Valérie Toureille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Valérie Toureille
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Maître

Valérie Toureille, née en 1967 en Île-de-France, est une historienne française.

Elle est spécialiste du Moyen Âge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Valérie Toureille a effectué ses études à la faculté de Tolbiac, puis à la Sorbonne, où elle fut l'élève de Robert Fossier. Agrégée d'histoire, pensionnaire de la Fondation Thiers, docteur en histoire médiévale[1], elle soutient sa thèse en décembre 2000 sur le thème de la criminalité à la fin du Moyen Âge[2] pour laquelle elle reçoit en 2001 le prix Mariette Bénabou (un des prix de la Chancellerie des Universités de Paris)[3]. Elle est depuis maître de conférence (HDR) à l'université de Cergy-Pontoise[1].

Spécialiste des questions de criminalité, elle croise l'approche historique avec celles du droit et de la sociologie[4].

Depuis une dizaine d'années, elle centre ses travaux sur le phénomène des violences dans le contexte des sorties de guerre et de la désocialisation des combattants, en particulier de la guerre de Cent Ans[5],[6]. Puis, à travers l'exemple du chef de guerre Robert de Sarrebrück, elle a cherché à expliquer l'économie d'une entreprise militaire dans la première moitié du XVe siècle en Lorraine[7]. Elle a aussi confronté les légendes concernant les coquillards à la réalité historique et sociale[8].

Par ailleurs, elle prépare avec Louis de Carbonnières l'édition du registre d'écrou Y5266 de la prison du Châtelet[9]. En 2015, elle publie une histoire de la bataille d'Azincourt[10] et l'introduction du catalogue d'exposition sur le même thème (D'Azincourt à Marignan) pour le compte d'un des musées de l'hôtel des Invalides.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Valérie Toureille, Vol et brigandage au Moyen Âge, Paris, PUF, 2006
  • François Pernot et Valérie Toureille (dit.), Lendemains de guerre, Bruxelles, Peter Lang, 2010
  • Valérie Toureille, Crime et châtiment au Moyen Âge, Paris, le Seuil, 2013
  • Valérie Toureille, Robert de Sarrebrück ou l'honneur d'un écorcheur, Paris, PUR, 2014 (Prix de l'Académie Stanislas de Nancy en 2015)[11].
  • Valérie Toureille, Le drame d'Azincourt : histoire d'une étrange défaite, Paris, Albin Michel, 2015, 240 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Valérie Toureille », sur Éditions Albin Michel (consulté le 14 janvier 2016)
  2. Voleurs et brigands au Nord du royaume de France à la fin du Moyen Age (v.1450 – v.1550), thèse à l’Université de Paris 1-Sorbonne, décembre 2000, 1404 pp.
  3. « Valérie Toureille », sur France Inter (consulté le 14 janvier 2016)
  4. Toureille, Valérie, « Crime et Châtiment au Moyen Âge », sur seuil.com, Éditions du Seuil, .
  5. Toureille Valérie, "De la guerre au brigandage : les soldats de la guerre de Cent Ans ou l'impossible retour", Sorties de guerre, Cahiers du CEHD, 24, 2005, p. 29-41
  6. « Valérie Tourelle », sur puf.com, Presses universitaires de France (consulté le 15 octobre 2015)
  7. Toureille, Valérie « La désobéissance d'un sire au XVe siècle : le damoiseau de Commercy », pp.133-141 in Foronda, François ; Barralis, Christine et Sère, Bénédicte (sous la direction de) « Violences souveraines au Moyen-Age. Travaux d’une école historique », Presses universitaires de France, Collection « Le nœud gordien », 2010, 284 pp. (ISBN 9782130573630)
  8. Toureille, Valérie « Une contribution à la mythologie des monarchies du crime : le procès des Coquillards à Dijon en 1455 », Revue du Nord 2007/3, n° 371, pp. 495-506.
  9. « Louis de CARBONNIERES », sur Institut d'Histoire du Droit - UMR 7184 (consulté le 27 janvier 2016)
  10. « Ce que nous apprend la défaite française d'Azincourt de la faillite des élites », sur Le Figaro (consulté le 14 janvier 2016)
  11. Presses universitaires de Rennes

Liens externes[modifier | modifier le code]