Paul Delouvrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Paul Delouvrier, né le à Remiremont (Vosges) et mort le à Provins (Seine-et-Marne), est un haut fonctionnaire français sous la IVe et la Ve République. Il est l'un des principaux artisans de la planification qui a remodelé la France pendant les « Trente Glorieuses ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Né en 1914 à Remiremont dans les Vosges, Paul Delouvrier effectue des études de science politique à l'École libre des sciences politiques, à Paris. Il continue ses études en se spécialisant dans le domaine juridique. Il devient docteur en droit.

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

En mai 1940, il participe aux combats il se bat comme lieutenant d’infanterie motorisée. Une fois démobilisé, il prépare et passe, en 1941, le concours d'entrée à l'inspection générale des finances.

Il étudie, entre 1941 et 1942, à l'école des cadres d'Uriage, qui le marquera en tant que catholique social. En 1942, après la dissolution de l'école, il s'engage dans la Résistance, et devient en 1944 responsable d'un maquis armé dans la région de Nemours[3],[4].

Après la libération de la France, il occupe sous la IVe République différentes responsabilités dans les cabinets ministériels, et dans les premières institutions de l'Europe. Il se marie en 1946 avec Louise van Lith[5],[6]. Ainsi, en 1946-1947, il est membre de l'équipe initiale de Jean Monnet lors de la mise en place du Commissariat général du Plan dont il est le chef de la division financière[7].

Après avoir été, dès , directeur général adjoint des impôts, où il contribue avec Maurice Lauré à la création de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), il rejoint Jean Monnet à Luxembourg, où il dirige la division Finances de la Haute Autorité de 1955 à 1958. Il contribue aussi en tant qu'expert à l'élaboration des traités de Rome de 1957[7]. Ayant rédigé les statuts de la Banque européenne d'investissement, il devient le vice-président de cette institution.

En 1958, le général de Gaulle le nomme délégué général du gouvernement en Algérie[4] du au chargé de la « pacification » et de la mise en application du plan dit « de Constantine »[8].

En août 1961, toujours par le général de Gaulle, il est nommé délégué général au district de la région de Paris de 1961[9]. Il est considéré comme le père des « villes nouvelles » et de l'Institut d'aménagement et d’urbanisme de la Région parisienne (IAURP)[10]. Il définit, avec l'équipe qu'il dirige, en 1965, le Schéma directeur d'aménagement et d'urbanisme de la région de Paris (SDAURP)[9],[11],[12],[13], qui suit la création de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme de la région d'Île-de-France[9]. Il reste sur cette fonction de délégué général pendant toutes les années 1960, jusqu'en 1969.

Il est ensuite nommé président d'Électricité de France, jusqu'en 1979[14]. Une de ses missions y est d'accélérer le programme d'équipement en centrales nucléaires[15]. Bien qu'ayant atteint l'âge de la retraite, il termine sa carrière en 1984, à l'âge de 70 ans, en tant que président de l'Établissement public de la Villette, où il contribue à créer la Cité des sciences et de l'industrie et la Géode[15].

Il meurt en 1995[6],[12].

Principaux mandats[modifier | modifier le code]

Distinction[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Un bâtiment du parc de la Villette et une place, à Paris, portent son nom, ainsi que la nouvelle gare routière de Saint-Quentin-en-Yvelines, ville nouvelle qui rend ainsi hommage à un de ses créateurs.

Son nom a également été donné au musée de la cathédrale d'Évry (Essonne) et à la forêt de Fontainebleau[pas clair] où il s'était opposé à un tracé de l'autoroute A6 qui aurait détruit des parcelles de bois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « http://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/UD/FRAN_IR_001514/d_570 »
  2. « http://chsp.sciences-po.fr/fond-archive/delouvrier-paul-et-vaujour-jean » (consulté le )
  3. Alessandro Giacone, Paul Delouvrier, un demi-siècle au service de la France et de l'Europe, Descartes & Cie, , p. 211
  4. a et b « Delouvrier Paul (1914-1995) »
  5. Alessandro Giacone, Paul Delouvrier, un demi-siècle au service de la France et de l'Europe, Descartes & Cie, , p. 49
  6. a et b (en) Wolfgang Saxon, « Paul Delouvrier, French Official In Paris and Algiers, Dies at 80 », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  7. a et b Alessandro Giacone, Paul Delouvrier, un demi-siècle au service de la France et de l'Europe, Descartes & Cie, , « Jean Monnet et Paul Delouvrier : histoire d'une collaboration », p. 171-203
  8. Étienne Mallet, « M. Paul Delouvrier », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  9. a b et c Jean-Claude Cavard, « Structures administratives et tentatives de planification », dans Annie Fourcaut (dir.), Un siècle de banlieue parisienne (1859-1964) guide de recherche, Ėditions L'Harmattan, , p. 165-188
  10. Paul Delouvrier, père de l'IAURP sur IAU îdF.
  11. Sabine Effosse, « Chapitre 4 - Paul Delouvrier et les villes nouvelles (1961-1969) », dans Sébastien Laurent (dir.), Paul Delouvrier, un grand commis de l'État. Paris, Presses de Sciences Po, , 75-86 p. (DOI 10.3917/scpo.laure.2005.01.0075, lire en ligne)
  12. a et b Franck Johannes, « Paul Delouvrier, le père des villes nouvelles, est mort », Libération,‎ (lire en ligne)
  13. Film documentaire en ligne de 2015, sur l'histoire du Val-de-Marne, réalisé à l'occasion de la parution du livre Val-de-Marne : Anthologie 1964-2014 ; avec la participation dans le film de Marie-Andrée Corcuff, directrice des archives départementales du Val-de-Marne.
  14. Pierre Drouin, « La nomination du nouveau président d'E.D.F. M. Paul Delouvrier. Un féroce appétit du service public », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  15. a et b Michèle Champenois, « M. Serge Goldberg succède à M. Paul Delouvrier », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]