Mareil-Marly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mareil-Marly
Mareil-Marly
L'hôtel de ville.
Blason de Mareil-Marly
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Saint-Germain-en-Laye
Intercommunalité Communauté d'agglomération Saint Germain Boucles de Seine
Maire
Mandat
Dominique Lafon
2020-2026
Code postal 78750
Code commune 78367
Démographie
Gentilé Mareillois
Population
municipale
3 826 hab. (2021 en augmentation de 8,57 % par rapport à 2015)
Densité 2 162 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 52′ 57″ nord, 2° 04′ 39″ est
Altitude Min. 42 m
Max. 161 m
Superficie 1,77 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Paris
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Saint-Germain-en-Laye
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Mareil-Marly
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Mareil-Marly
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte topographique des Yvelines
Mareil-Marly
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
Mareil-Marly

Mareil-Marly est une commune française située dans le département des Yvelines, en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Mareillois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Mareil-Marly dans les Yvelines.

Localisation[modifier | modifier le code]

Mareil-Marly est située dans la région Île-de-France, au nord-est du département des Yvelines.

La commune se trouve à 3,1 km au sud-ouest du Pecq, chef-lieu du canton[2], à 9,5 km au nord-ouest de la ville préfecture, Versailles[3], et à 19,9 km à l'ouest de la capitale, Paris[4].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La gare de Mareil-Marly.

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par deux routes de relative importance :

Transport en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la gare de Mareil-Marly sur la Ligne 13 Express du tramway d'Île-de-France mise en service le .

La commune est desservie par les lignes R5, 15 et 15S du réseau de bus Saint-Germain Boucles de Seine et par la ligne 27 (scolaire) du réseau de bus Centre et Sud Yvelines.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[5]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est dans une zone de transition entre le climat océanique et le climat océanique altéré et est dans la région climatique Sud-ouest du bassin Parisien, caractérisée par une faible pluviométrie, notamment au printemps (120 à 150 mm) et un hiver froid (3,5 °C)[6].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,2 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 683 mm, avec 10,8 jours de précipitations en janvier et 7,8 jours en juillet[5]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Trappes à 13 km à vol d'oiseau[7], est de 11,6 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 686,3 mm[8],[9]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[10].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Mareil-Marly est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[11],[12],[13]. Elle appartient à l'unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[14] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[17],[18].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Mareil est attesté sous les formes Marolium en 747[19], Maroilus en 853[20], de Maroialos, Maroligum, Maroilo au IXe siècle, Marolio au XIe siècle, Mareil en 1279 dans une charte avec la mention « Moi Philippe, dit Le Voyer, écuyer de Mareil… », Mareil en 1793, Mareil-Marly en 1801[21].

Mareil, qu'on nomme Mareil-sous-Marly ou Mareil-Marly, pour le distinguer de plusieurs autres localités de ce nom, et notamment de Mareil-le-Guyon et de Mareil-sur-Mauldre, dans le même département.

Les terminaisons toponymiques -euil, -eil résultent généralement de l'évolution phonétique de l'appellatif toponymique gaulois ialon « lieu défriché, clairière, village » précédé de -o- (cf. gallois tir ial « clairière, espace découvert »), compris autrefois par les toponymistes comme un suffixe -ialo « champ, clairière »[22]. Le premier élément Mar- semble représenter le gaulois maros « grand » comparable au breton meur (cf. nom de famille Le Meur)[23].

Le sens global de *Maroialon, latinisé en Maroialum > Marolium au Moyen Âge en général, est donc celui « grand bourg »[24], préférable à celui de « grande clairière » ou « grand défrichement ».

Le nom de Marly provient de marcilliacum, « domaine de Marcel », qui a donné marlacum, malliaco villa ou peut-être de merula, merle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Antérieurement à la loi du [25], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département des Yvelines et à son arrondissement de Saint-Germain-en-Laye , après un transfert administratif effectif au .

Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1986 de la sixième circonscription des Yvelines.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Saint-Germain-en-Laye. Lors de la mise en place du département des Yvelines, elle est rattachée en 1967 au canton de Saint-Germain-en-Laye-Sud puis, en 1976, au canton du Pecq[21]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, Mareil-Marly est rattachée à un nouveau canton de Saint-Germain-en-Laye.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes Saint-Germain Seine et Forêts créée le avant d'être transformée le en communauté d'agglomération sous le nom de communauté d'agglomération Saint-Germain Seine et Forêts.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la loi MAPTAM du , qui prévoit la généralisation de l'intercommunalité à l'ensemble des communes, et la constitution d'intercommunalités de plus de 200 000 habitants en seconde couronne d'Île-de-France afin qu'elles soient en mesure de dialoguer avec la métropole du Grand Paris, cette intercommunalité a fusionné avec ses voisines pour former, le , la communauté d'agglomération Saint Germain Boucles de Seine dont est désormais membre la commune.

Politique locale[modifier | modifier le code]

La municipalité de Saint-Germain-en-Laye annonce fin 2017 le lancement d'une réflexion en vue d'une fusion de Saint-Germain-en-Laye, Fourqueux, Mareil-Marly et l'Étang-la-Ville, qui prendrait la forme d'une commune nouvelle en [26],[27]. Cela permettrait selon Saint-Germain-en-Laye de mieux influer et répondre aux enjeux induits par la métropole du Grand Paris tout en accentuant la représentativité des communes regroupées au sein de la communauté d'agglomération Saint Germain Boucles de Seine[28].

Toutefois, la majorité de Mareil-Marly éclate début 2018 à la suite du rejet du budget[29] à deux reprises dans le cadre de l'opposition de certains conseillers municipaux à l'acquisition du Prieuré, une bâtisse située en centre-ville à proximité de l’église Saint-Étienne et de l’école des Violettes et disposant d’un grand terrain, entraînant la démission de l'équipe municipale.

De nouvelles élections municipales organisées le dimanche amènent la victoire dès le 1er tour de la liste conduite par Dominique Lafon (SE) qui, avec 59,14 % des voix, devance la liste de Thierry Bettini (27,35 %) et surtout celle de la maire sortante Brigitte Morvan (DVD, 13,49 %). Lors de la campagne, la liste du vainqueur avait milité contre la fusion[30],[31].

En 2020, la liste conduite par Dominique Lafon (SE) est réélue au second tour avec 60,89% des voix contre 39,11% pour Thierry Bettini (SE). La participation est de 53,78%[32].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[33]
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1946 Louis Piard    
1946 1959 Louis Paysant    
1959 1983 Philippe Galland    
1983 1997 Michel Dupont    
1997 mars 2008 Philippe Sander DVD Général en retraite
mars 2008 avril 2014[36] Jean-Bernard Bisson SE Cadre
avril 2014[37],[38] septembre 2018[31] Brigitte Morvant DVD Mandat écourté par la démission de conseillers municipaux
octobre 2018[39] En cours
(au 3 juillet 2020)
M. Dominique Lafon SE Médecin
Réélu pour le mandat 2020-2026

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[40]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[41].

En 2021, la commune comptait 3 826 habitants[Note 3], en augmentation de 8,57 % par rapport à 2015 (Yvelines : +2,04 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
408394386369338358327351338
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
357340341364376387370377393
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3974114575306007848688431 018
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 4091 7572 5423 0543 0743 1803 4303 4683 519
2017 2021 - - - - - - -
3 4483 826-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[42].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 35,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (38 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 25,4 % la même année, alors qu'il est de 21,7 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 695 hommes pour 1 752 femmes, soit un taux de 50,83 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,32 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[43]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,1 
8,0 
75-89 ans
9,7 
15,4 
60-74 ans
16,0 
25,0 
45-59 ans
25,7 
13,3 
30-44 ans
14,8 
16,1 
15-29 ans
14,4 
21,7 
0-14 ans
18,3 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2020 en pourcentage[44]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,4 
5,8 
75-89 ans
7,8 
13,5 
60-74 ans
14,7 
20,7 
45-59 ans
20,2 
19,7 
30-44 ans
19,9 
18,4 
15-29 ans
16,9 
21,3 
0-14 ans
19,3 

Économie[modifier | modifier le code]

Mareil-Marly développe son économie avec ses magasins de proximité et ses services de santé, garages, soit tout ce dont un village de cette envergure a besoin[réf. nécessaire].

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 69 550 €, ce qui plaçait Mareil-Marly au 12e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[45].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François-Edme Ricois (1795-1881) habitait Mareil-Marly, rue de Port-Marly, où il meurt.
  • Céline Zahler et Armand Zahler ont reçu le titre de Juste parmi les nations par le comité pour Yad Vashem, dont les noms figure sur le mur d'honneur du Jardin des Justes à Jérusalem, mais également à Paris, dans l'allée des Justes, près du mémorial de la Shoah, rue Geoffroy-l'Asnier. Le couple Zahler a couvert les Clauvel de sa protection pendant deux ans, jusqu’à la Libération, alors que Mareil-Marly servait de base à une importante unité de l’artillerie anti-aérienne allemande et que des officiers allemands de haut rang y stationnaient[46].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Mareil-Marly

Les armes de Mareil-Marly se blasonnent ainsi :
d'azur aux deux épées d'argent posées en sautoir, cantonnées de quatre fleurs de lys d'or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mareil-Marly, Village d'Yveline, ouvrage collectif, Sophiac, 1996.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Références[modifier | modifier le code]

  1. David Malescourt, « Yvelines > Mareil-Marly (78750) », sur le site habitants.fr (consulté le ).
  2. « Orthodromie entre Mareil-Marly et Le Pecq »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Mareil-Marly et Versailles »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le ).
  4. « Orthodromie entre Mareil-Marly et Paris »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le ).
  5. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  6. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  7. « Orthodromie entre Mareil-Marly et Trappes », sur fr.distance.to (consulté le ).
  8. « Station Météo-France « Trappes » (commune de Trappes) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Station Météo-France « Trappes » (commune de Trappes) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  11. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  13. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Unité urbaine 2020 de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  15. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  17. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  19. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  20. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : Formations pré-celtiques, celtiques, romanes, Droz, , p. 177.
  21. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 434ab.
  23. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, éditions Errance 2003, p. 218.
  24. Xavier Delamarre, op. cit. p. 218 et 185.
  25. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  26. Benjamin Derveaux & S.B., « Fusion Saint-Germain - Mareil-Marly - Fourqueux - L’Etang-la-Ville : « On risque de perdre notre identité » : Si à Saint-Germain-en-Laye, les habitants semblent indifférents au projet de fusion des quatre communes, dans les trois autres villes, certains sont inquiets », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. Benjamin Derveaux, « Saint-Germain-en-Laye : Sciences-po a planché sur la fusion des communes : Les étudiants ont travaillé sur le projet de rapprochement entre les villes de Saint-Germain-en-Laye, Fourqueux, Mareil-Marly et L’Etang-la-Ville. Ils ont présenté leurs conclusions aux élus », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. « Vers une « commune nouvelle » ? »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Les grands projets, sur saintgermainenlaye.fr (consulté le ).
  29. Philippe Roudeillat, « Mareil-Marly. Les élus ont invalidé le budget 2018 : Coup dur pour le maire, Brigitte Morvant, les élus ont invalidé le budget de 2018. Un autre conseil municipal extraordinaire va être organisé en conséquence le mardi 17 avril », 78 actu,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. Philippe Roudeillat, « Yvelines. Les réactions suite à la démission de la majorité municipale de Mareil-Marly : Les principaux ténors de la vie politique mareilloise réagissent à la décision prise par des membres de la majorité de Mareil-Marly (Yvelines) de démissionner », 78 actu,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. a et b M.G., « Mareil-Marly : Dominique Lafon élu au premier tour : Le candidat (SE) rejetait le projet de fusion avec Saint-Germain-en-Laye », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. « Municipales 2020 : enjeux et résultats », sur lemonde.fr (consulté le ).
  33. « Les maires de Mareil-Marly », sur francegenweb.org (consulté le ).
  34. « partie1 », sur genetarn.free.fr (consulté le ).
  35. Jacques Prémont, Notes pour servir à l'histoire du Chevalier Gustave Paulin, , 96 p..
  36. Philippe Roudeillat, « Municipales : Brigitte Morvant prend la tête : Au soir de ce premier tour, c’est donc Brigitte Morvant qui sort en tête du duel fratricide qui se joue à Mareil-Marly avec 40,48 % des suffrages exprimés. En effet, sur les 4 listes présentes dans cette course des municipales, trois étaient conduites par des membres de l’équipe sortante », 78 actu,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. Y.F., « Municipales : le logement au cœur de la campagne de Mareil-Marly », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Il faut dire que la réalisation de plus d’un millier de logements agite les 3500 habitants. Et la bataille entre les deux prétendants au fauteuil de maire dure depuis des mois. D’un côté, Pierre Durand, l’adjoint chargé de l’urbanisme, est favorable au projet, de l’autre Brigitte Morvant, adjointe chargée de la vie associative et de la culture s’oppose à la densification de la commune. Les deux prétendants, élus depuis 2008 et proches de l’UMP, se rendent coup pour coup ».
  38. Philippe Roudeillat, « Municipales : Brigitte Morvant prend la mairie de Mareil-Marly », 78 actu,‎ (lire en ligne, consulté le ) « La répartition des sièges au sein du futur conseil municipal de Mareil-Marly est la suivante : « Mareil Esprit village » (20 sièges), « Mareil ensemble » (3 sièges), « Demain Mareil » (2 sièges) et « Mareil autrement » (2 sièges) ».
  39. C.L., « Dominique Lafon, nouveau maire de Mareil-Marly : Dix jours après la victoire de sa liste lors de la municipale partielle, le médecin de profession est devenu premier magistrat », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne, consulté le ) .
  40. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  41. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  42. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  43. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Mareil-Marly (78367) », (consulté le ).
  44. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département des Yvelines (78) », (consulté le ).
  45. « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur insee.fr (consulté le ).
  46. « Zahler Armand, Zahler Céline »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Les Justes de France, Comité français pour Yad Vashem (consulté le ).