Les Vigiles de la mort de Charles VII

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les Vigiles de la mort de Charles VII
Français 5054, fol. 1, Funérailles de Charles VII.jpg
Première page du manuscrit, funérailles de Charles VII
Date
vers 1484
Technique
enluminures sur parchemin
Format
266 folios reliés
Collection
N° d’inventaire
Français 5054Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation

Les Vigiles de la mort de Charles VII est un manuscrit enluminé écrit par Martial d'Auvergne vers 1483. Il s'agit d'une histoire en vers de la vie du roi Charles VII. Il est actuellement conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote Fr.5054.

Historique[modifier | modifier le code]

En souvenir du roi Charles VII, mort en 1461, le notaire et procureur au Parlement de Paris Martial d'Auvergne compose entre 1477 et 1483 un long poème évoquant sa vie mêlant poésie lyrique et poésie épique. Il fait rédiger un premier manuscrit achevé en 1484 (Musée Condé, Chantilly)[1] qui sert de support pour la confection d'un exemplaire de prestige enluminé et destiné au roi Charles VIII[2]. Une première édition est imprimée à Paris par Jean Dupré en 1493[3] puis d'autres éditions jusque dans les premières décennies du XVIe siècle qui sont elles aussi illustrées[4].

Description[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un poème long de 7 000 vers environ. Il reprend la forme des vigiles des morts, une forme liturgique alternant neuf psaumes et neuf leçons par groupes de trois. Il alterne ici trois récits et trois complaintes. Les récits sont des chroniques en octosyllabe du règne de Charles VII, sur le modèle de la poésie épique, tandis que les complaintes sont des poésies lyriques mettant en scène des allégories politiques (France, Noblesse, Labour, Marchandise) regrettant le temps passé[4].

Le manuscrit de la BNF, offert à Charles VIII, contient une illustration abondante représentant les différents épisodes de la vie du roi et des combats menés contre les Anglais. Il commence par un écu royal surmonté de la couronne et entouré du collier de l'ordre de Saint-Michel. La première page de texte est elle aussi entourée de décoration et des armes de France[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Franck Collard, « Des idées politiques aux images du pouvoir : l'iconographie de la royauté dans le manuscrit des Vigiles de la mort de Charles VII de Martial d’Auvergne offert à Charles VIII », dans Franck Collard, Frédérique Lachaud et Lydwine Scordia (dir.), Images, pouvoirs et normes : exégèse visuelle de la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle), Paris, Classiques Garnier, coll. « POLEN – Pouvoirs, lettres, normes » (no 8), , 417 p. (ISBN 978-2-406-06735-1), p. 97-114.
  • Jean Rychner, Martial d'Auvergne et les "Vigiles de Charles VII", diplôme d'archiviste paléographe, École nationale des chartes, Paris, 1941.
  • Jean Rychner, « Les sources morales des Vigiles de Charles VII : le Jeu des échecs moralisé et le Livre de bonnes mœurs. Des exempla à la fin du Moyen Âge », Romania, vol. 77, no 305,‎ , p. 39-65 (lire en ligne).
  • Jean Rychner, « Les sources morales des Vigiles de Charles VII : le Jeu des échecs moralisé et le Livre de bonnes mœurs. Des exempla à la fin du Moyen Âge », Romania, vol. 77, no 308,‎ , p. 446-487 (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice de la base Calames
  2. Catalogue des manuscrits de la bibliothèque Condé
  3. Reproduction sur Gallica
  4. a et b Notice sur le site de la bibliothèque Méjane
  5. Notice de la BNF