Monique Gagnon-Tremblay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monique Gagnon-Tremblay
Illustration.
Fonctions
10e Vice-première ministre du Québec
Prédécesseur Pauline Marois
Successeur Jacques P. Dupuis
Prédécesseur Lise Bacon
Successeur Bernard Landry
Chef de l'opposition officielle du Québec
Prédécesseur Daniel Johnson (fils)
Successeur Jean Charest
Ministre des Relations internationales et de la Francophonie du Québec
Prédécesseur Pierre Arcand
Successeur Jean-François Lisée
Prédécesseur Guy Rivard
Successeur Pierre Arcand
Ministre des Finances du Québec
Prédécesseur Gérard D. Levesque
Successeur André Bourbeau
Députée de Saint-François
Prédécesseur Réal Rancourt
Successeur Réjean Hébert
Biographie
Date de naissance (76 ans)
Lieu de naissance Plessisville, Drapeau : Québec Québec
Parti politique Parti libéral du Québec
Diplômé de Université Laval,
Université de Sherbrooke

Monique Gagnon-Tremblay, née le à Plessisville[1],[2], est une femme politique québécoise. Députée libérale de Saint-François entre 1985 à 2012, elle est ministre sous les gouvernements Robert Bourassa, Daniel Johnson (fils) et Jean Charest. Elle est la première femme à occuper le poste de chef de l'opposition officielle du Québec ainsi que de présidente du Conseil du trésor.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et débuts en politique[modifier | modifier le code]

Elle a obtenu un Diplôme de l'institut de secrétariat Quirion Business School, un Baccalauréat ès arts de l'Université Laval, une licence en droit de l'Université de Sherbrooke et une licence en droit notarial de la même université.

Sa carrière politique débute alors qu'elle devient conseillère municipale à la ville d'Ascot Corner de 1979 à 1985. En 1980, année référendaire, elle est présidente du comité du Non dans la circonscription de Saint-François. Elle se porta candidate en 1981 dans la circonscription de Saint-François pour le PLQ, mais elle fut défaite.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Députée[modifier | modifier le code]

Elle se représenta en 1985 sous la bannière du PLQ et remporta la victoire dans la circonscription de Saint-François. Elle est depuis réélue à chaque élection générale provinciale.

Lors de la formation de son cabinet Robert Bourassa la nomme ministre déléguée à la Condition féminine et responsable des services de garde. Elle sera ensuite nommée ministre des Communautés culturelles et de l'Immigration après l'élection de 1989.

Le 5 février 1991, elle conclut une entente avec son homologue fédérale Madame Barbara McDougall quant au contrôle des immigrants au Québec. L'entente Canada-Québec relative à l'immigration et à l'admission temporaire des aubains (aussi connue sous le nom de Accord Gagnon-Tremblay/McDougall) entra en vigueur en avril de la même année.

Ministre[modifier | modifier le code]

En 1993, Robert Bourassa la nomme ministre des Finances pour remplacer Gérard D. Lévesque, décédé en fonction, elle devient alors la toute première femme à accéder à ce poste.

Lors de l'arrivée de Daniel Johnson (fils), il la nomme Présidente du Conseil du trésor; par le fait même, elle devient la toute première femme à gérer ce ministère et devient également vice-première ministre.

En 1994, le parti se retrouve à l'Opposition officielle et elle devient alors Présidente du Caucus et porte-parole sur divers dossiers comme l'emploi, la culture et les communications, l'économie, la formation professionnelle.

Chef de l'opposition[modifier | modifier le code]

En 1998, lors de la démission de Daniel Johnson (fils) et de l'arrivée de Jean Charest à la tête du parti, qui siégeait alors à Ottawa, elle est choisie pour devenir la Chef de l'Opposition par intérim en attendant l'élection de Jean Charest à l'Assemblée nationale. Elle devient alors la toute première femme à occuper ce siège.

Lors de l'élection de Jean Charest en 1998 elle devient l'adjointe du Chef de l'opposition officielle.

Gouvernement Jean Charest[modifier | modifier le code]

En 2011.
Monique Gagnon-Tremblay en compagnie du ministre britannique Alistair Burt.

En 2003, lors de la reprise du pouvoir des libéraux, elle redevient la vice-première ministre, ministre des Relations internationales, ministre responsable de la Francophonie et ministre responsable des régions de l'Estrie et du Centre-du-Québec.

Le 5 mai 2006, elle signe une 2e entente historique avec le gouvernement fédéral. Cette entente concerne la place du Québec à l'UNESCO. Quelques semaines plus tard, elle dépose la nouvelle Politique internationale du Québec (La force de l'action concertée) - la précédente ayant été déposée en 1991.

Le 26 mars 2007, le Parti libéral du Québec est reporté au pouvoir dans un parlement de cohabitation. Lors de l'assermentation du conseil des ministres du 18 avril, elle est confirmée de nouveau comme ministre des Relations internationales [1] et ministre responsable de la Francophonie. Elle est aussi nommée de nouveau ministre responsable de la région de l'Estrie. De plus, elle siège au Conseil du Trésor à titre de vice-présidente et est membre du Comité ministériel de la prospérité économique et du développement durable et du Comité ministériel au développement des régions.

À la suite de l'élection générale de décembre 2008, Monique Gagnon Tremblay, deviendra présidente du Conseil du trésor et ministre responsable de l'administration gouvernementale. Le 25 juin 2010, elle annonce une entente de principe historique de cinq ans dans le cadre des négociations des conventions collectives des employés de la fonction publique. Cette entente prévoit une clause compensatoire en fonction de la performance économique de la province.

Le 11 août 2010, lors du remaniement ministériel, le Premier ministre, Jean Charest, lui confie à nouveau la responsabilité du ministère des Relations internationales et responsable de la Francophonie.

Après la politique[modifier | modifier le code]

Elle ne se représente pas lors des élections de 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]