Cryosphère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La cryosphère, du grec kryos (froid, glace), est un terme désignant collectivement les portions de la surface de la Terre où l'eau est présente à l'état solide[1],[2]. Elle inclut les banquises, les lacs et rivières gelés, les régions couvertes de neige, les glaciers, les inlandsis et les sols gelés, de façon temporaire ou permanente (pergélisol/permafrosts).

Localisation[modifier | modifier le code]

On peut trouver de la glace sous toute latitude (avec par exemple, les montagnes gelées de Norvège[3], les glaciers de Suisse (en fonte accélérée pour certains[4],[5]), les neiges du Kilimandjaro), mais l'essentiel du volume de glace se trouve dans les deux gros inlandsis du Groenland et de l'immense Antarctique.

Étude de la cryosphère[modifier | modifier le code]

Elle prend de l'importance dans le cadre du changement climatique et de projet de développement en zone de permafrost. Une revue scientifique, nommée Cryosphere est dédiée à ce sujet, de même qu'une association de chercheurs (International Permafrost Association), qui organise périodiquement une conférence internationale sur le Permafrost, dite ICOP (pour International Conference on Permafrost [6].

Cryosphère et changement climatique[modifier | modifier le code]

La cryosphère est intégrée dans les modèles de changement climatique étudiés par le GIEC (Nobel 2007), à cause de ses liens et rétroactions engendrés dans l'hydrologie mondiale. La cryosphère est un indicateur très sensible du changement climatique; elle fut particulièrement étudiée pendant la dernière Année polaire internationale (2007–2009) ; tous les résultats scientifiques sont disponibles à tous, compte tenu de l'enjeu sur la biosphère, en particulier les changements du littoral. La surface des terres gelées est d'importance à cause du pouvoir réfléchissant de la glace, néanmoins on est très attentif à la mince (moins de 15 m) couche de glace de mer de l'océan arctique et à la couverture de neige au-delà du 66° de latitude. Le volume d'eau gelée retenue dans ces terres est d'importance parce que leur fonte entraînera la hausse du niveau de la mer.

Carte de la cryosphère.

Évolutions récentes (depuis le début de l'ère industrielle)[modifier | modifier le code]

La cryosphère, à cause du réchauffement climatique a récemment connu un recul mondial, tant pour les masses polaires que pour celles des glaciers ou de l'étendue du pergélisol. Depuis la fin des années 1980, la température interne des glaciers (et du pergélisol) a globalement augmenté, avec un réchauffement qui a d'abord culminé au milieu des années 2000-2010, pour ensuite ralentir quelques années avant d'à nouveau monter[7].

Ces changements rapides sont sources d'une montée des océans, mais aussi de rééquilibrages eustatiques et de dégradation de la stabilité des glaciers et de certaines montagnes (augmentation du risque d'effondrements rocheux)[7]. La fonte du pergélisol libère du CO2 et du Méthane qui contribuent à exacerber le réchauffement. Les infrastructures et architectures construites sur le pergélisol se dégradent avec son dégel. Le pergélisol qui fond libère aussi d'importantes quantité de mercure dans l'air. La taille des lacs supraglaciaux augmente, avec parfois un risque de catastrophe si un barrage naturel morainique s'effondre[7] ; Même si la température avait été stabilisée au début du XXIème siècle, certains glaciers se réchauffant auraient continué à se contracter et leur nombre à augmenter[7]. L'augmentation de la température interne des pergélisol est un signe avant-coureur de leur dégradation complète[7].

Les prospectivistes du climat attendent, dès le XXIème siècle, des impacts élargis et importants sur l'hydrologie, l'écologie et la stabilité de l'ingénierie dans les régions froides de la planète[7]. Les glaciers qui disparaissent sont aussi des ressources en eau qui disparaissent[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cryosphère », sur futura-sciences.com
  2. « What is the cryosphere? », sur http://oceanservice.noaa.gov
  3. Isaksen K, Oegad R, Etzelmüller B, et al.(2011) Degrading mountain permafrost in southern Norway : spatial and temporal variability of mean ground temperatures, 1999–2009. Permafrost Periglac ;22:361–77.
  4. Hoelzle M, Darms G, Lüthi MP, et al. Evidence of accelerated englacial warming in the Monte Rosa area, Switzerland/Italy. Cryosphere 2011;5:231–43.
  5. Noetzli J & Muehll DV (2010) Permafrost in Switzerland 2006/2007 and 2007/2008 Glaciological report (Permafrost) No. 8/9 of the Cryospheric Commission of the Swiss Academy of Sciences. Cryospheric Commission of the Swiss, Academy
  6. Kholodov A, Gilichinsky D, Ostroumov V. (2012) Regional and local variability of modern natural changes in permafrost temperature in the Yakutia coastal lowlands, northeastern Siberia. In: Hinkel KM, editor. Proceedings of the 10th international conference on permafrost, Salekhard, Yamal-Nenets Autonomous District, Russia. Salekhard: The Northern Publisher ; p. 203–8.
  7. a b c d e et f Ding Y, Zhang , Zhao L, Li Z & Kang S (2019) Global warming weakening the inherent stability of glaciers and permafrost. Science Bulletin, 64(4), 245-253.
  8. Shen Y, Liu S, Wang G, et al. (Shen Y, Liu S, Wang G, et al. Fluctuations of glacier mass balance in watersheds of Qilian Mountain s and their impact on water resources of Hexi region. J Glaciol Geocryol 2001;23:244–50 (in Chinese). ) Fluctuations of glacier mass balance in watersheds of Qilian Mountain s and their impact on water resources of Hexi region. JGlaciol Geocryol x;23:244–50 (en Chinois).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vaughan DG, Comiso JC, Allison I, et al. (2013) Observations: cryosphere. In: Stocker TF, Qin D, Plattner GK, editors. Climate change 2013: the physical science basis. Cambridge: Cambridge University Press. p. 317–82.
  • Mauro G, Nicoletta C (2012) Permafrost warming in a cooling Antarctica ? Clim Change 2012;111:177–95.
  • Qin D, Ding Y, Xiao C, et al. (2019) Cryospheric science: research framework and disciplinary system. Nat Sci Rev ;5:255–68.
  • Romanovsky VE, Sazonova TS, Balobaev VT, et al. (2007) Past and recent changes in air and permafrost temperatures in eastern Siberia. Glob Planet Change ;56:399–413.
  • Wu Q, Zhang T, Liu Y (2012) Thermal state of the active layer and permafrost along the Qinghai-Xizang (Tibet) railway from 2006 to 2010. Cryospher 2012;6:607–12.