Paul Fallot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Paul Fallot, né à Strasbourg le et mort à Paris le , est un géologue et paléontologue français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père était un industriel franc-comtois qui s'est retiré tôt des affaires pour s'établir à Lausanne. Sa mère était d'origine alsacienne et s'était rapproché de sa famille avant sa naissance.

Paul Fallot a commencé ses études à l'université de Lausanne sous la direction du géologue Maurice Lugeon, en 1908. Il va participer aux courses en montagne apprendre à observer la nature et apprendre à dessiner avec rigueur les contours géologiques.

En 1909, il quitte Lausanne pour Grenoble afin d'acquérir une licence française en sciences naturelles. Il a choisi de travailler au laboratoire géologue et paléontologue Wilfrid Kilian qui est un maître de la stratigraphie paléontologique. Il y est initié aux techniques de détermination précise. Son premier travail va porter sur les ammonites pyriteuses du Gault des Baléares que possédait le laboratoire de Grenoble.

De 1914 à 1916, il sert dans l'armée française , ce qui lui a valu la Croix de guerre, avec cinq mentions honorables et la croix de chevalier de la Légion d'honneur en 1920. Lieutenant à l'état-major du 3e Corps d'armée, il participe à l'entrée de l'armée française dans Strasbourg.

Après la guerre, en août 1919, son ancien professeur Kilian le prend comme préparateur à Grenoble. Il participe à deux campagnes d'études aux Baléares cette année là. Il a continué ses études commencées avant la guerre en s'intéressant d'abord à la Sierra septentrionale de Majorque en la replaçant dans le reste de la Grande Baléare. Son « Étude géologique de la Sierra de Majorque » paraît en 1922. Elle s'achève par une « Introduction à l'étude de la Méditerranée occidentale » dans laquelle il fait une critique des documents existant sur la Méditerranée occidentale et dans les dernières pages de sa thèse il admet qu'il est attiré par l'idée de la tectonique en mosaïque des masses continentales. Il a été chargé de conférences à l'université de Grenoble de 1920 à 1922. Sa thèse est présentée à la Sorbonne en juin 1922. Il est nommé maître de conférences en 1923. En 1923, la Société géologique de France lui a accordé le prix Fontannes. Entre 1920 et 1923 il a rédigé des mémoires de paléontologie sur les ammonites jurassiques de la province de Tarragone (avec F. Blanchet), les ammonites du Crétacé inférieur d'Ibiza, une monographie du genre Silesites, ainsi qu'une révision des Lytocératidés du Gargasien des Basses-Alpes. Les académies royales des sciences de Madrid et de Barcelone, la Section des sciences de l'Institut d'études catalanes en font leur correspondant.

En 1923, à la suite du décès de René Nicklès, Paul Fallot est nommé professeur à l'université de Nancy, directeur de l'Institut de géologie appliquée, poste qu'il a occupé jusqu'en 1937. Avec le personnel et les étudiants, il a coordonné les travaux de ses élèves dans le Jura, mais son travail principal a été l'étude entre 1925 et 1932 de l'Espagne continentale et des Cordillères bétiques d'abord, puis, de 1930 à 1934, les montagnes du Rif en Afrique du Nord. Les différentes études qu'il fait vont d'abord invalider la théorie structurale de l'école germanique de Hans Stille sur la formation des montagnes en Espagne. En 1931, l'Académie des sciences accorde à Paul Fallot son grand prix des sciences physiques.

En 1937 il est nommé professeur de géologie de la Méditerranée au Collège de France. Cette nomination a été l'occasion d'intensifier son travail sur la tectonique de toute la Méditerranée occidentale avec une équipe de spécialistes, mais le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale l'a empêché de le mener à bien. Pendant la guerre, il est resté à Paris, les publications préparées du Service géologique du Maroc, propose un document complet ainsi que sur la géologie des chaînes subbétiques et analyse les couches du Trias de l'Algérie.

En 1948, Paul Fallot a été nommé membre de l'Académie des sciences. Il a été également l'un des membres étrangers de l'Académie royale néerlandaise des arts et des sciences depuis mai 1960.

Hommage[modifier | modifier le code]

Le nom générique Fallotaspis des trilobites du cambrien inférieur a été donné en son honneur.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Durand Delga, Paul FALLOT. Sa vie - Son œuvre, notice lue à la séance du 5 juin 1961 de la Société géologique de France, dans Annales des Mines (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]