Téthys alpine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Téthys et Mésogée.

La Téthys alpine, également appelée océan alpin et anciennement Mésogée, est la portion occidentale de la Téthys qui s'est ouverte entre la plaque européenne et la plaque apulienne du Lias au Crétacé inférieur et dont la fermeture à partir du Crétacé supérieur jusqu'à l'Oligocène produira les Alpes[1]. Elle est composée de deux bassins : un bassin partiellement océanisé au nord (l'océan valaisan et son extension la fosse valaisanne) et l'océan liguro-piémontais au sud constituant la majeure partie de la Téthys alpine. Les deux bassins étaient séparés par le microcontinent briançonnais et convergeaient à l'est. La Téthys alpine était en connexion à l'ouest avec l'océan Atlantique central et à l'est avec un ensemble de bassins océaniques constituant la Néotéthys (Meliata–Maliac–Vardar).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le rifting au Lias a provoqué la création de blocs basculés. Les deux épaules du rift se sont ensuite séparées (lors de la phase d'ouverture océanique proprement dite) et ont formé deux marges passives subsidentes. Les sédiments déposés sur ces marges et au fond de cet océan forment la majeure partie des roches sédimentaires maintenant visibles dans les Alpes. La largeur maximale de cet océan est mal connue, mais probablement de plusieurs centaines de kilomètres. L'ancien fond océanique se retrouve localement le long de la suture identifiée dans les Alpes sous forme de « roches vertes » que sont les ophiolites (les ophiolites du Chenaillet en sont un bel exemple). La majeure partie de ce fond océanique (croûte océanique) a disparu dans la subduction qui a débuté au Crétacé supérieur. La collision de la microplaque apulienne contre la plaque eurasienne a provoqué la formation des Alpes.

Les Alpes telles qu'on les connaît actuellement résultent donc de l'ouverture, puis de la fermeture d'un océan.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Mark R. Handy, Stefan M.R. Schmid, Romain Bousquet, Eduard Kissling et Daniel Bernoulli, « Reconciling plate-tectonic reconstructions of Alpine Tethys with the geological–geophysical record of spreading and subduction in the Alps », Earth-Science Reviews, vol. 102,‎ , p. 121-158 (DOI 10.1016/j.earscirev.2010.06.002).

Lien externe[modifier | modifier le code]