Camille Arambourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Camille Arambourg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Louis Joseph Camille ArambourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions

Camille Arambourg, né le à Paris et mort le dans la même ville, est un paléontologue français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fut professeur au Muséum national d'histoire naturelle de Paris, titulaire de la chaire de paléontologie de 1936 à 1945. Particulièrement intéressé par les hommes et les animaux fossiles d'Afrique du Nord, il est à l'origine de la découverte et de la description de l'Atlanthrope à Tighennif (Algérie) en 1954. Il est élu membre de l'Académie des sciences en 1961.

Il défendait notamment avec passion la théorie selon laquelle l'homme moderne serait le descendant de l'homme de Néandertal, hypothèse totalement abandonné depuis. À ses yeux, ceux qui ne reconnaissaient pas l'évidence de cette solution obéissaient manifestement à d'obscures considérations métaphysiques : « La naïve et pitoyable vanité humaine se refuse à admettre que le « roi de la création » ait pour ancêtre le Néandertalien, si proche encore de l'animalité, en lequel on voudrait s'efforcer de voir un rameau « éteint » ou même « dégénéré », sans rapport avec l'Homo sapiens »[2].

Liste partielle des publications[modifier | modifier le code]

  • Arambourg, C. (1948) « Observations sur le Quaternaire de la région du Hoggar », Travaux de l'Institut de Recherches Sahariennes, t. V, p. 7-18.
  • Arambourg, C. (1955) « L'ancien lac de Tihodaïne et ses gisements préhistoriques - I. Historique et stratigraphie », in: Actes du IIe Congrès Panafricain de Préhistoire d'Alger (1952), p. 281-292.
  • Arambourg, C. (1957) « Récentes découvertes de paléontologie humaine réalisées en Afrique du Nord française (L'Atlanthropus de Ternifine - L'Hominien de Casablanca) », in: Third Panafrican Congress on Prehistory, Livingstone 1955, Clark, J.D. et Cole, S., Eds., London, Chatto &Windus, p. 186-194.
  • Arambourg, C. (1958) « Les artisans des industries acheuléennes », Bulletin de la Société Préhistorique de l'Ariège (Préhistoire Spéléologie Ariégeoises), t. XIII, p. 43-47.
  • Arambourg, C. (1962) « État actuel des recherches sur le Quaternaire de l'Afrique du Nord », in: Actes du IVe Congrès Panafricain de Préhistoire et de l'Étude du Quaternaire, Musée royal de l'Afrique centrale - Tervuren (Belgique) - Annales, série in 8° - Sciences humaines, no 40, p. 255-277.
  • Arambourg, C. et Biberson, P. (1956) « The fossil human remains from the Paleolithic site of Sidi Abderrahman (Morocco) », American Journal of Physical Anthropology, v. 14 n.s., no 3, p. 467-490.

Travaux[modifier | modifier le code]

On lui doit la description du genre Rhynchodercetis.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frank Spencer, History of Physical Anthropology, Volume 1, article « Arambourg Camille (1885-1969) », p. 97, publié chez Taylor & Francis, 1997.
  • Djillali Hadjouis, Camille Arambourg : un paléontologue, de l'Algérie à l'Afrique profonde, Paris, L'Harmattan (collection Acteurs de la Science), 2012, 238 p.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (notice BnF no FRBNF13757369)
  2. La Genèse de l'Humanité, Paris, P.U.F., 6e édition, 1961.[réf. non conforme]

Liens externes[modifier | modifier le code]