Lomer Gouin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lomer Gouin
Illustration.
Fonctions
13e premier ministre du Québec

(15 ans, 3 mois et 15 jours)
Lieutenant-gouverneur Louis-Amable Jetté,
Charles-Alphonse-Pantaléon Pelletier,
François Langelier,
Pierre-Évariste Leblanc,
Charles Fitzpatrick
Législature 11e, 12e, 13e, 14e, 15e
Prédécesseur Simon-Napoléon Parent
Successeur Louis-Alexandre Taschereau
15e Lieutenant-gouverneur du Québec

(2 mois et 25 jours)
Monarque George V
Premier ministre Louis-Alexandre Taschereau
Prédécesseur Narcisse Pérodeau
Successeur Henry George Carroll
Chef du Parti libéral du Québec

(15 ans, 3 mois et 15 jours)
Prédécesseur Simon-Napoléon Parent
Successeur Louis-Alexandre Taschereau
BarreauQuebec Logo.png 41e bâtonnier du Québec

(11 mois et 30 jours)
Prédécesseur Charles-Édouard Dorion
Successeur Albert Joseph Brown
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Grondines (Canada-Est)
Date de décès (à 68 ans)
Lieu de décès Québec (Canada)
Conjoint Éliza Mercier
Alice Amos
Profession Avocat

Lomer Gouin
Premiers ministres du Québec
Lieutenants-gouverneurs du Québec

Joseph-Alfred-Lomer Gouin[1], né le à Grondines[2] et mort le à Québec, est un homme politique canadien-français. Il est le 13e premier ministre du Québec, fonction qu'il occupe de 1905 à 1920[3], bâtonnier du Québec de 1910 à 1911 et lieutenant-gouverneur du Québec de 1928 à 1929[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Lomer Gouin vers 1900.

Il est le fils de Joseph-Nérée Gouin, médecin, et de Séraphine Fugère[5]. Il étudie au Collège de Sorel, au Collège de Lévis[6] et à la succursale de Montréal de l'Université Laval[5]. Il est admis au Barreau de la province de Québec le [5]. Le , il épouse Éliza Mercier, fille d'Honoré Mercier[7]. Il épousera en secondes noces Alice Amos le [6].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Élu pour la première fois député du Parti libéral du Québec à l'Assemblée législative du Québec lors de l'élection générale québécoise de 1897 dans le district électoral de Montréal no 2[6], Lomer Gouin est nommé le commissaire (ministre) des Travaux publics dans le gouvernement de Simon-Napoléon Parent[5]. Il est réélu député à l'élection générale du 7 décembre 1900[6]. Le , il est nommé ministre de la Colonisation et des Travaux publics[5]. Il est réélu député à l'élection générale du 25 novembre 1904. À la suite de sa démission du cabinet du premier ministre Simon-Napoléon Parent, il est réélu à l'élection partielle du . À l'élection de 1908, il est élu dans la circonscription de Portneuf mais défait dans Montréal no 2. À l'élection de 1912, est élu simultanément dans Portneuf et dans Saint-Jean mais résigna son siège dans cette dernière circonscription le . Il est réélu sans opposition dans Portneuf en 1916 et en 1919[8].

Premier ministre du Québec[modifier | modifier le code]

En 1905, il participe au coup de force qui évince Parent du pouvoir et il est choisi pour lui succéder comme chef du Parti libéral du Québec et premier ministre du Québec[6], poste qu'il occupe de 1905 à 1920[9], remportant successivement quatre élections générales québécoises, en 1908, 1912, 1916 et 1919. Bien que défait par Henri Bourassa dans la circonscription de Montréal no 2 en 1908, il put conserver son siège en raison du mécanisme électoral qui permettait à l'époque de se présenter dans plus d'une circonscription. Bourassa, en effet, avait aussi été élu dans Saint-Hyacinthe lors de la même élection.

Son gouvernement est éclaboussé par le scandale de l'affaire Mousseau-Bérard-Bergevin en 1914. Un député libéral, Joseph-Octave Mousseau, ainsi que deux libéraux membres du conseil législatif acceptent un pot-de-vin en échange de l'adoption d'une loi privée. Le mandat du comité d'enquête demeure étroitement limité à cette affaire, même si certains témoignages permettaient de croire en l'existence d'un système de corruption beaucoup plus important. Dès la démission du député Mousseau et des deux conseillers législatifs, le comité met fin à ses travaux. Plusieurs journalistes, dont Henri Bourassa du Devoir, se sont plaints que le comité ne s'était pas attaqué au système[10].

Premier ministre du Québec pendant plus de 15 ans, il est l'un de ceux à avoir occupé ce poste le plus longtemps (le 3e du classement, entre Taschereau et Bourassa). Il démissionne le et cède la place à son successeur, Louis-Alexandre Taschereau. Son gouvernement est sans doute le premier à se préoccuper à la fois du développement de la province et de l’amélioration des conditions de vie des milieux défavorisés par l’évolution sociale et économique[4].

Le , il est nommé au Conseil législatif du Québec (division de Salaberry), mais il en démissionne en 1921 sans jamais y avoir occupé son siège et se lance en politique fédérale[6].

Ministre fédéral[modifier | modifier le code]

Lors de l'élection fédérale du 6 décembre 1921, il est élu député du parti libéral à la Chambre des communes du Canada dans la circonscription électorale de Laurier—Outremont et, le , il est nommé au poste de ministre de la Justice et procureur général dans le gouvernement du premier ministre William Lyon Mackenzie King, poste qu'il occupe jusqu'à sa démission pour des raisons de santé, le [11]. Il ne se représente pas comme député à l'élection fédérale générale de 1925[6].

Lieutenant-gouverneur du Québec[modifier | modifier le code]

Lomer Gouin, alors lieutenant-gouverneur du Québec, quelque temps avant son décès en 1929.

Le , il est nommé lieutenant-gouverneur du Québec[6].

Décès[modifier | modifier le code]

Il n'occupe ce poste que deux mois avant de mourir en fonction à Québec le , au moment où il s'apprête à présider la cérémonie de prorogation de la session de l'Assemblée législative[6].

Entré en 1897 au parlement sans fortune personnelle, il était millionnaire en 1912[10].

Lomer Gouin est enterré au cimetière Notre-Dame-des-Neiges, à Montréal.

Le fonds d'archives de la famille Mercier-Gouin est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[12]. Un fonds d'archives Sir Lomer Gouin est conservé à Bibliothèque et Archives Canada[13].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Coat of arms of Lomer Gouin.svg

L'écu de Lomer Gouin se blasonne ainsi :

D'azur cantonné d'une étoile d'or radiée de six pointes

Distinctions et hommages[modifier | modifier le code]

Source : Assemblée nationale du Québec[14]

Ordres[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Doctorats honorifiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le traversier Lomer-Gouin

Ont été nommés en l'honneur de Lomer Gouin, notamment :

Résultats électoraux fédéraux[modifier | modifier le code]

Résultats électoraux de Lomer Gouin[modifier | modifier le code]

À venir.

Résultats électoraux provinciaux[modifier | modifier le code]

Résultats électoraux de Lomer Gouin[modifier | modifier le code]

Élection générale québécoise de 1897 dans Montréal no 2
Nom Parti Nombre
de voix
% Maj.
     Lomer Gouin Libéral 2 962 57,5 % 769
     Olivier-Maurice Augé (sortant) Conservateur 2 193 42,5 % -
Total 5 155 100 %  
Source : http://www.assnat.qc.ca/fr/patrimoine/resultatselec/m3.html
Élection générale québécoise de 1900 dans Montréal no 2
Nom Parti Nombre
de voix
% Maj.
     Lomer Gouin (sortant) Libéral (sans opposition)
Total
-
-  
Source : http://www.assnat.qc.ca/fr/patrimoine/resultatselec/m3.html
Élection générale québécoise de 1904 dans Montréal no 2
Nom Parti Nombre
de voix
% Maj.
     Lomer Gouin (sortant) Libéral (sans opposition)
Total
-
-  
Source : http://www.assnat.qc.ca/fr/patrimoine/resultatselec/m3.html
Élection partielle québécoise de 1905 dans Montréal no 2
Nom Parti Nombre
de voix
% Maj.
     Lomer Gouin (sortant) Libéral 3 420 87,2 % 2 916
     Albert Saint-Martin Ouvrier 504 12,8 % -
Total 3 924 100 %  
Source : http://www.assnat.qc.ca/fr/patrimoine/resultatselec/m3.html
Élection générale québécoise de 1908 dans Montréal no 2
Nom Parti Nombre
de voix
% Maj.
     Henri Bourassa Ligue nationaliste 2 937 50,4 % 42
     Lomer Gouin (sortant) Libéral 2 895 49,6 % -
Total 5 832 100 %  
Source : http://www.assnat.qc.ca/fr/patrimoine/resultatselec/m3.html
Élection générale québécoise de 1908 dans Portneuf
Nom Parti Nombre
de voix
% Maj.
     Lomer Gouin Libéral 2 752 58,9 % 831
     Edmond Valin Conservateur 1 921 41,1 % -
Total 4 673 100 %  
Source : http://www.assnat.qc.ca/fr/patrimoine/resultatselec/p.html
Élection générale québécoise de 1912 dans Portneuf
Nom Parti Nombre
de voix
% Maj.
     Lomer Gouin (sortant) Libéral 3 159 61,6 % 1 187
     Edmond Valin Conservateur 1 972 38,4 % -
Total 5 131 100 %  
Source : http://www.assnat.qc.ca/fr/patrimoine/resultatselec/p.html
Élection générale québécoise de 1912 dans Saint-Jean
Nom Parti Nombre
de voix
% Maj.
     Lomer Gouin Libéral 1 347 58,4 % 386
     Narcisse-Arthur Sabourin alias Chouinière Libéral 961 41,6 % -
Total 2 308 100 %  
Source : http://www.assnat.qc.ca/fr/patrimoine/resultatselec/s2.html
Élection générale québécoise de 1916 dans Portneuf
Nom Parti Nombre
de voix
% Maj.
     Lomer Gouin (sortant) Libéral (sans opposition)
Total
-
-  
Source : http://www.assnat.qc.ca/fr/patrimoine/resultatselec/p.html
Élection générale québécoise de 1919 dans Portneuf
Nom Parti Nombre
de voix
% Maj.
     Lomer Gouin (sortant) Libéral (sans opposition)
Total
-
-  
Source : http://www.assnat.qc.ca/fr/patrimoine/resultatselec/p.html

Résultats électoraux du Parti libéral du Québec sous Gouin[modifier | modifier le code]

élections précédentes • Résultats des élections générales de 1908 • élections suivantes
Partis Chef Candidats Sièges Voix
1904 diss. Élus +/- Nb % +/-
     Libéral Lomer Gouin 74 67
-
57 -10 131 068 53,5 % -1,90 %
     Conservateur Pierre-Évariste Leblanc 62 7
-
14 +7 97 738 39,9 % +13,19 %
     Ligue nationaliste 3 0
-
3 +3 6 298 2,6 % 1,51 %
     Libéral indépendant 4
-
-
-
-
3 941 1,6 % -10,94 %
     Indépendant 8
-
-
-
-
5 787 2,4 % -
Total 151 74 74   244 832 100 %  
Le taux de participation lors de l'élection était de 63,4 % et 3 577 bulletins ont été rejetés.
Il y avait 415 829 personnes inscrites sur la liste électorale pour l'élection,
toutefois seules 391 609 personnes avaient plus d'un candidat dans leur district.
Source : Pierre Drouilly, Statistiques électorales du Québec. 1867-1989, Québec,
Assemblée nationale du Québec, , 3e éd., 692 p. (ISBN 2-551-12466-2)
.
élections précédentes • Résultats des élections générales de 1912 • élections suivantes
Partis Chef Candidats Sièges Voix
1908 diss. Élus +/- Nb % +/-
     Libéral Lomer Gouin 80 57
-
62 +5 155 958 53,5 % +0,01 %
     Conservateur Joseph-Mathias Tellier 76 14
-
16 +2 125 277 43 % +3,09 %
     Ouvrier 3
-
-
1 +1 3 751 1,3 % -
     Libéral indépendant 5
-
-
-
-
2 864 1 % -0,63 %
     Ligue nationaliste 2 3
-
1 -2 2 703 0,9 % -1,64
     Indépendant 3
-
-
1 +1 739 0,3 % -2,11 %
Total 169 74 81   291 292 100 %  
Le taux de participation lors de l'élection était de 62,1 % et 3 378 bulletins ont été rejetés.
Il y avait 479 521 personnes inscrites sur la liste électorale pour l'élection,
toutefois seules 474 446 personnes avaient plus d'un candidat dans leur district.
Source : Pierre Drouilly, Statistiques électorales du Québec. 1867-1989, Québec,
Assemblée nationale du Québec, , 3e éd., 692 p. (ISBN 2-551-12466-2)
.
élections précédentes • Résultats des élections générales de 1916 • élections suivantes
Partis Chef Candidats Sièges Voix
1912 diss. Élus +/- Nb % +/-
     Libéral Lomer Gouin 78 62
-
75 +13 126 266 60,6 % +7,03 %
     Conservateur Philémon Cousineau 55 16
-
6 -10 73 147 35,1 % -7,92 %
     Libéral indépendant 7
-
-
-
-
7 207 3,5 % +2,48 %
     Ouvrier 2
-
-
-
-
1 832 0,9 % -0,41 %
Total 142 78 81   208 452 100 %  
Le taux de participation lors de l'élection était de 62,5 % et 2 767 bulletins ont été rejetés.
Il y avait 485 936 personnes inscrites sur la liste électorale pour l'élection,
toutefois seules 337 696 personnes avaient plus d'un candidat dans leur district.
Source : Pierre Drouilly, Statistiques électorales du Québec. 1867-1989, Québec,
Assemblée nationale du Québec, , 3e éd., 692 p. (ISBN 2-551-12466-2)
.
élections précédentes • Résultats des élections générales de 1919 • élections suivantes
Partis Chef Candidats Sièges Voix
1916 diss. Élus +/- Nb % +/-
     Libéral Lomer Gouin 79 75
-
74 -1 67 292 51,9 % -8,66 %
     Conservateur Arthur Sauvé 20 6
-
5 -1 21 990 17 % -18,13 %
     Libéral indépendant 22
-
-
-
-
21 902 16,9 % +13,52 %
     Ouvrier 7
-
-
2 +2 12 596 9,7 % +8,84 %
     Libéral démocrate 5
-
-
-
-
4 399 3,4 % -
     Libéral ouvrier 1
-
-
-
-
1 457 1,1 % -
Total 134 81 81   129 636 100 %  
Le taux de participation lors de l'élection était de 55,1 % et 1 448 bulletins ont été rejetés.
Il y avait 480 020 personnes inscrites sur la liste électorale pour l'élection,
toutefois seules 238 052 personnes avaient plus d'un candidat dans leur district.
Source : Pierre Drouilly, Statistiques électorales du Québec. 1867-1989, Québec, Assemblée nationale du Québec, , 3e éd., 692 p. (ISBN 978-2-551-12466-4, LCCN 91117119).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Acte de baptême », sur FamilySearch, (consulté le )
  2. « Noms de lieux - Résultats de recherche », sur www4.rncan.gc.ca (consulté le ).
  3. (en) « Jean Lomer Gouin », sur Britannica.
  4. a et b « Lomer Gouin », sur parti libéral du Québec (consulté le ).
  5. a b c d et e « Lomer GOUIN (1861-1929) », notice biographique sur le site de l'Assemblée nationale
  6. a b c d e f g h et i « Lomer Gouin », sur Dictionnaire biographique du Canada (consulté le ).
  7. Dans les années 1930, leur fils Paul Gouin sera le chef du parti Action libérale nationale.
  8. « Lomer Gouin - Assemblée nationale du Québec », sur www.assnat.qc.ca (consulté le )
  9. « Gouin, sir Jean-Lomer / l'Encyclopédie Canadienne », sur thecanadianencyclopedia.ca (consulté le ).
  10. a et b « L'ère Charest a des relents de l'époque Gouin », Le Devoir, 31 décembre 2010, pages 1 et 8, [1]
  11. « Lomer Gouin — Fiche de parlementaire », Parlement du Canada
  12. Fonds Famille Mercier-Gouin (P764) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
  13. « Bibliothèque et Archives Canada, Fonds Sir Lomer Gouin. »
  14. « Lomer Gouin - Assemblée nationale du Québec », sur www.assnat.qc.ca (consulté le )
  15. « Fiche de toponymie », sur www.ville.quebec.qc.ca (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]