Jisr al-Choghour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jisr al-Choghour
جسر الشغور
Mosquée à Salqin, Jisr al-Choghour
Mosquée à Salqin, Jisr al-Choghour
Administration
Pays Drapeau de la Syrie Syrie
Région Gouvernorat d'Idleb
District District de Jisr al-Choghour
Démographie
Population 44 322 hab.
Géographie
Coordonnées 35° 48′ 00″ N 36° 19′ 00″ E / 35.8, 36.31666735° 48′ 00″ Nord 36° 19′ 00″ Est / 35.8, 36.316667
Altitude 170 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Syrie

Voir sur la carte administrative de Syrie
City locator 14.svg
Jisr al-Choghour

Jisr al-Choghour, ou Djisr el-Choghour (arabe : جسر الشغور) est une ville du gouvernorat d'Idleb en Syrie. Située à une altitude de 170 mètres d'altitude, sur le fleuve Oronte, la ville est habitée par 44 322 personnes en 2010.

Jisr al-Choghour a longtemps été un important point d'escale sur les routes commerciales. Elle se trouve sur la route principale entre Lattaquié (75 kilomètres à l'ouest) et Alep (104 kilomètres à l'est).

Histoire[modifier | modifier le code]

Située dans la riche plaine alluviale de la plaine de Ghab sur le versant oriental des montagnes Djébel Ansariyeh, la région a été habitée sans interruption depuis plus de dix siècles. Du temps des Séleucides, elle était appelée Seleucopolis.

La ville antique de Qarqar pourrait être située à environ 7 kilomètres au sud de la ville moderne.

Histoire récente[modifier | modifier le code]

La ville est depuis les années 1980 un lieu d'opposition au régime du Parti Baas. Après la mort de 120 policiers par des opposants, la ville est le théâtre d'une opération de répression policière de la part du régime baassiste qui se déroule du 4 au 12 juin 2011. Dans la mémoire des opposants au régime, elle est appelée la bataille de Jisr al-Choghour.

Pendant la guerre civile syrienne en mai 2015, après la victoire des rebelles islamistes du Front Al-Nosra (branche locale d'Al Qaïda), la ville de Jisr àl-Choghour est détruite à au moins 85 % de sa surface, d'autant plus qu'il n'est pas exclu qu'une contre-offensive des forces armées loyalistes ne reprenne la ville. Déjà, le centre ancien, surtout d'époque médiévale, avec son souk, est détruit. Au moins 80 % de sa population à pris la fuite, et s'est réfugiée dans des camps de l'ONU en Turquie ou en Jordanie. Depuis lors, la ville est une base de brigades d'Al-Nosra, d'Ahrar al-Sham[1],[2] et du Mouvement islamique du Turkestan oriental[3]. La ville abrite aussi 3 500 Ouïghours[4].

L'armée syrienne repousse les rebelles installés plus au nord à partir de l'hiver 2015-2016 et avance vers Jisr al-Choghour dans le but de libérer l'axe routier Lattaquié-Alep[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Agence France-Presse
  2. « Second Idlib Stronghold Falls to Jabhat al-Nusra and Rebel Forces », Institute for the Study of War,‎ (consulté le 11 février 2016)
  3. Article d'avril 2015
  4. Times of Israel
  5. Georges Malbrunot, Le Figaro, « L'asphysie des rebelles... », article du 11 février 2016