John Green (écrivain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis John Green (auteur))
John Green
Description de cette image, également commentée ci-après
Green au VidCon 2012.
Nom de naissance John Michael Green
Naissance (45 ans)
Indianapolis, Indiana, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Anglais américain
Genres

Œuvres principales

John Green,est né le à Indianapolis (Indiana), est un écrivain américain, auteur de livres pour jeunes adultes[1]. Ils relatent les aventures d'adolescent et leurs tourments liés à l'adolescence[2],[3].

Son choix d'écrire des livres avec pour héros des adolescents vient du fait que cette période a été très difficile pour lui; « Une des raisons pour lesquelles j'écris sur l'adolescence vient justement du fait que ça a été dur pour moi. Les expériences difficiles que j'ai vécues à cette époque ont laissé des traces [...] À cet âge, on doit régler nos problèmes nous-mêmes, et je ne savais pas le faire. C'est en partie l'intensité de ces expériences qui fait que j'aime y revenir dans mon écriture. »[1].

En 2012, Il est numéro un de la liste des meilleures ventes du New York Times pour Nos étoiles contraires.

Le magazine Time le place dans sa liste des « 100 personnes les plus influentes du monde » en 2014[4],[5].

John Green est actif sur Twitter avec plus de 4,5 millions d'abonnés[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et carrière[modifier | modifier le code]

John Green est né à Indianapolis en Indiana. Trois semaines après sa naissance, sa famille a déménagé au Michigan, puis à Birmingham en Alabama, et enfin à Orlando en Floride[1],[6]. Il a fréquenté la Glenridge Middle School et la Lake Highland Preparatory School à Orlando[7], puis l'Indian Springs School près de Birmingham, en Alabama, où il a obtenu son diplôme en 1995[8]. Son premier livre, Qui es-tu Alaska ? en 2005 a été largement inspiré de son expérience à la Indian Springs School. Il a parlé des rejets et brimades qu'il a subies et de la façon dont elles lui ont rendu la vie d'adolescent misérable[1].

Il fait ses études universitaire à Kenyon College dans l'Ohio en 2000 où il obtient un double diplôme en anglais et études religieuses[1].

Il s'installe à Chicago et choisit de s'orienter vers la critique littéraire et la radio après avoir été 6 mois aumônier dans un hôpital pour enfants atteints de maladies incurables[9],[10].

John Green a vécu plusieurs années à Chicago, où il a travaillé pour le journal de critiques littéraires Booklist, en tant qu'assistant d'édition alors qu'il écrivait Qui es-tu Alaska ?. Durant cette période, il examine des centaines de livres, en particulier de la fiction et des livres sur l'islam ou les jumeaux siamois. Il a également analysé des livres pour la Critique Littéraire du New York Times et écrit pour All Things Considered une émission de la National Public Radio et WBEZ, la station de radio publique de Chicago. Green a vécu deux ans à New York pendant que sa femme complétait son troisième cycle universitaire.

Écrivain[modifier | modifier le code]

Son premier roman, Qui es-tu Alaska ? publié en 2005 reçoit le prix Michael L. Printz 2006, et est classé dans le top 10 des meilleurs livres de l’American Library Association[11]. Les droits du film sont acquis par Paramount en 2005, mais la production du film a finalement été abandonnée après l'écriture du script. Une mini-série, Looking for Alaska, voit finalement le jour en 2019 sur la plateforme Hulu[12].

Son deuxième roman, Le théorème des Katherine (en) est finaliste du prix Michael L. Printz en 2007[11]. Une adaptation cinématographique était en discussion mais l'accord ne s'est pas fait[13].

John Green collabore avec entre autres Maureen Johnson et Lauren Myracle pour le livre Flocons d’Amour en 2008, livre qui contient trois nouvelles interconnectées se situant dans la même petite ville la veille de Noël et durant une énorme tempête de neige. Le , il se classe 10e de la liste des bestseller du New York Times, dans la catégorie romans pour enfants. Le livre est adapté en film par le réalisateur Luke Snellin sous le nom éponyme, Flocons d’Amour[14].

Le troisième roman de John Green, La Face cachée de Margo est publié le . Il se classe immédiatement à la 5e position des bestsellers du New York Times, catégorie romans pour enfants, et reçoit en 2009 le prix Edgar-Allan-Poe pour le meilleur roman pour adolescents[15], et en 2010 le prix de littérature Corine. Les droits cinématographiques sont achetés par Mandate Picture, l’auteur est engagé afin de rédiger le scénario, mais le projet est finalement abandonné. Mais ils sont revenus sur la question, et un film voit le jour en 2015 avec Nat Wolff et Cara Delevingne.

Il collabore avec son ami David Levithan sur le livre Will & Will, qui est publié le . Will & Will reçoit plusieurs prix, y compris un Stonewall Book Award en 2011 dans la catégorie littérature pour enfants et jeunes adultes et un Odyssey Award.

En , Green confirme qu'il est en train d'écrire un nouveau livre La Suite (The Sequel) avec une parution prévue pour 2011. Lors d'un show sur BlogTV, il annonce qu'il a laissé tomber La Suite.

Son cinquième roman, Nos étoiles contraires est officiellement annoncée le , avec une date de parution prévue pour le . Il est un temps classé à la 2e position des bestsellers du New York Times, dans la catégorie romans pour jeunes adultes. Lors d'une de ses vidéos sur Youtube, John explique que plusieurs parties de La Suite avaient été retravaillées dans Nos étoiles contraires. Le roman obtient le prix jeunesse des libraires du Québec 2014[16]. Il est adapté en film en 2014 avec Shailene Woodley et Ansel Elgort[17]. En France, le livre paru en février 2013 se vend à 158.000 exemplaires. Lors de la sortie du film, le nombre d'exemplaires vendus est plus que doublé avec 390.000 ventes[18].

Son ouvrage Tortues à l'infini est publié en [19].

Blogueur[modifier | modifier le code]

Brotherhood 2.0[modifier | modifier le code]

John Green et son frère Hank ont dirigé un projet de vlog appelé Brotherhood 2.0. Le projet original a duré du 1er janvier au , avec l'idée que les deux frères cesseraient toute communication écrite pendant une année, et communiquant uniquement par le biais de vlogs, rendus disponibles au public grâce à YouTube (où ils sont désormais connus sous le nom de « Vlogbrothers », les frères vlogueurs) et sur leur site : Brotherhood 2.0.

Vlogbrothers[modifier | modifier le code]

Dans leur vidéo du , les frères révélèrent leurs décisions de continuer les vlogs bien que le projet soit terminé. Suivant la fin de Brotherhood 2.0, un site internet fut créé pour leurs fans[20].

Leurs vlogs contiennent certains éléments récurrents :

  • les « Nerdfighters », le nom officiel du groupe fondé par les deux frères et leur public ; la communauté entière est régulièrement désignée sous le nom « Nerdfighteria » ;
  • les Decepticon, l’ennemi du Nerdfighter ;
  • les chansons écrites par Hank, souvent postées les vendredi ;
  • le « Yéti », surnom attribué à la femme de John, Sarah. Celle- ci n’est jamais apparue dans les vidéos, contrairement à la femme de Hank, Katherine ;
  • les membres publiant des commentaires cruels, appelés « les Calamars Géants de Haine » (« giant Squids of anger ») ;
  • « In Your/my pants » (« dans ton/mon pantalon »), terme créé par l’auteur Maureen Johnson, leur théorie étant que cette expression peut être mise à la suite de n’importe quel nom de livre, le résultat étant toujours hilarant.

Le duo crée également un projet adjacent à Vlogbrothers appelé Vrai ou échec (Truth or Fail), un jeu souvent présenté par Hank ou par d'autres invités.

Le , John Green prend un « congé paternité » et la « sœur secrète », et auteur reconnue, Maureen Johnson fait des vidéos à sa place jusqu'au . La seule apparition de John durant cette période est le quand il fait la lecture du livre de J.D. Salinger, L'Attrape-cœurs en tant qu'hommage à l'auteur, Miles, le narrateur de Qui es-tu Alaska ?, est fréquemment comparé au narrateur de L'Attrape-cœurs, Holden Caulfield.

John présente son fils Henry Green lors de son retour dans les vidéos le .

En 2012, John Green et son frère commencent une série de courtes vidéos éducatives nommées Crash Course avec le concours d'une équipe de graphistes, où John enseigne l'histoire mondiale et son frère la biologie.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Green vit à Indianapolis dans l'Indiana avec sa femme Sarah, leurs deux enfants Henry et Alice[10], et son chien : un Westie appelé Willie.

En , durant un Google Hangout avec le président Obama, Sarah et John ont demandé comment prénommer leur fille, Alice or Eleanor mais le Président a refusé de choisir. En il annonce la naissance de Alice Green[21].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • The Approximate Cost of Loving Caroline (partie de Twice Told: Original Stories Inspired by Original Artwork par Scott Hunt) (2006)
  • The Great American Morp (partie de The 21 Proms anthology dirigé par David Levithan and Daniel Ehrenhaft) (2007)
  • Freak the Geek (partie de Geektastic: Stories from the Nerd Herd) (2009)
  • Reasons (partie de What You Wish For) (2011)

Adaptation de ses œuvres[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Fabien Morin, « Kit de survie : qui est John Green, l'auteur que les ados et Hollywood s'arrachent? » Accès libre, sur BFMTV, (consulté le )
  2. a et b « "La face cachée de Margo" sort dans les salles » Accès libre, sur Franceinfo, (consulté le )
  3. Pauline Grisoni, « Ce qu'on a pensé du livre "Le Théorème des Katherine" de John Green » Accès libre, sur Cosmopolitan.fr (consulté le )
  4. « The 100 Most Influential People in the World », sur TIME.com (consulté le )
  5. « « Nos étoiles contraires » : Ce mélo a bouleversé l'Amérique ** », sur leparisien.fr, 2014-08-20cest07:09:00+02:00 (consulté le )
  6. « Biographical Questions – John Green » [archive du ], johngreenbooks.com (consulté le )
  7. (en) « John Green of 'Fault in Our Stars' found inspiration in Orlando », Orlando Sentinel,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. « From the Head of School », sur Indian Springs School (consulté le )
  9. Pierre Adrian, « John Green, nouveau prince de la jeunesse » Accès libre, sur Le Figaro, (consulté le )
  10. a et b John Green (trad. de l'anglais), La face cachée de Margo, Paris, Gallimard Jeunesse, , 389 p. (ISBN 978-2-07-066256-2), p. 3e de couverture
  11. a et b (en) « Michael L. Printz Winners and Honor Books » Accès libre, sur Young Adult Library Services Association (YALSA), (consulté le )
  12. LouiselleD, « Qui es-tu Alaska ?, le roman de John Green adapté en série » Accès libre, sur Madmoizelle, (consulté le )
  13. (en) Johny Brayson, « When Is 'An Abundance of Katherines' Coming Out? Another John Green Movie Has Got To Be On Its Way Soon » Accès libre, sur Bustle, (consulté le )
  14. (en-US) Justin Kroll et Justin Kroll, « Netflix Casts Starry Ensemble for Adaptation of John Green’s ‘Let It Snow’ » Accès libre, sur Variety, (consulté le )
  15. (en) « Paper Towns | Awards & Grants » Accès libre, sur www.ala.org (consulté le )
  16. a et b Lauréats du Prix des libraires du Québec, catégorie Jeunesse, sur le site ricochet-jeunes.org.
  17. (en-US) « Bio », sur John Green (consulté le )
  18. « Près d'un livre vendu sur quatre concerne la jeunesse » Accès libre, sur Franceinfo, (consulté le )
  19. Marine Chassagnon, « Avec "Tortues à l'infini", John Green sort son livre le plus personnel » Accès libre, sur Le HuffPost, (consulté le )
  20. http://www.nerdfighters.com
  21. (en-US) « See YA author John Green hang out with President Obama » Accès libre, sur Los Angeles Times, (consulté le )
  22. Lauréats 2015, site La joie par les livres, BNF.
  23. Odile Morain, « "Nos étoiles contraires", le best-seller de John Green, devient un film » Accès libre, sur Franceinfo, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :