Gédéon Ouimet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gédéon Ouimet
Illustration.
Gédéon Ouimet, ca. 1875
Fonctions
2e premier ministre du Québec

(1 an, 6 mois et 26 jours)
Lieutenant-gouverneur René-Édouard Caron
Législature 1re, 2e, 3e
Prédécesseur Pierre-Joseph-Olivier Chauveau
Successeur Charles-Eugène Boucher de Boucherville
Conseiller législatif de Rougemont

(9 ans, 11 mois et 21 jours)
Prédécesseur Pierre Boucher de la Bruère
Successeur François Gosselin
Surintendant de l'Instruction publique

(19 ans, 2 mois et 18 jours)
Prédécesseur Premier titulaire
Successeur Pierre Boucher de la Bruère
BarreauQuebec Logo.png 1er bâtonnier du Québec
Bâtonnier de Montréal (1869-1870)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Sainte-Rose (Bas-Canada)
Date de décès (à 81 ans)
Lieu de décès Saint-Hilaire (Canada)
Nationalité Canadien français
Parti politique Conservateur
Père Jean Ouimet
Mère Marie Bautron
Conjoint Marie-Jeanne Pellant
Diplômé de Séminaire de Saint-Hyacinthe
Petit séminaire de Montréal
Profession Avocat
Religion Chrétien catholique

Signature de Gédéon Ouimet

Gédéon Ouimet
Premiers ministres du Québec

Gédéon Ouimet (né le [1] à Sainte-Rose et mort le à Saint-Hilaire) est un avocat, homme politique et fonctionnaire canadien-français. Il est député de la circonscription de Deux-Montagnes à l'Assemblée législative du Québec de 1867 à 1876. Il est procureur général du Québec[2] de 1867 à 1873 puis il devient le 2e premier ministre du Québec de 1873 à 1874[3]. Il est surintendant de l'Instruction publique de 1876 à 1895[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Gédéon Ouimet est le fils de Jean Ouimet, cultivateur, et de Marie Bautron. À partir de 1834, il étudie au séminaire de Saint-Hyacinthe puis de 1837 à 1839 au petit séminaire de Montréal[2]. En 1839, il commence son stage en droit dans l'étude de son frère André[5]. Le , il est admis au Barreau de Montréal[5]. Il s'établit à Saint-Michel-de-Vaudreuil[5]. Le , il épouse à Montréal Marie-Jeanne Pellant[5]. De 1852 à 1854 il est maire du village de Saint-Michel-de-Vaudreuil[5]. En 1853[2], il s'installe à Montréal, où il pratique sa profession dans l'étude Ouimet, Morin et Marchand[5].

Il milite au parti libéral-conservateur. Lors de l'élection générale canadienne de , il est élu député de la circonscription électorale de Beauharnois à l'Assemblée législative du Canada-Uni. Il est défait lors de l'élection générale suivante, en 1861[5].

À l'élections générales québécoises de 1867, il est candidat du parti bleu et élu sans opposition député de la circonscription de Deux-Montagnes à l'Assemblée législative du Québec[2]. Il est bâtonnier du Barreau de Montréal en 1869 et bâtonnier du Québec en 1869 et en 1870[2]. Il est président de l'Association Saint-Jean-Baptiste de Montréal en 1869 et en 1870[2]. Il est réélu député de Deux-Montagnes à l'élection générale de 1871. Du au , il est Procureur général dans le gouvernement de Pierre-Joseph-Olivier Chauveau.

Premier ministre de la province de Québec[modifier | modifier le code]

Pierre tombale de Gédéon Ouimet, cimetière Notre-Dame-des-Neiges, Montréal.

En , Chauveau démissionne de son poste de premier ministre[3]. Gédéon Ouimet lui succède. Il devient donc le deuxième premier ministre du Québec et demeure en fonctions du au [3]. Il occupe aussi en même temps les postes de ministre de l'Instruction publique et de Secrétaire et Registraire de la province[6]. Profitant de la cote de crédit en hausse du Québec, il contracte le premier emprunt majeur du Québec à l'étranger pour favoriser le développement ferroviaire. Il soutient en outre la création de l'École polytechnique de Montréal, en 1873[5].

Bien que son gouvernement compte plusieurs ultramontains, Ouimet se montre plus réservé quant au rôle du clergé dans les affaires de l'État. Cette prudence ne l'empêche toutefois pas de compter de nombreux appuis parmi les membres mêmes du clergé, qui favoriseront sa réélection de député peu après sa démission comme premier ministre.

Il quitte son poste de premier ministre à la suite du scandale des Tanneries[7],[3]. Charles-Eugène Boucher de Boucherville lui succède. Ouimet demeure député et retourne à la pratique du droit[5]. À l'élection générale de 1875, il est réélu sans opposition député de Deux-Montagnes. Le , le juge Francis Godschall Johnson, appelé à se prononcer sur l’affaire des Tanneries, déclare n'y avoir trouvé aucune preuve de conspiration ou de fraude[5].

En 1875, le gouvernement de Boucher fait adopter une loi qui remplace le ministre de l'Instruction publique (poste qui est occupé par le premier ministre) par un surintendant[5]. Le , Gédéon Ouimet est nommé surintendant de l'Instruction publique par Boucher et démissionne comme député. Il occupe le poste de surintendant de l'Instruction publique pendant vingt-neuf ans. En 1895, il prend sa retraite comme surintendant[5]. Le , il est nommé membre du Conseil législatif (pour la division de Rougemont)[5], poste qu'il occupe jusqu'à sa mort[2].

Gédéon Ouimet est enterré au cimetière Notre-Dame-des-Neiges, à Montréal[2].

L'une de ses arrière-petites-filles, Denyse Ouimet, fut la seconde épouse de l'écrivain Georges Simenon[8].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Gédéon Ouimet a reçu les distinctions suivantes[2] :

Gédéon Ouimet a été nommé Commandeur de l'Ordre de Saint-Grégoire-le-Grand.

Honneurs[modifier | modifier le code]

  • Le pont Gédéon-Ouimet, qui relie Laval à Boisbriand en enjambant la rivière des Mille-Îles, est nommé en son honneur.
  • Le Centre Gédéon-Ouimet de la Commission scolaire de Montréal a été nommé en son honneur. Cette institution publique dessert annuellement environ 1 200 élèves inscrits à l'un de ses trois programmes de formation : l'enseignement général relié aux études secondaires, un autre en alphabétisation-francisation et la formation Français de transition destinée surtout aux jeunes allophones âgés seize ans et plus. Construit par Joseph Venne en 1914, ce centre, qui fait partie du patrimoine architectural de la Ville de Montréal, célébra son centenaire en 2014.
  • La rue Gédéon-Ouimet a été nommée en son honneur à Québec[9].

Résultats électoraux canadiens[modifier | modifier le code]

Résultats électoraux de Gédéon Ouimet[modifier | modifier le code]

À venir.

Résultats électoraux provinciaux[modifier | modifier le code]

Résultats électoraux de Gédéon Ouimet[modifier | modifier le code]

Élection générale québécoise de 1867 dans Deux-Montagnes
Nom Parti Nombre
de voix
% Maj.
     Gédéon Ouimet Conservateur (sans opposition)
Total
-
-  
Source : http://www.assnat.qc.ca/fr/patrimoine/resultatselec/d.html
Élection générale québécoise de 1871 dans Deux-Montagnes
Nom Parti Nombre
de voix
% Maj.
     Gédéon Ouimet (sortant) Conservateur 765 68,4 % 411
     Damase Masson Libéral 354 31,6 % -
Total 1 119 100 %  
Source : http://www.assnat.qc.ca/fr/patrimoine/resultatselec/d.html

Élection générale québécoise de 1875 dans Deux-Montagnes
Nom Parti Nombre
de voix
% Maj.
     Gédéon Ouimet (sortant) Conservateur (sans opposition)
Total
-
-  
Source : http://www.assnat.qc.ca/fr/patrimoine/resultatselec/d.html

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]

(en) Gédéon Ouimet —Queens University

Articles connexes[modifier | modifier le code]