants de Daraya organisent dans les années 2000, malgré la dictature Baasiste, des associations, écoles et lieux de dialogues. C'est le mouvement pacifiste des « Daraya Chabab » (les jeunes de Daraya) qui en est à l'origine. De nombreux membres sont surveillés par les services de renseignements, intimidés, arrêtés, emprisonnés à plusieurs reprises, les centres culturels fermés et les matériels saisis[2],[3].

Lors du printemps arabe, la ville de Daraya se soulève, des manifestations y ont régulièrement lieu, réprimées par le régime. De nombreux opposants du mouvement pacifiste syrien y seront arrêtés, parmi lesquels Abdel Akram al-Saqqa, Yahia Shurbaji, Ghyiath Matar, Amina Khoulani, Mohammad Shehadeh, ainsi que nombre de leurs proches, pour certains toujours portés disparus[2],[3].

À la fin du mois d'août 2012, dans le contexte de la guerre civile de Syrie, des reportages montrent que des forces armées ont tué trois cents personnes dans une attaque contre Daraya. Imputé aux forces gouvernementales, cet assaut est nommé massacre de Daraya[1].

En 2016, au terme du siège de Daraya, la ville est détruite et vidée de sa population[4]. Au moins 2 388 habitants de Daraya trouvent la mort entre mars 2011 et début 2016 selon le Centre de documentation du Conseil de la ville[5],[6]. Selon un collectif des « prisonniers de Daraya », 2 000 autres habitants ont également été arrêtés par le régime depuis 2011 et sont depuis portés disparus[4]. Parmi ces derniers, au moins 1 000 auraient été torturés à mort ou exécutés[7].

C'est l'une des plus anciennes villes de Syrie, qui serait l'endroit où l'apôtre Paul vécut sa conversion alors en chemin pour Damas.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Syrie : Helicopter crashes in Damascus », BBC News,
  2. a et b syrie, « Histoire(s) de Daraya : 2001-2016 (1) », sur Un oeil sur la Syrie, (consulté le 30 juin 2020)
  3. a et b Delphine Minoui, Les passeurs de livres de Daraya, Seuil, , 158 p. (ISBN 978-2-02-136302-9), p. 33 à 41
  4. a et b Hala Kodmani, Daraya, berceau de la révolution devenu ville martyre, Libération, 12 août 2018.
  5. Daraya, la ville des roses est plombée par les barils : 1 200 jours de vie assiégée., Libération, 10 mars 2016.
  6. Caroline Hayek, Daraya, martyrisée mais insoumise, OLJ, 4 mars 2016.
  7. Delphine Minoui, Prisons syriennes : Damas compte ses morts après des années de silence, Le Figaro, 8 août 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]