Montauriol (Aude)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montauriol
Montauriol (Aude)
Blason de Montauriol
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Intercommunalité Communauté de communes Castelnaudary Lauragais Audois
Maire
Mandat
Alain Carbon
2020-2026
Code postal 11410
Code commune 11239
Démographie
Gentilé Montauriolais
Population
municipale
88 hab. (2017 en augmentation de 12,82 % par rapport à 2012)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 16′ 43″ nord, 1° 50′ 11″ est
Altitude Min. 225 m
Max. 313 m
Superficie 8,47 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Castelnaudary
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Piège au Razès
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie (région administrative)
City locator 14.svg
Montauriol
Géolocalisation sur la carte : Aude
Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Montauriol
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montauriol
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montauriol

Montauriol Écouter est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Montauriolais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Lauragais.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Montauriol est limitrophe de six autres communes.

Carte de la commune de Montauriol et de ses proches communes.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le Gardijol un affluent l'Hers-Mort.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 847 hectares ; son altitude varie de 225 à 313 mètres[2].

Montauriol s'élève sur une colline boisée du massif de la Piège, dominant : à l'ouest, la grande route de Castelnaudary à Salles-sur-l'Hers, et, au sud, une petite vallée ombragée de peupliers, de pins et d'ormeaux.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Montauriol est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Castelnaudary, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 34 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 0 et 99, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de sept[7],[8].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la Communauté de communes de Castelnaudary Lauragais Audois, et du canton de la Piège au Razès (avant le redécoupage départemental de 2014, Montauriol faisait partie de l'ex-canton de Salles-sur-l'Hers).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2011 2014 (Mme) Claude Almeyrac[9]    
mars 2005 2011 Genevière Blanc    
mars 2001 2005 Marie-Thérèse Carbon    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2017, la commune comptait 88 habitants[Note 3], en augmentation de 12,82 % par rapport à 2012 (Aude : +2,19 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
269251289258268292282292284
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
252244250259240235202197183
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
187190189155153151136140126
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1139374747574787978
2017 - - - - - - - -
88--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[14] 1975[14] 1982[14] 1990[14] 1999[14] 2006[15] 2009[16] 2013[17]
Rang de la commune dans le département 322 353 304 339 306 340 344 337
Nombre de communes du département 439 436 435 437 438 438 438 438

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est essentiellement basée sur l'agriculture blé, maïs, bois de chauffage, luzerne et du vin.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Montauriol fait partie de l'académie de Montpellier.

Le groupe scolaire comprenant la mairie et l'école est placé au centre du village (rue de la Mairie vers 1920).

Santé[modifier | modifier le code]

Culture et festivité[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Chasse, pétanque, randonnée pédestre,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

De la gare au village, la route, bordée de grands arbres, forme une agréable promenade.

Au nord, et sur le point culminant du village, se trouvent l'ancien château seigneurial et l'église.

Sur la place, croix monumentale en pierre, surmontée du coq gaulois, élevée en 1776.

Moulin à vent du Clos de la Maït, au-dessus du château.

Sculptures sur le linteau de la porte de deux maisons, avant et après la mairie : sur l'un on voit deux lions affrontés avec un cœur entre et la date de 1827. Sur l'autre, deux animaux fantastiques, avec vase de fleurs entre et la date 1862. Ces sculptures sont l'œuvre d'un maçon du pays nommé Berquière.

Le château des anciens seigneurs de Montauriol (Monteauriolo) est une vaste et confortable résidence, précédée d'un jardin, d'un parc et entourée d'arbres séculaires. Deux tourelles carrées, démantelées, flanquent les angles de l'est et du sud, Ancienne fenêtre grillée donnant sur l'église. Du côté du nord-ouest, le château était naturellement défendu par une pente rapide. Des fossés, aujourd'hui comblés, protégeaient les autres faces. Le , le général Ferdinand Auguste Lapasset, devient par son mariage avec Lise Thérése Clémence Oternaud, propriétaire de cette belle demeure.

L'église, d'origine romane, est de construction modeste. Le porche a été ajouté en 1812. Clocher mur triangulaire moderne avec trois cloches. En 1311, l'église dépendait de l'abbaye de Lagrasse.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blasonnement de la commune :

D'azur mantelé d'argent.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  4. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  7. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  8. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 10 octobre 2020).
  9. changement de maire à Montauriol: http://www.lindependant.fr/2011/09/08/le-village-a-change-de-maire,59324.php
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  14. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  15. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  16. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  17. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).