Kafranbel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Kafranbel
Administration
Pays Drapeau de la Syrie Syrie
Gouvernorat Idleb
Démographie
Population 20 000 hab. (2018)
Géographie
Coordonnées 35° 36′ 50″ nord, 36° 33′ 40″ est
Altitude 735 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Syrie

Voir sur la carte administrative de Syrie
City locator 14.svg
Kafranbel

Kafranbel ou Kafr Nabl (arabe : جيش النخبة) est une ville du nord-ouest de la Syrie située dans le gouvernorat d'Idleb.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de la guerre civile syrienne, Kafranbel connait en 2011 des manifestations contre le régime de Bachar el-Assad, puis est prise en 2012 par les rebelles[1]. Le ville est ensuite gérée par une administration civile[2]. Elle devient connue pour ses rassemblements avec ses pancartes, rédigées en arabe et en anglais, et ses dessins réalisés par le caricaturiste Ahlmad Jalal, qui sont abondamment relayés sur les réseaux sociaux[2],[3],[4].

Les groupes rebelles Fursan al-Haq et Liwa Suqour al-Jabal établissent leurs bases près de la ville[2].

Le militant Raed Fares devient le directeur du bureau médias de Kafranbel[2] et fonde en 2013 une radio communautaire appelée « Radio Fresh », qui bénéfice jusqu'en 2018 de fonds américains[5]. Les programmes sont entrecoupés par des alertes annonçant les raids aériens du régime[5]. Dénonçant aussi bien le régime de Bachar el-Assad que les djihadistes, Raed Fares est cependant assassiné le [4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Symbole de la "révolution" syrienne, Kafranbel rêve toujours de liberté et de justice, AFP, 29 novembre 2018.
  2. a b c et d Les Observateurs, Kafranbel, la ville des caricatures, frappée par les Russes, France 24, 8 octobre 2015.
  3. Syrie Assassinat d’un emblème de la révolte antirégime, Libération, 23 novembre 2018.
  4. a et b Syrie: deux figures de la révolte abattus, Le Figaro avec AFP, 23 novembre 2018.
  5. a b et c Laure Stephan, Raed Fares, militant anti-Assad historique, assassiné à Idlib, Le Monde, 24 novembre 2018.