Guy Rivard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Guy Rivard
Fonctions
Ministre délégué aux Affaires internationales, responsable de la Francophonie

(1 an, 7 mois et 15 jours)
Gouvernement Gouvernement Robert Bourassa (2)
Prédécesseur Nouveau poste
Successeur Poste aboli
Ministre délégué à la Francophonie

(2 ans, 7 mois et 16 jours)
Gouvernement Gouvernement Robert Bourassa (2)
Prédécesseur Nouveau poste
Successeur Poste aboli
Ministre délégué à la Technologie

(7 mois et 8 jours)
Gouvernement Gouvernement Robert Bourassa (2)
Prédécesseur Richard French
Successeur Poste aboli
Ministre délégué aux Affaires culturelles, responsable de l'application de la Charte de la langue française

(11 mois)
Gouvernement Gouvernement Robert Bourassa (2)
Prédécesseur Nouveau poste
Successeur Poste aboli
Député de Rosemont

(8 ans, 9 mois et 10 jours)
Législature Assemblée nationale du Québec
Prédécesseur Gilbert Paquette
Successeur Rita Dionne-Marsolais
Biographie
Date de naissance (82 ans)
Lieu de naissance Trois-Rivières
Parti politique Parti libéral du Québec
Diplômé de Université de Montréal,
Université Yale,
Harvard Business School

Guy Rivard (né le 1er août 1936 à Trois-Rivières) est un médecin et homme politique québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Trois-Rivières, Guy Rivard a étudié au Séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières, au Collège Jean-de-Brébeuf de Montréal et à la faculté de médecine de l'Université de Montréal où il est reçu médecin en 1961[1]. Il se spécialise ensuite en pédiatrie et en maladies respiratoires (université Yale, 1967). Il pratique par la suite à l'hôpital Sainte-Justine et enseigne à l'Université de Montréal ainsi qu'à l'Université du Québec à Trois-Rivières. Il devient directeur des services professionnels à Sainte-Justine à Montréal de 1976 à 1980 tout en étant coordonnateur de l'enseignement universitaire à l'Université de Montréal durant la même période. Il est aussi adjoint au doyen de la Faculté de médecine de 1979 à 1982[1].

En 1982 il devient sous-ministre adjoint aux Affaires sociales dans l'administration québécoise, poste qu'il conserve jusqu'en 1984. Cette année-là il obtient le titre de professeur agrégé du Département d'administration de la santé de l'Université de Montréal.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Aux élections provinciales de 1985, Guy Rivard est élu député de Rosemont. Un peu plus de deux ans plus tard, en mars 1988, il accède au Conseil des ministres à titre de ministre délégué aux Affaires culturelles, responsable de l'application de la Charte de la langue française. Il occupe ce poste en pleine tourmente politique causée par le jugement de la Cour suprême du Canada invalidant des parties de la Charte concernant l'affichage commercial[2]. Selon le journaliste Michel David, il était « beaucoup trop inexpérimenté » et « avait été rapidement dépassé » par ce « dossier aussi explosif »[3]. En décembre 1988, il dépose au nom du gouvernement le projet de loi 178, visant à répondre au jugement de la Cour suprême en invoquant la clause « nonobstant » pour réguler l'affichage commercial[4]. Il occupe par la suite trois autres postes de ministre délégué dans le gouvernement Bourassa: à la Technologie (mars-octobre 1989), à la Francophonie (octobre 1989 à mai 1992) et aux Affaires internationales, responsable de la Francophonie (mai 1992 à janvier 1994). Il ne se représente pas aux élections de 1994.

Carrière après la politique[modifier | modifier le code]

En 1994, Guy Rivard fonde la compagnie BioTransTech, spécialisée en transfert de technologie, et la dirige jusqu'en 2003. Il fonde aussi Groupe Santé International, société de gestion de services de santé. De 1999 à 2005, date de sa retraite, il dirige à titre de consultant plusieurs institutions de santé dans diverses régions du Québec[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Guy Rivard — Biographie sur le site de l'Assemblée nationale du Québec
  2. Chronologie de la législation linguistique au Québec, sur le site de l'Office québécois de la langue française
  3. Michel David, « L'Autruche », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  4. [PDF] Texte de la loi 178

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Guy Rivard — Biographie sur le site de l'Assemblée nationale du Québec